Salaire : les enseignants sont-ils trop payés ?

marquage au sol à l'abord d'une école
CC Zizagou76/Flickr

Un sondage s'est intéressé à la perception de la rémunération des enseignants débutants, en maternelle ou en primaire. Verdict : 56% des Français estiment qu'ils « sont suffisamment payés ».

Trop rémunérés, les 890 000 enseignants de l’Education nationale ? Selon une enquête OpinionWay, réalisée pour Les Echos et Radio Classique, 21% des personnes interrogées sur les salaires des enseignants débutants, en maternelle ou en primaire, considèrent qu'à 2 067 euros bruts mensuels pour 24 heures de cours par semaine, ils sont trop payés. Ce pourcentage grimpe même à 27% pour un enseignant agrégé, en collège ou lycée, qui touche 2 334 euros bruts mensuels (avant impôts), en début de carrière, pour 15 heures par semaine face aux élèves.

Au global, ce sont 56% des sondés qui pensent que les enseignants novices, recrutés sur concours à un niveau d’études Bac + 5, « sont suffisamment payés ». Une affirmation davatange partagée par les électeurs de Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle. 78% sont d’accord avec cette opinion contre 49% pour les électeurs d’Emmanuel Macron.

Les Français ont une bonne opinion des enseignants

Pour les Français issus des catégories populaires, et ayant souvent une rémunération moins importante, ils sont 73% à considérer que les enseignants sont suffisamment payés. « Cette perception des catégories populaires envers un métier qui dispose encore de quelques privilèges comme un emploi à vie, en dépit du manque de moyens pour l'exercer, peut être considérée comme une forme d'inégalité », explique Frédéric Micheau, directeur de département pour OpinionWay, interrogé par Les Echos.

L’avis des Français sur la rémunération du corps enseignants peut sembler paradoxal alors que 72% en ont une bonne opinion. En effet, 80% reconnaissent le caractère difficile de ce métier et 74% constatent que les enseignants manquent de moyens pour assurer leurs missions et que la profession n’est pas assez valorisée dans la société (69%).

Au final, rappelons qu'en France, les enseignants touchent un salaire inférieur de 7% à la moyenne des pays de l’OCDE.

Partager cet article :

© cbanque.com / MB / Juin 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 26 juin 2019 à 11h18 - #1Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Je ne suis pas enseignant donc je pense avoir un avis neutre sur ce sujet.
Concernant les heures travaillees hebdomadairement si on veut etre honnete , il faut compter aussi le temps de préparation des cours + temps de correction des copies. Je ne serai pas étonné qu'en intégrant ces 2 éléments le temps réel de travail soit environ doublé.
Moi quand je rentre du travail, je ne travaille plus !
Ensuite concernant la rémunération des enseignants comme le rappelle l'auteur de cet article, celle ci est inferieure à la moyenne de l'OCDE. A noter aussi que les enseignants ne touchent pas d'interessement, de participation, d'abondement contrairement à beaucoup de salariés du privé dans les grandes entreprises...
Quand on compare, il faut comparer rémunération globale et pas seulement salaire... Et elle n'est pas très haute chez les enseignants... Et surtout si on compare la remuneration globale en ne retenant que les salariés ayant au moins bac+4 ou bac+5...
C'est pour cela que cela ne se précipite pas aux concours d'entrée malgré une plus grande stabilité de l'emploi et des vacances plus importantes...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?72
Publié le 26 juin 2019 à 13h58 - #2mondonovo974
  • Homme
  • Île de La RÉUNION
  • 69 ans

