Hello Bank!

Boursorama : comment choisir entre la carte Ultim et la Visa Premier ?

Cartes Visa Ultim et Visa Premier Boursorama
DR

Boursorama Banque vient de lancer Ultim, une carte bancaire premium qui concurrence sa propre Visa Premier. Mais laquelle faut-il choisir ?

Ultim ou Premier ? Premier ou Ultim ? Depuis le 11 juin, Boursorama Banque, première banque en ligne française avec près de 2 millions de clients, dispose désormais dans son catalogue, de deux cartes bancaires premium présentant des points communs - toutes deux sont des Visa, toutes deux sont conçues pour les voyageurs -, mais aussi quelques différences.

Première d’entre elles : Ultim, contrairement à Premier, est ouverte à tous les profils de clientèle, sans conditions de revenus ou de dépôts. Ainsi, si vos émoluments nets mensuels ne dépassent pas 1 800 euros ; si vous ne disposez pas de 5 000 euros de cash à déposer comme épargne, pas de dilemme : Ultim est la seule carte premium disponible pour vous.

Lire aussi : Boursorama Ultim casse les prix des opérations à l'étranger

Qu’en est-il en revanche si vous remplissez ces critères, et que vous avez donc le choix ? Comme nous avons pu le constater en simulant une ouverture de compte, c’est la carte Ultim qui vous sera désormais proposée par défaut. La carte Visa Premier, elle, est toujours accessible, mais plus discrètement : pour l’obtenir, il faut cliquer sur un lien présent en bas du formulaire de souscription. Boursorama vous veut-elle du bien en poussant ainsi sa nouvelle carte plutôt que l’ancienne ? Outre l’esthétique - du noir, du gris et du violet pour Ultim ; du doré pour la Premier - qu’est-ce qui les différencie ? Nous avons passé leurs caractéristiques au crible.

Carte Visa UltimCarte Visa Premier
Type de carteCarte à débit immédiat (DEBIT) à autorisation systématiqueCarte à débit immédiat (DEBIT) ou débit différé (CREDIT), au choix
PrixGratuite si au moins un paiement par mois (15 euros par mois sinon)Gratuite
Conditions d'accès500 euros sur le compte1 800 euros de revenus nets, ou 5 000 euros de dépôts
Découvert autorisé100 euros par défaut, jusqu'à 2 500 euros600 euros par défaut, jusqu’à 2 500 euros
PlafondsPaiements : 3 000 euros sur 30 jours glissants. Retraits : 920 euros sur 7 jours glissants.Paiements : 3 000 euros sur 30 jours glissants. Retraits : 920 euros sur 7 jours glissants.
Prix d'un paiement en devisesGratuit1,94% du montant
Prix d'un retrait en devisesGratuit1,94% du montant
AssurancesPackage PremierPackage Premier

Un accès équivalent pour les clients

Très facile d’accès pour les nouveaux clients, Ultim l’est aussi pour les clients existants qui souhaiteraient profiter de ses avantages tarifaires. Pour bénéficier d’un renouvellement anticipé de sa carte actuelle par une Ultim, il suffit en effet de remplir les mêmes conditions que les prospects :

  • 500 euros d'encours sur le compte courant ;
  • 1000 euros pour un compte joint.

Type de carte : avantage à la Visa Premier

C’est le revers de la médaille : accessible sans conditions de revenus ni de dépôts, la Visa Ultim de Boursorama, en dépit de son look haut de gamme, est une carte de débit à autorisation systématique. Comme la carte Welcome proposée en entrée de gamme par la banque en ligne, ou n’importe quelle Visa Electron. Elle est également Visa only, c'est-à-dire qu'elle n'utilise pas, en France, le réseau domestique CB. En cas de panne de Visa, comme cela arrive parfois, elle ne fonctionnera donc pas. La Premier, elle, est co-badgée CB/Visa et est disponible, au choix, en version débit immédiat (siglée DEBIT) ou débit différé (siglée CREDIT).

Quelles conséquences ? Au quotidien, cela ne changera pas grand chose. Le point faible des cartes à autorisation systématique est en effet de ne fonctionner que si le terminal de paiement est capable de vérifier que le solde du compte permet de couvrir la dépense. En mode « online », pour reprendre le terme consacré. Le risque ? Subir un refus de paiement lorsque cette communication, pour une raison x ou y, est impossible. Boursorama, toutefois, a prévu une parade : sa carte Ultim est également capable de fonctionner « offline » - c’est-à-dire sans contrôle de solde - avec une limite : jusqu'à 800 euros de dépenses et 15 transactions consécutives maximum, en France comme à l'étranger.

La carte Premier, dans sa version à débit différé, conserve toutefois un avantage sur Ultim. Ce type de carte, siglé CREDIT, est en effet généralement mieux acceptée, surtout à l’étranger, par les loueurs de voiture, les hôtels et plus généralement tous les commerçants ayant besoin de provisionner une caution. Avec les cartes DEBIT, comme l’est Ultim, il y a en revanche un petit risque d’essuyer un refus au moment de réserver sa chambre d’hôtel ou de récupérer sa voiture de location, et de se retrouver le bec dans l’eau.

Plafonds et découverts : match nul

C’est l’un des intérêts de souscrire une carte premium : bénéficier de plafonds de paiement et de retraits confortables, permettant de dépenser sans (trop) compter lorsqu’on en a besoin, notamment lorsqu’on voyage. De ce point de vue, Ultim et Premier se valent : par défaut, Boursorama attribue à leurs porteurs des plafonds de paiement de 3 000 euros sur 30 jours glissants et de retrait de 920 euros sur 7 jours glissants, valables en France comme à l’étranger. Ils peuvent ensuite être revus à la hausse, après quelques mois, en fonction de la réalité des montants crédités sur le compte : jusqu’à 10 000 euros de paiements et 3 000 euros de retraits.

Lire aussi : quels plafonds les banques en ligne appliquent-elles ?

La Premier, en revanche, est un peu plus généreuse sur le découvert. Par défaut, les clients équipés bénéficient du droit d’aller dans le rouge jusqu’à 600 euros, contre 100 euros avec une carte Ultim. Dans les deux cas toutefois, il peut être revu à la hausse, dès trois mois après l'ouverture du compte, à hauteur de la moitié des sommes moyennes créditées chaque mois sur le compte, et dans la limite de 2 500 euros.

Assurances : match nul

Qui dit cartes premium dit également assurances et assistance renforcées par rapport aux cartes bancaires classiques. En la matière, Boursorama a bien pris soin d’aligner Ultim sur les garanties présentes habituellement dans les packages Premier :

  • Décès / invalidité (jusqu’à 310 000 euros par famille)
  • Retard de transport (jusqu’à 400 euros), retard de bagages (jusqu’à 400 euros), perte et vol de bagages (jusqu’à 800 euros) ;
  • Responsabilité civile à l’étranger (jusqu’à 1,525 million d’euros par événement) ;
  • Véhicule de location ;
  • Modification ou annulation du voyage (jusqu’à 5 000 euros par assuré et par année civile) ;
  • Interruption de voyage (jusqu’à 5 000 euros par assuré et par année civile) ;
  • Neige et montagne.

Prix : avantage Ultim

C’est le grand point fort d’Ultim ! Gratuite - comme la Premier - à condition d’effectuer au moins un paiement par mois - une condition peu contraignante, il faut bien le dire - elle permet également de bénéficier d’une totale gratuité sur les paiements hors zone euro et les retraits effectués en devises. Des opérations qui sont en revanche facturées aux porteurs de la carte Premier : 1,94% du montant payé ou retiré en livres sterling, en dollars US, en francs suisses ou dans toute devise autres que l’euro. Non négligeable quand on est amené à sortir souvent de la zone euro.

Pour le reste, pas de différences en termes de tarification : les porteurs d’Ultim comme ceux de Premier bénéficient de la gratuité sur l’essentiel des opérations du quotidien.

Bilan : Ultim ? Tentant !

On peut le dire : avec Ultim, Boursorama frappe un grand coup. Pensée pour les voyageurs, la nouvelle carte écrase en effet la concurrence sur ce créneau. Elle en fait plus, et pour moins cher, que les cartes premium d’Orange Bank, de Nickel ou de N26.

Plus tentante que la Premier ? Là, la bataille est plus serrée. Ultim vous coûtera clairement moins cher en voyage hors de la zone euro. Mais elle vous exposera aussi à quelques risques supplémentaires de refus de paiement, notamment si vous comptez louer une voiture, vous obligeant ainsi à emporter également avec vous une carte de crédit. Si vous compter partir prochainement en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis ou en Suisse, il peut donc être malin de préférer à Ultim une carte Premier à débit différé, quitte à emmener également une carte N26, Revolut ou Max - sans frais sur les paiements en devises - pour effectuer ses dépenses du quotidien à moindre coût.

Plus d’infos sur le compte bancaire Boursorama

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Juin 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 20 juin 2019 à 10h19 - #1Cris_one
  • Homme
  • Londres
  • 57 ans

Article intéressant.
Oui, on cerne assez bien le positionnement de cette nouvelle carte Ultim. Même si les paiements en dehors de la zone euro (mais seulement dans les principales devises, je suppose...) sont gratuits, reste à vérifier dans le réel, le cours effectif que choisira Boursorama (par rapport au cours officiel, celui du marché) ! Car, chaque banque choisit un cours (le sien, auquel elle applique ensuite ses frais) et parfois, vous seriez surpris de l'écart (spread) qu'elles prennent par rapport au cours officiel, (ceci, indépendamment du délai (quelques jours) entre le débit sur le compte du client, et l'acte d'achat ou de retrait DAB).
Christian

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 25 juin 2019 à 13h20 - #2Monkey78
  • Homme
  • 78210
  • 52 ans

Un avantage Ultim oublié, l'accès au salon à l'aéroport au delà d'une heure de retard

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 2 juillet 2019 à 13h40 - #3Sophia75
  • Femme

Pour moi les deux cartes ne sont pas comparables.
Une carte à autorisation systématique comme Ultim ne sera jamais une carte "premium".

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire