fortuneo
Fortuneo-

Banque en ligne : les clients ne sont plus tout à fait ceux qu'on croit

Quarantenaire utilisant un smartphone
© Spectral Design - Fotolia.com

Jeune, urbain, aisé : c’est l’image traditionnelle du client de banque en ligne, celle colportée notamment dans les publicités des acteurs de ce marché. Si elle correspond toujours à une certaine réalité, elle commence à évoluer.

Pour se faire une idée du profil-type du client de banque en ligne en 2018, nous avons demandé à une dizaine d’enseignes de la place de nous transmettre quelques statistiques. Toutes n’ont pas répondu (1) mais les chiffres fournis permettent de battre en brèche certains clichés.

Pour les jeunes ?

La banque digitale, c’est bien connu, c’est pour les jeunes, la fameuse génération Y (ou millenials), née dans les années 80 et 90, et qui a grandi avec l’internet puis le mobile. Vraiment ? Dans les faits, l’affirmation demande à être nuancée. L’âge moyen des clients des banques en lignes « historiques » tourne en effet autour de la quarantaine : 38 ans chez Boursorama et Hello Bank, 39 ans chez Monabanq. Le gros du contingent est ainsi formé par les 25-50 ans. Pas seulement des millenials, donc.

Avec une moyenne d’âge de 44 ans, et une part des moins de 25 ans de seulement 3%, ING Direct accueille la clientèle la plus mûre. Cela tient sans doute à son histoire : nombre de ses clients sont venus pour les placements (notamment pour son Livret Epargne Orange) dès le début des années 2000. Mais son fond de commerce tend à rajeunir : parmi les nouveaux clients ayant ouvert un compte courant en 2018, « 57% ont moins de 35 ans », note ainsi la communication de la banque d’origine néerlandaise.

Boursorama et Monabanq partagent, elles, une pyramide des âges assez similaire, avec environ 30% de moins de 30 ans, 45% de 30-50 ans et 25% de plus de 50 ans. Chez Boursorama également, la base clients a tendance à rajeunir : « Au premier semestre 2018, 49 % des nouveaux clients ont moins de trente ans alors qu’ils étaient 41 % il y a cinq ans », détaille la communication du leader de la banque en ligne, qui a lancé ces derniers mois Welcome et Kador, des offres conçues pour les jeunes.

Plus d’infos sur les comptes bancaires ING Direct et Boursorama Banque

Qu’en est-il du côté des néobanques ? Là, peu d’informations de la part des acteurs. Seule N26 nous a fourni quelques éléments. La néobanque berlinoise n’affiche pas d’âge moyen, mais touche clairement plus les millenials que les banques en ligne traditionnelles : les moins de 35 ans représentent ainsi près de 60% de sa clientèle.

Pour les Parisiens ?

La banque en ligne, un gadget pour Parisiens surmenés ? Le cliché, cette fois, se vérifie plutôt dans les chiffres. Alors que les habitants de la capitale représentent environ 3,5% de la population française, leur poids est beaucoup plus important dans la clientèle des banques en ligne : 20% chez Boursorama, 13% chez N26… Plus généralement, l'Ile-de-France (18% de la population française environ) est surreprésentée : 37% de la clientèle de Boursorama, 36% chez ING Direct. Seule Monabanq fait exception, avec 14% seulement de Franciliens.

La tendance, toutefois, est à une légère décentralisation de la clientèle des banques en ligne. 66% des nouveaux clients 2018 de Boursorama vivent ainsi en régions, alors qu’ils étaient 43% parmi les 500 000 clients que comptaient l’enseigne en 2013. Même constat chez ING Direct : 65% des nouveaux clients ayant ouvert un compte courant en 2018 sont provinciaux.

Pour les riches ?

La politique de sélection par les revenus des banques en ligne a souvent donné l’impression qu’elles ne visaient qu’une clientèle aisée. En oubliant que les seuils de revenus demandés pour bénéficier d’une carte bancaire gratuite sont finalement assez bas : 1 000 euros mensuels chez Hello Bank et Boursorama, 1 200 euros chez ING Direct…

En savoir plus sur les conditions d’accès aux cartes bancaires gratuites

Concurrence oblige, les banques en ligne ne sont pas très bavardes sur le profil financier de leurs clients. Seule ING Direct a accepté de communiquer le revenu moyen déclaré par ses usagers : 2 500 euros par mois, soit 30 000 euros par an. Un chiffre supérieur au salaire net annuel moyen en équivalent temps plein, calculé en 2015 par l’Insee : 26 634 euros. Boursorama, de son côté, annonce que 54% de sa clientèle dispose d’un revenu annuel moyen supérieur à 25 000 euros. Plus que les riches, c’est donc la classe moyenne au sens large qui semble rentrer dans la cible des banques en ligne.

(1) Nous avons envoyé nos questions aux banques en ligne Boursorama, ING Direct, Fortuneo, Hello Bank, Monabanq et BforBank et Orange Bank et aux néobanques Compte Nickel, N26, et Revolut. Boursorama, ING Direct, Hello Bank, Monabanq et N26 ont donné suite.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Août 2018

Commentaires

Publié le 9 août 2018 à 20h32 - #1GG

> Boursorama, de son côté, annonce que 54% de sa clientèle dispose d’un revenu mensuel moyen supérieur à 25 000 euros.
Annuel...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 9 août 2018 à 20h35 - #2Vincent Mignot (cBanque)

Merci, GG, pour le signalement. Corrigé.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 10 août 2018 à 14h08 - #3ATS
  • Femme
  • Paris
  • 48 ans

Bonjour
Pourquoi Bourse direct ne figure-t-elle pas dans vos panels de benchmark ? Vous ne la considérez pas comme une banque en ligne ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 15 août 2018 à 09h35 - #4@lagast8
  • Homme
  • Saint-Loup de Naud
  • 68 ans

A 68 ans, je suis à ING, N26, REVOLUT et très heureux avec ces banques.
Rien à voir avec l'âge.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire