Homéopathie : le déremboursement sans incidence sur le pouvoir d'achat (Buzyn)

  • cBanque avec AFP
  • ,
Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé
Agnès Buzyn - DR Ministère des Solidarités et de la Santé

Le déremboursement de l'homéopathie prévu à partir de janvier 2021 ne devrait pas « gréver le budget des Français » qui ont recours à ces traitements, a estimé mercredi la ministre de la Santé Agnès Buzyn, en raison de leur prix peu élevés.

« Ces médicaments coûtent très peu cher en réalité : le remboursement qui intervient sur ces tubes est de 20, 30, 40 centimes d'euros... Les 1% de Français qui utilisent le plus l'homéopathie ont un taux de remboursement de l'ordre de 2 euros par mois, donc je ne pense pas que ça grèvera le pouvoir d'achat », a affirmé la ministre sur RTL.

Le gouvernement a tranché mardi en se rangeant à l'avis de la Haute autorité de santé (HAS) qui avait conclu à l'absence d'efficacité avérée de ces produits pharmaceutiques. Ils ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale à partir de 2021, après une « étape intermédiaire » d'un an, à compter du 1er janvier 2020, où un remboursement réduit à 15% sera appliqué.

Crainte pour l'emploi

« Il est important que chaque euro dépensé par la Sécurité sociale le soit à bon escient pour des traitements utiles ou reconnus comme utiles par la Haute autorité », a-t-elle souligné, balayant les inquiétudes sur l'emploi. Les laboratoires assurent que le déremboursement menace 1.300 emplois (dont 1.000 chez Boiron, leader du secteur).

« Je ne pense pas que ça pèsera autant sur l'emploi que le dit la firme. Mais je les rencontrerai. Ces entreprises doivent surtout être accompagnées par le ministère de l'Economie et des Finances, si elles se sentent en difficulté », a ajouté la ministre, insistant sur les possibles nouveaux marchés de l'homéopathie, en expansion en Asie. Elle recevra jeudi des associations qui militent en faveur de l'homéopathie.

Certains médicaments homéopathiques étaient jusqu'ici remboursés par la sécurité sociale sans avoir prouvé leur efficacité scientifique, en vertu d'un statut dérogatoire. Leur taux de remboursement, fixé à 65% en 1984, avait déjà été ramené à 35% en 2003 puis 30% en 2011. L'an dernier, l'homéopathie a représenté 126,8 millions d'euros sur environ 20 milliards pour l'ensemble des médicaments remboursés, selon l'Assurance maladie.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.