BforBank

Mobilité Macron : un premier couac entre les banques

Un homme et une femme se dispute une feuille de papier déchirée
© dobok - Fotolia.com

Depuis le lancement de la mobilité Macron le 6 février dernier, LCL aurait, selon Le Monde, reçu un nombre jugé trop important de mandats en provenance de Boursorama Banque, et lancé une contre-attaque. Une illustration des nouvelles tensions qui pourraient naître entre banques traditionnelles et les acteurs 100% en ligne.

Depuis le 6 février, « LCL a (…) constaté des volumes de mandats en provenance de Boursorama supérieurs à leur poids naturel sur le marché », rapporte Le Monde. Intrigué, l’ex Crédit Lyonnais a contacté ses clients ayant signé un mandat de mobilité en faveur de la banque en ligne. Pour découvrir que « certains ne voulaient pas fermer leur compte, mais seulement transférer certaines opérations sur leur compte Boursorama ». Depuis, LCL a demandé à ses conseillers de vérifier que, « pour chaque mandat en provenance de Boursorama, le client est bien à l’origine de la demande de mobilité ».

Mobilité totale ou mobilité choisie ?

Boursorama Banque détourne-t-elle l’esprit (ou même la lettre) de la loi Macron ? La filiale de la Société Générale, qui offre actuellement 30 euros en échange d'au moins un changement de domiciliation, s’en défend. Dans son service Easymove lancé pour l’entrée de la mobilité Macron, elle met effectivement en avant la « mobilité à la carte », qui permet aux clients de choisir une par une les domiciliations à transférer, plutôt que la « mobilité totale », qui entraîne le transfert de l’ensemble des opérations récurrentes en vue de la fermeture de l’ancien compte.

D'autres enseignes ont aussi choisi de faire cohabiter l'ancien service de mobilité à la carte avec la mobilité Macron. Boursorama, elle, opère un mix des deux. Une fois la liste des opérations récurrentes des 13 derniers mois récupérée, le client dispose alors d'une étape intermédiaire de 14 jours pour choisir, en quelques clics, les domiciliations à transférer.

D’un point de vue réglementaire, rien ne semble interdire ce choix de mise en œuvre. A aucun moment, par exemple, le « bon usage professionnel », publié par la Fédération bancaire française pour encadrer la mise en place de la réforme, ne précise que la signature du mandat de mobilité doit forcément aboutir au changement de domiciliation de l’ensemble des opérations récurrentes. Et la fermeture du compte d’origine est effectivement optionnelle.

« Principalisation » du compte

La réaction de LCL pourrait être symptomatique du nouveau contexte concurrentiel post-loi Macron, et des tensions qu’il induit. Les banques en ligne, en effet, captent déjà la majorité des nouveaux comptes courants ouverts en France. Exemple : sur les 400.000 nouveaux clients engrangés en 2016 par le groupe Société Générale (qui inclut également le Crédit du Nord), 220.000 sont des clients Boursorama Banque.

Mais la mobilité Macron, associée à la généralisation des frais de tenue de compte, pourrait également accélérer un autre phénomène : celui de la « principalisation » des comptes courants détenus par les banques en ligne. Soit la transformation de comptes secondaires, utilisés jusqu’ici en appoint, en comptes principaux, où l’on domicile ses revenus.

Une évolution qui peut expliquer le comportement de certaines banques traditionnelles, « pas fair-play du tout », explique au Monde le porte-parole d’une banque : « Elles ralentissent les transferts de compte en évoquant des motifs de refus qui n’ont pas lieu d’être, ou bien elles expliquent à leurs clients que le processus de mobilité en ligne peut être dangereux, car non sécurisé. »

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Février 2017

Commentaires

Publié le 22 février 2017 à 07h32 - #1Philippe C.
  • Homme
  • Montpellier
  • 62 ans

De telles réactions étaient tout à fait prévisibles et venant de l'ex-Crédit Lyonnais plus que probable. En effet, quel autre établissement pouvait personnifier la banque d'un autre âge, d'un autre temps, et si souvent décriée depuis les années 90 ? La Loi Macron précise bien que l'établissement de départ ne peut s'opposer à la mobilité de son futur ex-client... et toutes les banques, notamment, les traditionnelles, ont développé des processus pour s'enquérir de la volonté de leur client et, le cas échéant, les remettre dans ce qui leur paraît le droit chemin. C'est stupide étant donné que la mobilité bancaire ne concerne que les comptes courants... donc, tous les comptes d'épargne, de prêts, d'assurance restent sous la gestion de la banque de départ. La seule différence entre la situation passée et la situation issue de la mobilité est que l'alimentation de ces comptes, cantonnés chez la banque de départ, n'est plus interne dans ses livres, mais externe vers la nouvelle domiciliation... Il n'est même pas sûr que certaines banques à l'ancienne collectent effectivement les opérations internes dans les informations qui sont restituées à la banque d'accueil.
En synthèse, nous allons assister à une nouvelle bataille d'Hernani entre les Anciens - ici, LCL - et les Modernes - là, Boursorama. Macron en Victor Hugo, je ne suis pas sûr qu'il y ait réellement pensé.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 23 février 2017 à 11h03 - #2Dav

Je ne connais pas les frais de compte du LCL mais ceux de la BP me donne effectivement envie d'en partir... définitivement.
Hélas, impossible si l'on a a un prêt immo en cours (sauf à se le faire racheter).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 23 février 2017 à 13h17 - #3Philippe C.
  • Homme
  • Montpellier
  • 62 ans

Faux, il faut juste que le prélèvement de votre prêt immo arrive sur mon nouveau compte de dépôt... pour cela, il faut d'une part que lors de la collecte initiée par votre nouvelle banque et adressée à la BP, celle-ci pense bien à se référencer parmi vos créanciers au travers des opérations courantes de prélèvement récurrents qui vous sont débités périodiquement.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 23 février 2017 à 15h54 - #4Dav

