Assurance vie : le palmarès des courtiers et banques en ligne

Un crayon et des billets sur un clavier
© vadimdem - Fotolia.com

Plus de 20 milliards d’euros et plus de 600 000 contrats : avec leur offre à frais réduits, les banques et courtiers en ligne séduisent toujours plus d’épargnants ! Mais le marché de l’épargne web ne s’envole pas... Tour d’horizon des forces en présence.

Le gâteau est-il trop gros ? Face aux 1 745 milliards d’euros de l’assurance vie, les banques en ligne, courtiers web et autres fintechs ne se partagent qu’une part infime du gâteau. Petit à petit, ces acteurs asseyent tout de même leur place dans le paysage. Que pèsent-ils exactement ? Un peu plus de 20 milliards d’euros, peut-on déduire en additionnant les données communiquées par les quelques assureurs qui monopolisent cette « niche » : Generali, Suravenir et à un degré moindre Spirica.

AssureursEncours web fin 2018Contrats en ligne en portefeuilleCollecte brute en 2018
Generali13,22 milliards d’euros383 7361,69 milliard d’euros
Suravenir8,6 milliards d’euros232 0001,28 milliard d’euros
Spirica1,25 milliard d’euros35 787214,2 millions d’euros

Derrière, plusieurs assureurs ont posé leurs pions sur le marché de l’assurance vie en ligne, sans y plonger réellement : Aviva, Apicil, Oradéa Vie, SwissLife, BNP Paribas Cardif et plus récemment CNP Assurances gèrent un ou plusieurs contrats. Côté assureurs, Generali reste donc le leader de l’assurance vie en ligne devant Suravenir.

Aviva, Apicil, Oradéa Vie, SwissLife, BNP Paribas Cardif, CNP Assurances...

Chaque contrat lie deux acteurs : un assureur d’une part, et un distributeur d’autre part. L’assureur fournit le fonds en euros, support à capital garanti, et gère les flux d’argent, notamment sur les supports en unités de compte (UC), sans garantie en capital. Ce sont eux qui gèrent les fonds en euros « star » du web : Suravenir Opportunités (rendement net de frais de gestion de 2,80% en 2018), Euro Exclusif (2,31%) ou encore Euro Allocation Long Terme (2,90%). Mais celui qui « vend » le contrat d’assurance vie au client est le distributeur : le courtier ou la banque en ligne. C’est ce distributeur qui établit – en partenariat avec l’assureur – les principales caractéristiques du contrat, qui gère la relation client, le conseille, qui propose éventuellement une interface en ligne dynamique, etc.

Banques en ligne : poker menteur

Qui est le véritable leader de l’assurance vie en ligne ? Côté distributeur, la « masse » des encours web (les sommes en gestion) reste l’apanage des banques en ligne. Mais qui domine ce marché spécifique ? Fortuneo s’est longtemps targuée d’être leader du marché. Dans un premier temps, la banque en ligne n’a pas souhaité communiquer de chiffres actualisés à la fin 2018. Avant de nous dévoiler un encours actualisé suite à la publication de cet article (1), ce qui lui permet de coiffer ses deux principaux concurrents... Quant à Boursorama et ING, difficile de les départager : ING revendique très précisément 4,65 milliards d’euros en gestion pour 133 000 contrats, quand Boursorama annonce un chiffre « rond », 5 milliards d’euros, sans livrer le nombre de contrats…

Reste un constat : les banques en ligne ne progressent plus à vitesse grand V. Fin 2016, les banques Fortuneo, ING et Boursorama annonçaient des encours d’assurance vie légèrement supérieurs à 4 milliards d’euros, chacune. Deux ans plus tard, les encours ont progressé, sans réellement décoller. Quant à BforBank et Monabanq, la discrétion reste de mise.

Banque en ligneEncours à la fin 2018Contrats d’assurance-vieAssureurLancement du contrat
Fortuneo5,5 milliards d’eurosNCSuravenir2001
Boursorama5 milliards d’eurosNCGenerali2004
ING4,65 milliards d’euros133 000Generali2004
BforBankNCNCSpirica2009
MonabanqNCNCGenerali2008
NC : Non communiqué

Courtiers web : 3 leaders, et des fintechs ambitieuses

Les courtiers d’épargne en ligne « traditionnels », ceux qui se sont lancés dans les années 2000, travaillent avec plusieurs assureurs. Altaprofits, Linxea et Mes-Placements dominent toujours le marché, et leurs statistiques progressent de façon régulière. Derrière, si l’on en juge par la collecte 2018, Assurancevie.com est clairement le numéro 4 du secteur, voire mieux pour la dynamique récente… Mais ce dernier ne communique ni son encours ni son portefeuille client, ce qui ne permet pas de le situer précisément. Les outsiders ? MonFinancier a été racheté par le groupe Meilleurtaux et va devenir Meilleurplacement. Hedios se concentre désormais sur les « Gammes H », des EMTN, autrement dit des « fonds à formule » nouvelle génération, en délaissant le marché de l’assurance vie. Dans la catégorie des courtiers « traditionnels », Touslesplacements.com poursuit lui sa croissance en mettant la main sur MonProjetRetraite.fr, plateforme lancée en 2013 que le nouveau propriétaire compte relancer. Et Placement-direct.fr rebondit assez nettement : 53 millions d'euros de collecte en 2018 contre 19 millions en 2016 et 35 millions en 2017.

Reste les challengers ambitieux, les fintechs, qui proposent elles une expérience différente pour l’investisseur : un assureur unique, le plus souvent, mais une plateforme de gestion « maison » voulue plus moderne, et une offre financière souvent basée sur les trackers, ou ETF, ces fonds répliquant un indice boursier. Yomoni a ainsi développé son modèle sur la gestion pilotée, avant de se diversifier plus récemment avec une gestion libre pour ses clients haut de gamme. Dans la catégorie fintechs, ou « nouveaux acteurs », Yomoni, Mieuxplacer.com et Marie Quantier sont les seuls à dévoiler des statistiques actualisées fin 2018.

Statistiques 2018 des courtiers en ligne
Courtier en ligne
(année du premier contrat)
Encours en millions d'eurosClients assurance-vieCollecte
en millions d'euros
Souscriptions 2018
Altaprofits (2000)1 70038 000NC1 500
Linxea (2005)1 50035 0002305 500
Mes-placements (2005)1 12029 0001502 395
Assurancevie.com (2010)NCNC1704 000
MonFinancier (2007)5909 4001171 715
Hedios (2006)325*7 300*NCNC
Placement Direct (2004)2606 100531 203
Tous les placements ¹ (2013)1122 58616,2NC
Yomoni ¹ (2015)10310 075634 900
Patrimea, E-patrimoine et Ethic Vie (2010)100*3 400**NCNC
Marie Quantier ¹ (2016)711 500NCNC
Grisbee (2016)332 20018800
Asac-Fapès (pour Solid’R Vie) (2007)32,5NCNCNC
Epargnissimo (2009)281 3004150
Advize (2012)10*5 000*NCNC
Mieuxplacer (2018)102 0003800
¹ Assurance-vie et autres produits / * Fin 2017 / ** Fin 2016 / NC : Non communiqué
Source : déclarations des plateformes

Binck et la Banque Postale se positionnent

Les autres fintechs, telles que Nalo ou WeSave, ne communiquent pas leurs statistiques. Pas plus que Bourse Direct, qui a récemment abandonné la commercialisation de Bourse Direct Vie (Apicil) pour se concentrer sur Bourse Direct Horizon (Generali). Autres courtiers en bourse à se positionner sur l’assurance vie : Binck.fr, qui a lancé Binck Vie fin 2018, ainsi qu’EasyBourse, qui a dévoilé EasyVie en mars 2018. EasyBourse ? Une filiale de la Banque Postale. S’il ne décolle pas totalement, le marché de l’assurance vie en ligne est bel et bien devenu un enjeu stratégique pour les groupes bancaires.

Courtiers en ligneLancement du
premier contrat
Assureurs
Bourse Direct2006Apicil, puis Generali
WeSave2016Suravenir
Nalo2017Generali
EasyBourse2018CNP Assurances
Investisseur Privé2018Generali
Binck.fr2018Generali

Voir aussi sur cBanque la comparatif d'une sélection d'assurances vie en ligne

(1) Le tableau « banques en ligne » a été mis à jour le 11 juin.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL avec EL / Juin 2019

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire