Arnaque financière : comment échapper aux escrocs

  • Par
  • ,
Façade de l'AMF
© BL / cBanque

L’Autorité des marchés financiers, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et le Parquet de Paris unissent leurs forces pour sensibiliser les épargnants contre les escroqueries. Une nouvelle campagne de prévention est lancée.

Un milliard d'euros. C'est la somme perdue par des investisseurs français dans des escroqueries financières entre le second semestre 2017 et le 1er semestre 2019. Ce chiffre vertigineux a été dévoilé mardi par l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et le Parquet de Paris. L’occasion pour ces instances de rappeler les bons réflexes pour éviter les arnaques : « ne donnez pas suite aux sollicitations d’une personne que vous ne connaissez pas », « ne donnez pas vos coordonnées téléphoniques en réponse à un mail ou sur internet », et bien sûr « ne communiquez jamais vos coordonnées bancaires » et « ne versez pas de somme d’argent sans avoir fait des vérifications préalables » sur la fiabilité et l’identité du destinataire.

Lutter contre les idées reçues

Leur objectif est aussi de lutter contre certaines idées reçues : personne n’est, a priori, à l’abri d’une arnaque financière. « Le profil des victimes ? Aucune catégorie d’âge n'est épargnée même si la grande majorité a plus de 50 ans », souligne ainsi l’AMF sur Twitter. Les plus de 50 ans représentent plus de 65% des victimes et 81% de l'ensemble des sommes perdues. « Un constat qui peut s’expliquer à la fois par un patrimoine plus important, une disponibilité pour des sollicitations faites par téléphone et certains facteurs de vulnérabilité comme l’isolement familial ou la recherche de sociabilisation », ajoute l'AMF par communiqué.

Il faut dire que cette autorité en connaît un rayon sur les techniques des escrocs. Sa plateforme téléphonique, « Epargne Info Service » est en effet un véritable baromètre des arnaques du moment. Les doléances et plaintes des investisseurs « nous aident à capter les tendances », expliquait récemment à MoneyVox Claire Castanet, la directrice des relations avec les épargnants de l'AMF. L’un des résultats visibles de cette lutte est la liste noire des sites frauduleux, régulièrement étoffée. Plus de 1 000 sites ou entités frauduleuses, dont 329 depuis le 1er janvier 2019, sont désormais répertoriés. « Depuis 2014, l’AMF a obtenu le blocage de l’accès à 178 adresses internet », a souligné d’ailleurs ce matin l’autorité.

Parmi les techniques de manipulation préférées des arnaqueurs, le Parquet de Paris, l’AMF et l’ACPR sensibilisent notamment sur celle dite du « pied dans la porte ». Appliquée aux investissements, cette stratégie bien connue des commerciaux consiste à vous amener progressivement à verser des sommes de plus en plus importantes, sans éveiller votre vigilance. Un investissement que vous n’auriez jamais accepté de dépenser si l’escroc l’avait exigé dès le départ.

Lancement d'un service d'alertes

Vous trouvez cette technique grossière et doutez, sur vous, du pouvoir de manipulation des arnaqueurs de l’épargne ? A l’aide de témoignages d’épargnants floués, la nouvelle campagne de sensibilisation de l’AMF, lancée ce mardi 17 septembre, va essayer de vous prouver le contraire. Rendez-vous sur les réseaux sociaux, sous l’hashtag #ArnaquesParlonsEn, pour découvrir la première vidéo.

L'autorité financière va également lancer « AMF Protect Épargne », un service disponible sur internet et application mobile. Il permettra aux épargnants de recevoir des alertes en temps réel adressées par le gendarme financier concernant les derniers sites frauduleux épinglés. « Ils pourront rechercher facilement un site non autorisé dans les listes noires et estimer le niveau d’arnaque potentiel d’une proposition d’investissement en répondant à quelques questions simples », ajoute l'AMF par communiqué.

Lire aussi : attention à la fraude à la « Boiler Room » !

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / MEF / Septembre 2019