Bonjour,
la BP m'a pourtant affirmé que le remboursement de mon prêt immo ne pouvait se faire que sur prélèvement d'un compte bancaire BP et en aucun cas sur prélèvent d'une compte externe...
cordialement

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 24 février 2017 à 11h48 - #5Philippe C.
  • Homme
  • Montpellier
  • 62 ans

Il s'agit bel et bien là d'un abus de pouvoir de votre BP : elle ne peut s'opposer à votre mobilité, ni à ce que celle-ci l'oblige à prélever sur une domiciliation externe

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 24 février 2017 à 12h50 - #6Dav

oui, je peux comprendre qu'une banque souhaite retenir quelqu'un, mais c'est toujours difficile (pour un client lambda comme moi) de démêler le vrai du faux.
Comme il est question de Boursorama dans ce post, voici quand même un extrait de leur page "easymove" (service de mobilité de compte bancaire) :
"Par ailleurs, selon la politique de votre banque d'origine, il se peut que celle-ci refuse la clôture de votre compte (si vous détenez par exemple un crédit immobilier dont les échéances sont prélevées sur le compte que vous souhaitez clôturer)."
comme quoi, la BP ne doit pas être la seule.
En conclusion non seulement on paye les intérêts du prêt mais en plus on paye les frais de compte pour pouvoir rembourser ce prêt.... le paiement des frais de compte est une règle du jeu qui été changée unilatéralement et que je ne peux refuser puisque je ne peux pas partir. :-(

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 24 février 2017 à 17h36 - #7Jacques 01
  • Homme
  • Banlieue parisienne
  • 73 ans

A l'attention de Dav et phc34
Sans vouloir entrer dans la polémique, qui de toutes façons n'aboutira pas; je vous informe que chaque établissement bancaire est tenu , selon la loi, de mettre à la disposition de ses clients; un Médiateur. Je vous propose de l'interroger.
Ses coordonnées en ligne et postales sont imprimées en bas de pages de vos relevés de compte.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 24 février 2017 à 20h16 - #8scarsad25
  • Homme

LCL ou Le Credit voleur quelle blague cette banque de voleurs !!!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 28 février 2017 à 09h17 - #9françois 2015
  • Homme
  • Herault

Moi aussi j'ai ce problème avec la BP, cela fait 3 ans que je refuse les frais bancaires comme le préconise l'AFUB. La BP fait la sourde oreille et continu à prélever des frais, l'AFUB ne répond à aucun de mes courriers, j'ai ensuite demander la résiliation de mon compte en domiciliant ailleurs, refus et enfin, n'y tenant plus, j'ai versé le solde de mes prêts afin de clôturer le compte définitivement, la BP fait toujours la sourde oreille malgré mes lettres de mise en demeure. Et après, ces établissement s'étonnent que les clients partent ailleurs et de devoir fermer des agences... alors qu'ils font tout pour chasser le client. J'ai aussi un compte la BNP qui s'est mise aussi mettre des frais, je change pour une banque en ligne, dommage pour les employés de l'agence, dans quelques temps ils pointeront pole emploi...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 3 mars 2017 à 18h43 - #10Compte anonyme

Pour ceux qui ont un compte courant débiteur de prélèvement de crédit immo, et qui souhaitent malgré tout prendre le large, il reste encore la solution simple de virer le montant de la traite de crédit chaque mois sur le compte débiteur; et basta !
Evidemment, si votre banque se met à prélever des frais de tenue de compte (comme c'est la mode depuis l'année dernière), vous avez le droit d'objecter !
En effet, sur ce principe-là, qu'est-ce qui empêcherait votre banque de taper 150 euros de frais de tenue de compte par mois si elle en avait envie ? Vous paieriez sans recours au prétexte (fumeux légalement) que vous devez conserver un compte courant pour payer votre prêt immo ?
Je vous suggère la lecture attentive de cet article:
www.cbanque.com/actu/5808...-revenus-est-elle-abusive
Et cessez de vous laisser tordre le bras, que diable !...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 6 mars 2017 à 18h17 - #11nono62
  • Homme
  • Arras
  • 58 ans

J'ai LCL et bourso. Tous deux sont gratuits en frais de compte. Le premier car un salaire versé chez eux exonère les frais et le second veut rester le moins cher. Tous deux se complètent en produits et le fait d'avoir l'un paye les services de l'autre grâce aux gratuités.
Pour ceux qui ont un prêt, rien n'interdit d'avoir un livret pour le remboursement et donc de n'avoir aucun frais de compte...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 12 mars 2017 à 05h22 - #12bosmer-fr
  • Homme

Banque Populaire vers Boursorama Banque pour ma part. La Banque Populaire a carrément rejeté la demande sans même donner une raison, en plus de dépasser allégrement le délai (demande effectuée le 18/02, refus le 06/03).
J'ai ouvert mon compte le 06/02 et j’espérais que tout soit terminé ce mois-ci, et malheureusement ce n'est pas le cas... j'ai du faire tout les changements manuellement, si j'avais su je l'aurais fait avant. Je ne suis pas mécontent de quitter une banque qui m'a facturé 400€ de frais l'année dernière pour un petit geste de 50€ et avec une conseillère qui ne réponds jamais (un mail envoyé pour demander un remboursement plus conséquent, avec une évocation de la loi Macron : pas de réponse, je suis parti. Toujours rien à ce jour alors que des mouvements sans équivoques ont lieu entre les deux comptes : Ils en ont rien à foutre. Je pourrais mettre en motif de virement "JE ME CASSE", ce serait pareil).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?