Rénovation énergétique : plus d'une entreprise sur deux n'est pas dans les clous

Homme en train d'isoler un toit
© artursfoto - stock.adobe.com

Attention aux arnaques à la rénovation énergétique ! Selon la DGCCRF, qui publie aujourd’hui une étude sur le sujet, elles ont augmenté de 20% au cours des 12 derniers mois.

Encourager les Français à mieux isoler leur logement pour réduire leur empreinte environnementale, et accessoirement leur facture de chauffage : pour y parvenir, les pouvoirs publics ont mis en place un certain nombre de dispositifs incitatifs, à base d’aides financières à la rénovation énergétique. Ces dispositifs, toutefois, créent aussi un effet d’aubaine pour des entreprises du bâtiment peu scrupuleuses, qui cherchent à profiter de ce climat pour faire leur beurre, quitte à tromper les consommateurs.

Dans une étude publiée aujourd’hui, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) constate ainsi une hausse de 20% des arnaques à la rénovation énergétique au cours des 12 derniers mois, rapporte le journal Le Parisien. Sur les 469 contrôles effectués en 2018 auprès d’entreprises du secteur, 56% présentaient des anomalies.

Comment éviter de tomber dans le piège ?

Qui sont ces « arnaqueurs » ? « De petites structures, mobiles et éphémères, comptant parfois dans leurs équipes plus de commerciaux que d'ouvriers », explique au Parisien Loïc Tanguy, directeur de cabinet à la DGCCRF. Elles démarchent leurs victimes potentielles directement, par téléphone ou en porte-à-porte, et n’hésitent pas à se présenter comme des partenaires de l’Etat. Elles vous promettent monts et merveilles (travaux à un euro, crédits d’impôts, économies, etc.)… et vous mettent la pression pour signer sur le champ ce qui est présenté comme un simple devis, mais est en fait une facture.

Pour tenter de mettre fin à ces abus, le gouvernement doit rencontrer aujourd’hui les associations de consommateurs. Ces dernières alertent de longue date sur le sujet, prodiguant des conseils pour éviter de tomber dans le piège. Parmi eux : ne pas donner suite en cas de démarchage direct d’un soi-disant service public ; ne jamais verser d’acompte ; et contacter le réseau FAIRE (Faciliter, accompagner et informer pour la rénovation énergétique) pour s’informer sur la réalité des aides possibles.

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / VM / Octobre 2019