Le vrai problème des enseignants est qu'ils ne sont pas évalués sur leur capacités à enseigner une matière au vu des résultats des test internationaux PISA par exemple.. les matières scientifiques n'ont pas de méthodes d'enseignement efficaces et seuls les couches sociale medio-superieures ont une réussite correcte. De plus le niveau des concours ne signifie pas une capacité à transmettre. Ceci n'engage que moi....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 26 juin 2019 à 14h35 - #3Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Tout à fait. C'est un vrai problème de société.
Si nos résultats internationaux dégringolent ce n'est pas la faute à tel ou tel enseignant ou en tout cas sa responsabilité est limitée.
Pourquoi ?
* Parce que l'enseignant passe beaucoup de son temps à faire la discipline et davantage des fois qu'à enseigner car les parents sont de plus en plus démissionnaires...
* Parce qu'il doit appliquer un programme avec un niveau qui baisse régulièrement, il ne peut pas contester ce système car c'est un fonctionnaire
* Parce que les instances au dessus veulent interdire le redoublement ce qui fait qu'un enfant qui décroche au CP risque de décrocher à vie...
* Parce qu'on veut un maximum de réussite au bac pour séduire les classes populaires mais on les assassine plus encore comme cela car si le choix ne se fait plus par le diplôme dévalorisé il se fera par les relations...
Il y a encore d'autres raisons pourquoi nous sommes de plus en plus mauvais...
Mais c'est plus le système que l'enseignant qu'il faut dénoncer...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?40
Publié le 27 juin 2019 à 06h34 - #4Vicaya
  • Femme
  • Paris
  • 37 ans

Bonjour, je suis enseignante en primaire, et je suis contente de voir que les internautes réalisent que notre vie n'est finalement pas si simple. En effet, la réalité est autre: les 24 h signalées dans l'article sont les heures en présence obligatoires avec les enfants. Mais ! Se rajoutent les heures obligatoires de reunion (qui finissent souvent à 21h).Les 35 h sont atteintes. Ensuite les temps de correction et de préparation font grimper le chiffre à 70 h semaine. Car beaucoup de personnes pensent que nous recrachons un cours... Faux, même si la thématique est la même pour tout les enfants du monde, le cours lui, doit suivre des codes stricts qui nous vaut des heures à penser la méthode, la façon de gérer les difficultés des élèves à inclure, la façon dont le cours s'inscrit dans la continuité du programme imposé par l'éducation nationale, les moyens, la remediation' possible.. Nous écrivons tout, rien n'est téléchargé d'internet et les documents ne sont absolument pas fournit par l'état. Souvent nous devons nous même compléter avec notre salaire les carences de formation avec du matériel. Au final nous travaillons 70h/semaine avec un salaire de base de 1600 euros net par mois au départ pour un niveau Bac +5..avouez que ce n'est pas folichon. À cela se rajoute des sois disant vacances longues qui, il faut faire découvrir aux gens, sont des alibis pour préparer et d'avancer sur les corrections et nouvelles préparations des disciplines. Pendant ces "vacances" nous préparons les mois à venir pour les élèves avant les prochaines vacances:cela s'appelle une période. Une des missions du professeur des écoles est aussi d'etre éducateur, donc se rajoutent des missions d'éducation et d'encadrement aux 70h.Les parents restent ceux qu'il faut gérer en plus. Les professeurs sont mal aimés, trop payés... C'est un sacré mythe. Pour ma part je devais me lever le matin à 5h,pour arriver à 7h15 du matin en salle de classe pour préparer les documents et la mise en place de la salle. À 10h,lors des surveillances de cours, si il n'y a pas suffisamment de collègues pour suiveiller (ça arrive plus souvent qu'on ne le pense, et c'est un temps obligatoire où, non, on ne boit pas de café), nous ne pouvons pas spontanément aller aux toilettes, il faut le demander pour gérer la rotation du personnel. Après manger, entre 12h et 13h30,j'allais corriger à mon bureau pour avoir du temps pour dormir le soir. À partir de 16h,il y a en place ce que nous appelons les APC, ce sont des cours supplémentaires sur des domaines cibles pour les élèves très en difficulté.. Ces APC sont obligatoires pour le personnel enseignant. Puis repartir à la maison, retour pour 19h où le repas n'est pas prêt et vous ouvrez une boîte de conserve ou mangez sur le pouce avec un stylo en main et un pc sur les genoux, l'imprimante qui turbine pour s'arrêter de bosser à 2h du matin.. Et rebelote... Pas de vie sociale, pas le temps de s'occuper de soi, courir pour les rdv, géré des personnes qui nous voient comme des privilégiés et serrer les dents.. Alors si cette vie fait rêver les autres, si c'est si facile comme certains le pensent, passez le concours et entrez dans l'arène.. Parce que c'est exactement ça et c'est pendant toute une vie professionnelle. Alors on est finalement si bien payés que ça ? On est des faineants ? Alors rejoignez nous au bagne et passez votre concours, ça tombe bien on manque de personnel ! 😂

Trouvez-vous ce commentaire utile ?24
Publié le 27 juin 2019 à 20h55 - #5Dunky
  • Lille
  • 30 ans

Vicaya.... Lol, Vous n'en faites pas un peu trop ? Vous dormez que de 2h à 5h soit 3h par jour... Je pense que tout le monde est conscient que 24h devant de cours ne signifie pas 24h de travail mais vous en faites vraiment vraiment trop !! Ma cousine est instit, elle est pourtant encore que "débutante" et elle est loin, très loin de la description que vous faites !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 27 juin 2019 à 20h59 - #6Tibox
  • Homme
  • Lille
  • 41 ans

@vicaya, en tout cas vous avez le temps de surfer ici et de poster un long commentaire orienté.
Avant on nous disait que les heures hors présence en classe étaient utilisées pour la préparation des cours et la correction maintenant on nous fait le coup des vacances entières !
Je connais des profs primaires, secondaires et universitaires (l’article est sur la maternelle et primaire) et leur rythme n’est pas du tout le vôtre. Il y a les bons et les mauvais chasseurs commes dirait l’autre .... mais il est clair que le salaire mensuel net est ridicule pour un bac+4/5. Faut vraiment avoir la vocation pour y rester ou alors aimer les grandes vacances quitte à faire quelques concessions.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 28 juin 2019 à 09h13 - #7Vicaya
  • Femme
  • Paris
  • 37 ans

Je me suis permise de mettre un long commentaire car j'ai déjà beaucoup, beaucoup travaillé, et j'ai eu le temps avec la canicule ces derniers jours étant donné que les classes sont fermées ! Pour ce qui est de mon travail, en tant que débutant, on nous en demande énormément... Effectivement je veux que tous les élèves réussissent et c'est bien pour cela que je travaille, mais il faut savoir que les inspecteurs passent régulièrement dans les classes, en particulier au début, pour vérifier que vous ne vous roulez pas les pouces, que tout est conforme, y compris le classeur de préparation de l'année pour voir si vous ne faites pas de zèle uniquement les jour de leur visite ! Après peut être que le rythme est différent en fonction de la localisation :j'habite la région parisienne. C'est une hypothèse bien sûr, je n'aime pas jeter la pierre sur les collègues. Donc oui monsieur, aujourd'hui il fait chaud, il y a moins d'élèves, donc j'ai posté...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 28 juin 2019 à 09h59 - #8Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

En France il est à la mode (pour ne pas dire un sport national) de s'en prendre à une categorie de la population, ça peut etre les enseignants, les fonctionnaires d'ordre générale, les plombiers, les employés de banque, les chasseurs...
Ca fait couler beaucoup d'encre, ca fait vendre...
Bien évidemment on peut vouloir améliorer les choses en faisant des analyses, mais ne jugeons pas sans connaitre la réalité du terrain.
Les enseignants ne travaillent pas 15 ou 18h par semaine, les cheminots ne touchent plus la prime de charbon, les employés de banque ne sont pas tous grassement payés, les plombiers ne sont pas tous des escrocs.
Il y a des tendances à tout caricaturer c'est ca qui est gênant et c'est vrai qu'on vit dans une période compliquée, alors pour certains c'est plus tentant d'endosser la responsabilité à d'autres personnes.
Il ne faut pas tomber dans ce piège que souhaitent certains...pour mieux nous diviser et mieux nous dominer...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 28 juin 2019 à 16h48 - #9tristanyseu
  • Homme
  • Saint-Denis 93

Pour réveiller certains , il suffit de parler des fonctionnaires, des cheminots, des salariés d'EDF, des députés etc .. Concernant les enseignants je n'ai pas d'avis mais je pose une question :Combien y a -t-il d'enseignants ( en personnes physiques ) à l'éducation nationale ( détail par primaire, secondaire,université ) et surtout parmi ces enseignants, combien sont réellement en exercice face aux élèves, lycéens , étudiants ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 28 juin 2019 à 18h10 - #10Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

384 800 enseignants 1er degré avec en moyenne 19,4 enfants par enseignant en école élémentaire (15,1 moyenne OCDE)
499 600 enseignants 2nd degré : 12,9 enfants par enseignant (13,3 moyenne OCDE).
97 000 enseignants sans classe en 2005, 92 000 en 2012.
Une partie (18000) sont à des postes de direction d'école ou réaffecter au centre national d'enseignement à distance.
Une autre partie (21000) c'est du personnel en disponibilité (pas rémunérés) ou détachés auprès d'organismes divers comme des associations culturelles, sportives et souvent remuneres par ces organismes.
Une autre partie (26500) sont des enseignants exercant en dehors du second cycle ou du ministere de l'education nationale.
Une derniere partie (32000) sont des enseignants sans classe et sans action pédagogique dont une partie importante de remplacants inoccupés. Quand un enseignant est malade il faut le remplacer rapidement donc il faut suffisamment de personnes au niveau national pour pouvoir les remplacer. Dans une entreprise privée, souvent ce sont les collégues presents qui ont un surplus de travail. Là il faut assurer les classes et personne ne peut se dédoubler d'où la justification de remplaçants qui n'ont temporairement pas de poste.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 28 juin 2019 à 18h31 - #11X

Enseignante débutante : je souscris à 100% au commentaire de l'enseignant(e) précédent(e). Salaire 1600€ net avec bac plus 5 : c'est sûr que dès le départ si on présente des horaires de travail non réalistes et un salaire biaisé...ça fausse un tantinet les réponses...
Ayant vécu une vie de 15 ans dans l'entreprise privée pour faire un travail très bien payé avec participation, intéressement abondement et CE de rêve, mais aucun sens, aucune utilité sociale, aucune utilité pour l'humanité (ni aucune autre espèce d'ailleurs), j'ai choisi de basculer vers un travail très utile mais mal payé...(les infirmières, les sage femmes et autres urgentistes sauront de quoi je parle). Bref avantages compris dans mon ancien boulot j'ai divisé mon salaire par 3 et vraiment profondément rogné mon confort de vie, mais...(sinon je ne l'aurais pas fait) je me sens plus utile, et j'ai un travail qui a du sens, alors...oui, rejoignez nous, c'est dur (la "vraie vie" décrite ci-dessus est malheureusement réaliste) mais ça vaut le coup ! Il y a du bonheur (et beaucoup de fatigue) au quotidien.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 29 juin 2019 à 17h03 - #12tacata
  • Homme
  • Paris
  • 49 ans

quand ils ne sont pas en réunion syndicale ils sont en greve ou en arret maladie
des qu'il fait chaud ils demandent aux parents de garder leurs enfants
la moitié du programme n'est pas faite
alors oui au dela du smic c est trop payé pour des paresseux comme la majorité d'entre eux sauf de rares exceptions de vrais passionnés

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 29 juin 2019 à 17h41 - #13Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Tacata, juste pour information la décision de fermer une école ne dépend pas d'un enseignant, même syndiqué, mais de la mairie avec le directeur d'école qui en informent le Préfet...
C'est pour cela que vous lisez : telle mairie a décidé de fermer ses écoles... Maires élus démocratiquement...
Donc si vous n'etes pas satisfaits de la décision de votre maire d'avoir fermé l'école de vos enfants , libre à vous de lui faire part de votre mécontentement et voir de ne pas le réélire l'année prochaine...
Parce que vous avez dû vous débrouiller pour faire garder votre ou vos enfants et que ce n'etait pas simple du tout...
D'ailleurs entre nous je trouve aussi regrettable dans la plupart des cas la fermeture des écoles...Et je pense que de nombreux enseignants aussi.
J'ai une tante prof de francais qui a pesté...
Concernant la "fainéantise" des enseignants en vous citant c'est votre droit de le penser. J'espere juste que vous ne confiez pas votre ou vos enfants à ce genre de personnes ("trop") payés par les contribuables et que vous avez choisi une école privée hors contrat ou que vous avez choisi de faire vous meme leur instruction. Ca aurait au moins le mérite de la cohérence.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?11
Publié le 29 juin 2019 à 19h26 - #14tacata
  • Homme
  • Paris
  • 49 ans

Mon maire n'a rien a voir la dedans il a laissé l'école ouverte et le directeur s'est soumis a cette décision qu'il informe venir du ministere
mais les maitres et maitresses ont mis un mot dans le cahier demandant de garder les enfants at home tout en s'engageant a garder ceux qui ne céderaient pas
ainsi la journée scolaire est devenue un stand de coloriage

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 29 juin 2019 à 21h20 - #15Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Chez moi aussi la mairie a laissé l'école ouverte contrairement à la ville voisine où le maire ne voulait rien savoir.
Mais comme beaucoup de maires ne veulent pas avoir d'ennuis notamment vis à vis des parents au cas où il y a ci ou il y a ça, la présence à l'école n'était pas obligatoire...
Les enseignants ont vivement recommandé aux parents d'envoyer leurs enfants à l'école...
Malgré cela presque la moitié de la classe de mon fils a fait l'école buissonnière. Alors que la temperature n'excedait pas 30 degres vendredi dans l'Est...
De la pure folie !
Mais qui sont responsables ? Les parents qui ont tellement peur pour leurs pauvres enfants qu'ils prennent un coup de chaud quand il fait 30 degrés ?
Les maires qui sont responsables de tous les problèmes jusqu'à la largeur des trottoirs, la hauteur d'un poteau ou un malaise d'un enfant à l'école ?
Des enseignants qui ont pour beaucoup d'entre eux la même trouille que les maires et s'il y a un pépin ça sera pour leur pomme.
Qui est fautif ? N'est ce pas un probleme plus collectif et global ? Ne vit on pas dans une societe qui rejette la responsabilité sur les autres ? Qui n'hesite pas à porter plainte pour un rien ?
Je me demande s'il ne faut pas qu'on reforme les programmes scolaires et qu'on donne des "cours de responsabilisation et de maturité" à beaucoup de parents.
Avec tout mon respect, je pense Monsieur que vous vous trompez de cible.
Même si je suis tout aussi révolté que vous. Je pense que la responsabilité est bien collective et que nous devons tous nous remettre en cause dans nos comportements.
Et je remercie mes anciens enseignants qui m'ont donné l'envie d'apprendre, de faire des efforts, d'évoluer et de gravir des échelons. Et aux contribuables d'avoir pu financer les études que mes parents n'auraient pas pu me payer.
Un simple devoir de reconnaissance. Du sens civique.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 30 juin 2019 à 00h52 - #16Vicaya
  • Femme
  • Paris
  • 37 ans

Merci beaucoup Manu, je n'aurais pas su répondre mieux... Cela me touche beaucoup car j'ai espoir aussi de marquer mes élèves, qu'ils se souviennent à quel point je me suis investie pour qu'ils réussissent, qu'ils se rendent compte dans le futur à quel point nous avons mis les moyens, nous professeurs, pour les voir réussir... Certes ça ne me concerne pas compte tenu de votre âge, mais je vous remercie du fond du cœur... C'est ça le vrai salaire d'un enseignant

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 1er juillet 2019 à 21h42 - #17dadoo
  • Homme
  • 44
  • 45 ans

autodidacte dans la restauration depuis 1991, service en salle, crêperie, pizzeria, brasserie, cuisine de collectivités pour 2100 euros brut + un treizième mois (par contre au forfait parce que les heures supp vous les oubliez et cela depuis toujours... heures de nuit, travail le week end et primes exorbitantes vous oublié aussi mêmes si c'est mieux qu'il y a 25 ans... alors si un jour un président passe par là que vous soyez paysagiste, prof, ou bien bien dirigeant d'une multinationale, il n'aura qu'à traverser la rue pour vous trouver un vrai métier...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 2 juillet 2019 à 06h56 - #18Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Dans la restauration les conditions de travail sont difficiles et on ne compte pas ses heures tellement on en fait. C'est pour cela que même dans les endroits où il y a beaucoup de chômage, ils ont du mal à trouver de la main d'oeuvre !
On peut faire la même remarque pour d'autres métiers de bouche ou des métiers liés à la santé ou à l'agriculture ou au bâtiment... Beaucoup d'heures et il faut revenir plusieurs fois par jour au travail....
Ca ne motive pas grand monde et pourtant ce sont de beaux métiers !
Mais d'autres professions aux horaires plus réguliers sont également de "vrais" métiers. Je ne les mets pas en opposition. Si le métier d'enseignant était si simple, il trouverait facilement de la main d'oeuvre or ce n'est pas le cas... Un enseignant arrive sur le marché du travail plus tard car ayant un niveau d'etudes bac+5, il y a eu absence de salaire jusqu'à l'âge de 23 ans minimum et pourtant le salaire d'un débutant est bas concernant ce niveau d'études (donc pas d'effet rattrapage des années sans salaire) et il faut supporter 25-30-35 élèves tous les jours ! Pas étonnant que ça n'attire pas vraiment...
Que ca soit dans la restauration ou dans l'enseignement ces métiers n'attirent pas. Point commun d'ailleurs !
Et interrogez vous toujours pourquoi...
Il n'y a pas de "vrais" ou "faux" métiers, mais il y a des métiers qui attirent plus ou moins et pourtant ils sont nobles.
Voilà.
Et la division entre nous fait les affaires de certains donc ne rentrons pas dans leur jeu.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 8 juillet 2019 à 18h14 - #19Connaissance de profs
  • Femme
  • 56
  • 39 ans

Les enseignants font largement plus de 35h/semaine entre les 18h face aux élèves, la préparation des cours ( et oui, ils n'arrivent pas en cours les mains dans les poches et les photocopies, préparation de classes et autres présentations vidéo ne se font pas toutes seules). Il faut aussi compter les rdv avec les parents en individuel ou en grosses réunions genre réunions de présentation à la rentrée ou réunions parents profs (sur plusieurs soirées 17-20h30 car en général les profs enseignent sur plusieurs niveaux), les conseils de classe ( plusieurs classes= plusieurs soirées ) et le temps passé à rentrer les notes et appréciations. Les évaluations par compétences ( car maintenant il y a ça en plus des notes) et les conseils de socle ( autres soirées encore). Je pourrais ajouter à cela les réunions de formation qui, contrairement à ce que beaucoup pensent, ne sont pas forcément prises sur les heures de cours, bien au contraire et les réunions de pré-rentrée, de fin d'année,etc. J'oublie certainement encore bien des choses que j'ignore ou ne connais pas. Bref, cessons de croire que les profs ne travaillent en tout et pour tout que 18h/semaine car cela est faux et je connais plus d'un prof qui bosse assidûment pendant les vacances scolaires pour préparer les cours ( et oui, les programmes changent régulièrement) ou encore qui, totalement bénévolement préparent des sorties et voyages scolaires pour nos enfants et que bien souvent on oublie de remercier pour cela ( pensez y au prochain retour de voyage de vos enfants). Et tout ça pour quoi? Un salaire dépassant à peine le SMIC après un BAC +5 et un concours hyper sélectif et bien souvent un exil forcé de 5 à 10 ans en banlieue parisienne ou dans d'autres départements non souhaités loin de leurs proches ( j'en connais qui galèrent à obtenir un poste fixe depuis plus de 10 ans). Bref,une augmentation et une vraie reconnaissance ne seraient pas du luxe.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 8 juillet 2019 à 18h29 - #20mondonovo974
  • Homme
  • Île de La RÉUNION
  • 69 ans

Demander à des lecteurs des ECHOS et de RADIO CLASSIQUE si les enseignants du primaire public sont trop payés, c'et se moquer des citoyens quand on connait la classe sociale qui lit les Echos et écoute la musique classique......leurs enfants sont souvent inscrits dans des école privées......(pas mieux payés que les premiers........) Comme dirait COLUCHE "des enf..."

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 9 juillet 2019 à 14h13 - #21Dunky
  • Lille
  • 30 ans

Peut importe ce que l'on en dise ou ce que l'on en pense, le ratio temps de travail / salaire / étude / complexité du travail respecte en quelque sorte la loi de l'offre et la demande...
Tant que de nouveaux enseignants sont prêts à s'engager, pourquoi améliorer ce ratio ?
Dans une entreprise privé, si tu n'es pas content de ton salaire, de tes horaires, etc, la porte est ouverte pour trouver de l'herbe plus verte ailleurs. Le jour ou une entreprise n'arrive plus à recruter ou que le personnel démissionne à tour de bras ; les augmentations de salaire et amélioration des conditions de travail deviennent une priorité.
En conclusion, tant qu'il y aura des postulants aux différents postes d'enseignants, je ne pense les conditions de travail changeront...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 9 juillet 2019 à 16h40 - #22Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Si seulement c'était une histoire d'offre et demande...
Mais c'est bien plus complexe que ça !
Ils ont du mal à recruter dans la restauration : les salaires restent bas notamment pour les serveurs...et les conditions de travail n'ont pas été améliorées pour autant...
Idem pour les postes d'aides soignants ou de techniciennes de surfaces, de caissieres de supermarché et j'en passe....
Voir ailleurs ? Ce n'est pas aussi simple que cela. Surtout pour les non diplomés, les plus de 40 ans...
Ca signifierait qu'il y ait pas besoin de formation ou de techniques à apprendre pour passer d'un poste à l'autre...
Et qu'on embauche à tour de bras...
Le monde est bien plus compliqué qu'une simple théorie néo classique où des forces invisibles équilibrent tout par magie...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 9 juillet 2019 à 18h18 - #23Mikasan
  • Homme
  • Gers
  • 43 ans

En effet ce n'est pas si simple. D'autant que les enseignants sont des fonctionnaires d'états comme les autres et qu'ils sont soumis aux même règles et grilles indiciaires. Par exemple, la pénurie de profs de maths est devenue très préoccupante (pas assez de candidats aux concours, les postes ne sont pas pourvus en totalité). On pourrait imaginer qu'il est nécessaire d'offrir de meilleures conditions pour susciter les vocations. Mais on ne peut pas dissocier le salaire des profs de maths de celui des autres profs.
La "solution" largement utilisée depuis quelques années c'est le recours aux contractuels (un vague niveau en maths peut suffire). Certains découvrent un métier qui leur plait et passent le concours, d'autres abandonnent au bout d'une semaine.
Métier difficile, oui parfois. Avec des avantages, oui aussi, comme dans d'autres professions.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 10 juillet 2019 à 08h33 - #24Dunky
  • Lille
  • 30 ans

Comment peut-on réellement parler de pénurie de main d'oeuvre avec 10% de chômage ?
Pour les métiers très spécifiques qui demande des formations spécifiques comme soudeurs par exemple, je veux bien comprendre ce manque de main d'oeuvre mais pour des professions plus "classique" comme serveurs, il suffit que le restaurateur "mette le prix" et les candidatures vont arrivés.
Pour les profs de maths, c'est ce qu'il va certainement arriver avec les contractuels, des profs seront "embauchés" en "CDD" avec un niveau de rémunération supérieure et resteront contractuel toute leur vie.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 10 juillet 2019 à 09h35 - #25Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Non l'ajustement de la pénurie de la main d'oeuvre dans la restauration ne se fait pas par une augmentation de salaire mais par une augmentation de la cadence chez les salariés qui sont là avec des risques accrus de démission et une augmentation du stress chez ceux qui n'ont pas encore craqué...
De plus en plus de restaurants sont obligés de fermer certains jours de semaine.
Beaucoup de patrons de restaurants estiment qu'ils n'ont pas les finances nécessaires pour augmenter leur main d'oeuvre et préfèrent fermer...
N'oublions pas que c'est un secteur où la main d'oeuvre représente une grosse partie du chiffre d'affaires et c'est un secteur très concurrentiel...où la marge de manoeuvre pour augmenter salaires et prix est très faible...
Pour les salaires des enseignants contractuels ils commencent à 1200 euros nets par mois pour la catégorie 2 à moins de 1400 euros nets pour la catégorie 1 pour les plus diplomés.
Bien sur sans interessement participation abondement de l'employeur...
Pas de quoi attirer...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 10 juillet 2019 à 15h25 - #26Dunky
  • Lille
  • 30 ans

Beaucoup de restaurants ferment, certes, mais est-ce que vous pensez que ce sont les meilleurs ? Les restaurateurs qui n'arrivent pas à proposer un meilleur salaire n'ont très certainement pas les finances nécessaires, ce qui est très certainement tout à fait juste mais quel en serait la cause ? Soit le restaurant est mal implanté soit la concurrence est meilleur ?
Un restaurant qui "tourne bien" ne ferme pas pas une histoire d'une centaine d'euros en plus pour embaucher un bon serveur.
Pour les profs de maths, il y en aura toujours besoin, quoi qu'il arrive et le jour ou 1 400€ ne suffira plus à embaucher, que va t il arriver ? Nos enfants n'auront plus de cours de maths ? Ou certains seront embauché à 1 600 ou 1 800€ ?
Malgré mon "jeune âge", je suis déjà passé par plusieurs sociétés différentes et à chaque fois ou la demande est forte, je demandais un salaire et je l'avais à peu de chose prêt.
Lors de ma dernière embauche, j'ai voulu trouver un métier un peu plus "cool" et plus proche de chez moi, ou "l'offre" est plus grande que "la demande" résultat mon salaire à baisser de quasiment 30% et pourtant j'ai accepté.
"L'offre" et "La demande".....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 10 juillet 2019 à 19h27 - #27Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Concernant le salaire des enseignants titulaires ou contractuels ce sont des baremes administratifs qui n'evoluent pas d'apres l'offre et la demande mais bien plus d'apres la situation budgetaire d'un Etat et la volonté de mener ou pas une politique d'austérité...
On manque d'aides soignants d'infirmieres mais leur bareme ne s'est pas revalorisé d'autant... Et pas plus que d'autres professions de fonctionnaires où on est moins en manque...
Concernant la restauration, ca peut etre plusieurs problemes. La part importante du salaire dans le chiffre d'affaires, la concurrence importante qui force les prix et les salaires à rester bas...
Et pas sûr que si les salaires augmentaient ca ferait venir davantage de candidats : conditions de travail difficiles, emploi souvent saisonniers et précaires... Pas tres sexi !!!
Les restaurants qui ferment peuvent etre parfaitement bien situés et dans des zones touristiques bien frequentés je pense au cap d'agde notamment...où il y a un.manque criant de candidats là bas malgré un fort taux de chômage dans cette ville... Certains restaurateurs sont amenés à fermer certains jours malgré qu'ils aient un niveau de fréquentation élevé...
J'avais vu un article sur ce sujet...
Je pense qu'il est plus facile d'augmenter des salaires pour les restaurations qui margent bien notamment les hauts de gamme mais ils ne sont pas majoritaires.
Et des fois ca ne suffit pas... L'élasticité augmentation du nombre de candidats hausse des salaires n'est pas si évidente..
On le voit pour les soudeurs bien payés mais il y en manque...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 11 juillet 2019 à 12h03 - #28Dunky
  • Lille
  • 30 ans

D'après le site emploipublic :
"L'employeur public bénéficie d'une grande liberté pour fixer la rémunération d'un agent contractuel."
Le salaire d'un contractuel n'est donc pas tenu de respecter les barèmes...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 11 juillet 2019 à 12h53 - #29Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Vous avez 2 categories de contractuels en fonction du diplôme.
Et pour chaque catégorie vous avez des baremes avec des minis et des maxis.
Pour un contractuel débutant et sans expérience professionnelle (on va dire un jeune sortant de formation initiale ce qui est souvent le cas), il sera rémunéré systématiquement à l'indice minimal. Puis il sera évalué et il pourra changer d'indice tous les 3 ans mais tout est très progressif...
Pour les contractuels débutants mais ayant une experience professionnelle, chaque Rectorat a davantage de liberté mais il ne faut pas trop rêver... Les marges budgetaires sont tres faibles... Ils resteront toujours de la main d'oeuvre diplomée pas trop payée et..docile.
C'est peut etre pour cela qu'un grand nombre démissionnent et d'autres visent la titularisation...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire