Épargne salariale : 4 200 euros par salarié dans les grandes entreprises cotées

Un bulletin de paie et des pièces
© Benjamin LEFEBVRE - Fotolia.com

En 2018, un salarié d’une société du SBF120 – les 120 premières capitalisations boursières d’Euronext – a reçu en moyenne 4 243 euros au titre de l’intéressement, de la participation et en abondement. Un montant qui progresse année après année.

4 243 euros : c’est la prime salariale moyenne qu’ont reçu l’année dernière les salariés des plus grandes entreprises françaises, selon le baromètre annuel du « partage de profit » réalisé depuis 2012 par la société de gestion Eres. Ce joli pécule, en hausse de 2% sur un an, comprend les primes d’intéressement, la participation et l’abonnement sur un plan d’épargne salariale (PEE ou Perco) versés par les entreprises du SBF120. C’est-à-dire les 120 sociétés, cotées à la bourse de Paris, ayant la plus forte capitalisation boursière. Dans le détail, cet indice reprend le CAC 40, le CAC Mid 60 et le CAC Next 20.

En 2018, les entreprises du SBF120 ont redistribué au total 5,2 milliards d’euros de bénéfice à leurs employés. Un montant record depuis qu’Eres dresse cet observatoire et en hausse de 7% sur un an ! En 2017, ces sociétés avaient en effet versé 4,9 milliards d’euros de primes aux salariés. Par rapport à l’année 2012, où le SBF120 avait distribué 4,39 milliards d’euros de profits, l’augmentation atteint même 20%.

« Cette hausse reflète la volonté des entreprises de récompenser les salariés à l’heure où l’économie se porte bien », analyse la société de gestion spécialisée dans l’épargne salariale. Pour les entreprises, l’épargne salariale permet surtout d’attirer, fidéliser voire retenir les cadres courtisés par la concurrence. Pour les années prochaines, l’essor va perdurer, anticipe Eres : « L’annonce par le Premier Ministre de la reconduction en 2020 de la prime de pouvoir d’achat pour les entreprises ayant signé un accord d’intéressement laisse augurer un bon millésime 2020 ». Et un millésime qui devrait faire davantage la part belle aux salariés des plus petites entreprises. Pour rappel, depuis le 1er janvier 2019, les entreprises de moins de 50 salariés sont notamment exonérées de forfait social sur le versement de la participation, de l’intéressement et pour l’abondement des plans d’épargne salariale.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Juillet 2019