Crédit Mutuel Arkéa dénonce des dérives dans la gouvernance du Crédit Mutuel

  • cBanque avec AFP
Logo Crédit Mutuel de Bretagne
DR

Le Crédit Mutuel Arkéa a dénoncé mardi, par la voix de son président Jean-Pierre Denis, "des dérives" dans la gouvernance du groupe Crédit Mutuel, en particulier une propension à la concentration des pouvoirs du président Michel Lucas.

Lors du conseil d'administration de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, organe réunissant l'ensemble des fédérations du groupe, qui s'est tenue mi-janvier, Michel Lucas a proposé la suppression du poste de vice-président délégué, fonction traditionnellement occupée par un représentant du Crédit Mutuel Arkéa, groupe constitué autour de trois fédérations du Crédit Mutuel (Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central). Cette suppression a été entérinée lors d'une assemblée générale extraordinaire, le 15 février.

Pour Jean-Pierre Denis, cette décision, qui a été prise de manière « expéditive et sans ménagement », a privé la confédération d'« un point d'équilibre au sein de la gouvernance du Crédit Mutuel ». « La confédération ne joue plus son rôle », estime-t-il, car « elle est devenue l'instrument captif du principal groupe du Crédit Mutuel », le Crédit Mutuel Centre Est Europe, la plus puissante des fédérations du groupe, qui a agrégé autour d'elle neuf autres fédérations, créant l'entité CM10-CIC.

Toujours selon Jean-Pierre Denis, cette situation génère des conflits d'intérêt. Pour marquer son désaccord, il a d'ailleurs démissionné du conseil d'administration de la Confédération, imité par les cinq autres administrateurs issus du Crédit Mutuel Arkéa. Six autres administrateurs issus de ce dernier prendront leur place.

« Concentration du pouvoir excessive »

Plus généralement, la suppression du poste de vice-président délégué est symptomatique, selon lui, « de dérives » au sein du groupe Crédit Mutuel. « On a aujourd'hui une concentration du pouvoir qui est excessive, pour ne pas dire extrême, dans les mains d'un seul homme ».

Michel Lucas a été désigné à la présidence de la Confédération mi-octobre, en remplacement d'Etienne Pflimlin, démissionnaire. Il a alors abandonné les fonctions de directeur général, qu'il occupait jusque-là. Le patron de la Confédération, qui est aussi celui du Crédit Mutuel Centre Est Europe, a, selon Jean-Pierre Denis, « une vision centralisée du groupe qui est orthogonale avec l'histoire du Crédit Mutuel. En tout cas, elle n'est pas compatible avec la vision de notre groupe » Crédit Mutuel Arkéa, qui est « celle d'une banque territoriale, avec des racines, des centres de décision qui ne sont pas à Paris ».

« Concours de beauté »

Hors CM10-CIC, six entités sont encore indépendantes, dont le Crédit Mutuel Arkéa. Parmi elles, le Crédit Mutuel Anjou a indiqué qu'il envisageait de rejoindre CM10-CIC et prendrait sa décision en juin, confirmant une information de La Tribune. Le Crédit Mutuel Maine-Anjou Basse-Normandie a, en revanche, répondu qu'aucune réflexion n'était en cours sur le sujet. Le CM10-CIC n'a pas souhaité s'exprimer sur les griefs exposés par Jean-Pierre Denis.

Interrogé sur une éventuelle scission du groupe Crédit Mutuel, Jean-Pierre Denis a précisé qu'Arkéa avait « souhaité marquer une distance, pas quitter le Crédit Mutuel ». « Ce n'est pas une question de rivalité entre les hommes ou entre les groupes. On n'est pas dans un concours de beauté entre l'est et l'ouest de la France ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.