BforBank

Lydia : attention aux frais d'inactivité !

Application de paiement Lydia
DR

L’application de paiement Lydia prévient ses usagers inactifs depuis plus de 12 mois qu’il risque de payer 30 euros de frais d’inactivité. Est-ce normal ? Et qu’en est-il dans les autres néobanques ?

Il y a un an ou plus, vous avez téléchargé sur votre mobile l’application de paiement Lydia ? Vous y avez ouvert un compte, mais vous ne l’utilisez plus ? Alors vous avez probablement reçu un courriel de sa part. Selon iGeneration, la néobanque est en train de contacter ses clients n’ayant effectué aucune opération au cours des 12 mois pour les encourager à donner signe de vie. A défaut, elle prévient qu’elle prélèvera « des frais annuels d’inactivité de 30 euros (…) au titre de la loi Eckert ». Dans la limite, bien sûr, du montant disponible sur le compte : si le solde est à 0, vous n’avez rien à craindre.

Qu’est-ce donc que cette loi Eckert citée par Lydia ? Promulgué en juin 2014, ce texte porté par le secrétaire d’Etat au Budget de l’époque, Christian Eckert, s’est donné pour objet de lutter contre l’oubli des comptes bancaires et des contrats d’assurance vie. Il contraint notamment les établissement teneurs de comptes à détecter ceux qui sont inactifs depuis plus de 12 mois et de tenter de contacter leur titulaire. A défaut, ils peuvent prélever des frais d’inactivité, dans la limite de 30 euros par an. Lydia a ainsi choisi de s’aligner sur ce plafond réglementaire.

Plus d’infos sur les comptes bancaires inactifs

Pas de frais d’inactivité dans les autres néobanques

Lydia n’est sans doute pas la seule néobanque à détenir des comptes inactifs. Attirés par la nouveauté, nombre de clients les ont testés, avant de les abandonner. Sans forcément penser à les clôturer. Lydia semble toutefois la seule à faire peser sur ces usagers la menace de frais d’inactivité. On n’en trouve pas trace, par exemple, chez Max, Morning, N26 ou encore Revolut. Ces deux dernières, respectivement allemande et britannique, ne sont de toute façon pas soumises à la loi Eckert.

Pas de frais d’inactivité non plus du côté de Nickel, dont l’accès est facturé 20 euros par an et qui met en sommeil les comptes quand la cotisation n’a pas été payée. Orange Bank, enfin, ne prévoit pas de frais d’inactivité à proprement parler, mais facture 5 euros à chaque fois qu’un client effectue moins de 3 opérations par carte sur un mois calendaire.

A consulter : Quelle néobanque choisir ?

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / VM / Décembre 2019

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire