Hello Bank!

Crédits immobiliers : des particuliers piégés par des prêts en francs suisses

Signature
© DURIS Guillaume - Fotolia.com

L’Association de défense des usagers de banques (Afub) affirme avoir reçu, ces derniers mois, 148 plaintes de particuliers victimes de prêts immobiliers contractés en francs suisses pour des achats en euros.

Ces prêts, commercialisés en 2008 et 2009, affichaient à l’époque un taux d’intérêt inférieur à la moyenne du marché. En contrepartie, ils étaient souscrits en francs suisses. Un montage présenté à l’époque comme « l’affaire du siècle, sans risques », selon le témoignage d’une emprunteuse, recueilli par France Info.

Problème : ces prêts, contractés dans toute la France, étaient destinés à financer des achats immobiliers effectués en euros. Lorsque ces derniers mois, le cours du franc suisse, considéré comme une monnaie refuge, s’est considérablement renchéri par rapport à l'euro, la charge de remboursement des emprunteurs concernés s’est également envolée, « de l’ordre de 20% à 30% » selon Serge Maître cité par Le Parisien. Le délégué général de l’Afub affirme avoir déjà reçu 148 plaintes, concernant BNP Paribas et le Crédit Agricole. L’association estime toutefois que « 15.000 personnes au moins » seraient concernées par ces emprunts, et demande aux banques de renégocier leurs crédits en question.

Contactée par Le Parisien, BNP Paribas se défend, expliquant que ces prêts, qui ne sont plus commercialisés depuis décembre 2009, ont été « proposés par des intermédiaires de banque à des investisseurs immobiliers, donc des personnes averties. » Elle affirme également avoir « étudié tous les dossiers au cas par cas » depuis l’envolée des cours du franc suisse. Toujours selon Le Parisien, le Crédit Agricole n’a de son côté, « pas eu connaissance de clients qui se sont plaints. »

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Octobre 2011

Commentaires

Publié le 5 octobre 2011 à 15h44 - #1MaxH

En reformulant, je suis une 'pointure', qui le vaut bien, quand mon taux (variable) d'emprunt est inférieur à celui que supportent les idiots moyens,
et je deviens une 'victime' de la Finance dès que le taux, indexé sur la parité Euro/Fr suisse, remonte. Au vol, à l'arnaque, ma banque 'm'a tromper'. A moi la presse, à moi la justice. Qui aurait pu imaginer qu'un taux pas fixe allait avoir le culot de devenir variable. Que fait la police ? Et puis, franchement, imaginer que l'Euro pourrait un jour perdre du terrain contre le Fr suisse, c'était impossible. Grosse surprise. Le Franc suisse n'a jamais été une monnaie vers laquelle on se retourne en cas de coup de tabac. Ja-mais. D'ailleurs c'est si petit la Suisse.

Le maire de ma commune de 18000 habitants semble avoir, lui aussi, réussi un très joli coup avec l'aide de Dexia : le surcoût d'un emprunt de 3 m€ arrive à près de 1.2 m€.

Et ben, lui aussi, c'est une victime. Piégé, qu'il a été.

Moralité : l'irresponsabilité est très tendance.

Bon courage !

Publié le 5 octobre 2011 à 16h34 - #3Compte anonyme

nous avons également des plaintes sur des prets "toxiques" pour les particuliers.
dans nos cas le problème est bien plus complexe que veut le faire croire "MaxH" ( qui se cache derrière ce prete nom)et la faute de la banque est évidente d'ailleurs la banque le reconnais en affirmant que ces prets ne sont plus commercialisés , que les dossiers vont etre étudiés au cas par cas et nous espérons que ces problèmes vont etre résolu dans "le bon sens"

[lien bloqué]
association de défense contre les abus bancaires

Publié le 6 octobre 2011 à 09h22 - #4patrick

bien sur que bon nombre d'emprunteurs ont surement été abusés par les propos de "commerciaux" qui leur ont vendus des "package" comme ils l'ont fait auparavant avec les prêts à taux révisables non capé.
Mêmes effets mêmes causes: des réseaux de société "vendant" de la defiscalisation et "oubliant" le devoir de conseil.

A la décharge de MaxH je dois dire que, il y a quelques années,nous avons eu sur les forums Cbanque un grand nombre de personnes qui nous indiquaient qu'elles allaient souscrire en francs suisses plutôt qu'en euros parce qu'elles étaient persuadées du bien fondé de leur démarche mais surtout semblaient prendre ceux qui empruntaient à taux fixe pour des idiots.
je dois avouer qu'après quelques semaines de ce genre de discours, j'ai renoncé à convaincre ces acharnés.


nous ne pourrons malheureusement pas faire le tri dans les réclamations.

et pour finir, je modérerai les propos de Jean Philippe quand il dit que "la faute des banques est évidente".
si la clause d'indexation du taux est clairement expliquée dans l'offre de prêt que le client a signé cela sera difficile.
et encore plus si le client a souscrit le prêt pour réaliser un "investissement" et non pas l'achat de sa première résidence principale.

quoiqu'il en soit il faudra encore et toujours indiquer qu'il n'y a pas de miracle en terme de taux ( pour les crédits comme pour l'épargne) mais il faut aussi savoir qu'il y aura toujours des gens qui refuseront de vous croire.
bien cordialement

Publié le 6 octobre 2011 à 09h28 - #5Angers Conseils Crédits

BNP Paribas se défend, expliquant que ces prêts, qui ne sont plus commercialisés depuis décembre 2009, ont été « proposés par des intermédiaires de banque à des investisseurs immobiliers, donc des personnes averties. »
Comme d'habitude Faux : les dits intermédiaires sont entre autre des filiales à 100% de BNP Paribas.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 6 octobre 2011 à 21h38 - #6xa

"En reformulant, je suis une 'pointure', qui le vaut bien, quand mon taux (variable) d'emprunt est inférieur à celui que supportent les idiots moyens"

C'est un peu plus compliqué que cela. Je suis des dossiers sur ce sujet depuis 1 an, et les cas sont très variés. Certains sont difficilement défendables, d'autres sont clairement problématiques.

Dans les problèmes :
- un taux fixe supérieur aux taux en vigueur en France en 2009, et très très supérieur aux offres CHF de la BNP en direct
- des échéances calculées en CHF, mais des prélèvements annoncés, dans le contrat, en euros (avec des commissions d'opération + marge de change qui viennent impacter le coût réel du prêt)

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 7 octobre 2011 à 09h22 - #7Compte anonyme

je fais suite au propos de Patrick
il est évident qu'il faut bien étudier chaque cas et éviter les généralités

Afin de mieux comprendre notre point de vue, je vous recommande le lien suivant:
[lien bloqué]

cordialement
[lien bloqué]