defiscalisation-mode-demploi.com : Découvrez ce que la déficalisation peut vous rapporter

Les créances douteuses en Europe ont été presque divisées par deux en 4 ans

drapeaux europe
© Robert Wilson - Fotolia.com

Le montant des créances douteuses en Europe a baissé de près de 45% entre 2015 et 2019 passant de 1.152 milliards à 636 milliards d'euros, selon un communiqué de l'Autorité bancaire européenne (ABE ou EBA en anglais).

La qualité des actifs détenus par les banques européennes s'est considérablement améliorée, se félicite l'ABE, qui publie vendredi un rapport sur leur évolution entre juin 2015 et 2019.

En juin 2019, le taux moyen de créances douteuses en Europe s'établissait à 3% contre 6% quatre ans auparavant, atteignant le niveau le plus bas depuis 2014, quand la notion de créance douteuse a été harmonisée en Europe.

Selon cette entité, chargée notamment de faire converger la règlementation bancaire en Europe, cette réduction globale des prêts douteux tient notamment aux efforts conjoints des superviseurs, des responsables politiques et du secteur bancaire pour traiter cette problématique.

La croissance économique, l'environnement de taux bas et la baisse du chômage ont également contribué à l'assainissement de la situation.

Les pays possédant des taux de créances douteuses élevés ont été à la pointe du processus de réduction du risque dans les bilans des banques concernées, sous la houlette de la BCE et des superviseurs. Malgré ces avancées, d'importantes disparités demeurent entre les pays en termes de taux de créances douteuses, relève l'ABE.

En juin 2019, la Grèce demeurait en première position avec environ 39% de créances douteuses sur le montant total des prêts du pays, suivi par Chypre (21,5%) tandis que cinq autres pays affichaient plus de 5% de prêts risqués (Portugal 8,9%; Italie7,9%; Bulgarie 7,2%; Croatie 6,1%; Hongrie 5,6%).

Néanmoins, les statistiques de l'ABE montrent que parfois les efforts d'assainissement des bilans bancaires ne se reflètent pas totalement dans les taux de créances douteuses.

Ainsi, le système bancaire grec détenait 114 milliards d'euros de créances douteuses en juin 2015, représentant 42% du total des prêts dans le pays. Quatre ans plus tard, bien que les banques grecques se soient délestées de 30% de ce montant, leur taux de créances douteuses n'avait reculé que de 2,7 points de pourcentage à 39,2%.

En revanche, l'Italie qui détenait en juin 2015 le montant le plus élevé de créances douteuses -282 milliards d'euros, soit 16,8% du total des prêts d'alors- l'a réduit d'un peu plus de moitié à 137 milliards d'euros quatre ans après, abaissant le taux de créances douteuses à 7,9%.

Parmi les pays ayant réduit drastiquement le montant de créances douteuses dans leur système bancaire se trouvent notamment l'Irlande (-80% avec un taux de créance de 4,6% en juin 2019 contre 20,4% en 2015); Chypre (-75%, avec un taux de créance de 21,5% contre 49,5% en 2015) ou l'Espagne (-49% pour un taux de créance de 3,5% en 2019 contre 7,1% en 2015).

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire