Budget : mesures « dérisoires » et « superficielles » sur l'écologie (Batho)

voitures électriques
© BERLINSTOCK - Fotolia.com

Les mesures du budget 2020 consacrées à l'écologie sont « assez dérisoires » et « très superficielles », a estimé mardi l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho, alors que le gouvernement dit donner la « priorité » à ce sujet dans son projet de loi de finances (PLF).

« On est dans des choses qui sont assez dérisoires et surtout très superficielles », a déclaré Mme Batho, députée des Deux-Sèvres et présidente de Génération Ecologie (GE), sur France 2. « C'est un mauvais budget », a-t-elle ajouté.

Dans le viseur de l'ancienne ministre : la « diminution des aides à la rénovation énergétique » et la suppression de plus de 1.000 postes au sein du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Mme Batho, ministre de l'Ecologie de François Hollande de 2012 à 2013, a rappelé son espoir « que l'ensemble de la politique économique soit basée sur l'impératif de protéger le vivant et de protéger le climat ».

Selon elle, la volonté du gouvernement d'allier un budget axé sur la croissance et « quelques mesures écologiques » est « totalement obsolète comme vision du monde ».

« On doit tous changer de mode de vie, et l'Etat doit changer de vision du monde », a-t-elle ajouté, énumérant : « On doit changer notre façon de produire, notre façon de consommer, notre façon de nous déplacer, notre façon de concevoir les territoires ».

Reconnaissant que les écologistes n'étaient « pas encore » prêts à assumer le pouvoir, elle a estimé qu'il leur manquait « la construction d'un projet crédible et la construction que nous engageons aujourd'hui de façon unie d'un projet de gouvernement ». « On y travaille », a-t-elle assuré.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.