Assurance vie : un rendement moyen de 1,8% en 2018, comme en 2017 !

Cours de l'euro
© Valerie Potapova - Fotolia.com

Les performances des fonds en euros étaient annoncées en baisse. Finalement, la moyenne des rendements servis en ce début d’année est parfaitement stable, à 1,8%, selon la fédération de l'assurance.

Bis repetita. L’an passé, observateurs du marché et assureurs annonçaient de concert des rendements en baisse notable pour les fonds en euros. Finalement, la Fédération française de l'assurance (FFA) avait dévoilé un taux moyen – toutes catégories de fonds euros confondues – de 1,8% pour la rémunération de l’année 2017. Un taux quasi stable par rapport à 2016, une année pour laquelle la rémunération moyenne, annoncée dans un premier temps à 1,8%, avait été revue à 1,9%.

En ce début d’année 2019, les annonces des rendements des fonds en euros ont été orientées assez massivement à la baisse, même s’il s’agit dans la majorité des cas de baisses modérées. A quelques exceptions près : les filiales des groupes bancaires, notamment, ont elles été à contre-courant en remontant très légèrement les taux de leurs fonds en euros. Un léger rebond qui s’explique peut-être par les diminutions significatives de rendement des fonds en euros des contrats bancaires lors des années 2014-2016.

Performances en berne pour les unités de compte

Résultat : une moyenne de 1,8% pour la rémunération de l’année 2018, comme en 2017. Le léger rebond des fonds en euros des contrats bancaires explique probablement le statuo quo du taux moyen de l’assurance vie. Lors de la conférence de presse annuelle de la FFA, le président de la fédération Bernard Spitz a ainsi salué « la bonne performance des fonds en euros de l’assurance vie ».

Il a en revanche dévoilé une performance moyenne dans le rouge pour les supports en unités de compte (UC), sans garantie en capital, et l’eurocroissance. Dans un contexte boursier très défavorable, les UC bouclent l’année 2018 avec une performance moyenne de -8,9% selon la FFA, contre +5,3% en 2017 : « Les chiffres paraissent décevants en supports UC », reconnaît Bernard Spitz. « Mais il faut regarder cela sur le long terme, et au regard d’un environnement de taux bas. » La déception est aussi de mise pour les supports eurocroissance, dont la performance 2018 (-3,5%) vient annuler celle de 2017 (+3,4%).

Lire aussi : Le palmarès des rendements 2018 des fonds en euros

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Mars 2019