Mobile : faut-il assurer son smartphone ?

  • Par
iPhone X

Vous projetez de changer de téléphone et de l’assurer ? Le point sur les garanties réelles disponibles sur le marché.

S'offrir un smartphone, ça peut coûter cher. L'assurer est, a priori, un bon moyen de faire face à la casse ou au vol. Souvent proposée lors de l’achat d’un nouveau mobile, l’assurance du téléphone portable a pourtant parfois mauvaise réputation. Les contrats proposés vous couvrent-ils vraiment ? Quelles sont les causes fréquentes d’exclusion ? Est-il vraiment utile de souscrire une assurance pour votre mobile ? Suivez le guide.

Pourquoi assurer son téléphone mobile ?

Assurer sa voiture ou sa maison semble être une évidence (et souvent une obligation), mais qu’en est-il de votre mobile ? Avec des prix d’achat de plus en plus élevés, dépassant parfois les 1 000 euros pour les mobiles les plus haut de gamme, l’assurance pour smartphone en cas de vol ou de casse connaît un essor conséquent depuis plusieurs années. Des contrats spécifiques sont proposés par de nombreux assureurs, banques ou même directement par les opérateurs ou les distributeurs (Fnac, Darty...). Le prix d’une assurance oscille entre 35 et 200 euros par an selon le niveau de couverture et les caractéristiques du mobile.

Quand assurer un téléphone portable ?

L’assurance d’un téléphone portable doit être contractée au moment de l’achat du dit téléphone dans une grande majorité des cas. Cette mesure a pour objectif d’éviter la souscription d’un contrat alors que le mobile est déjà détérioré ou volé. Certaines assurances peuvent toutefois offrir des modalités différentes en appliquant un délai de carence allant d’une semaine à un mois. Pendant cette période, la mise en jeu des garanties ne peut pas être demandée.

Etes-vous couvert sans le savoir ?

Avant d'assurer votre mobile, vérifiez déjà les garanties prévues dans vos différents contrats : votre multirisque habitation, votre assurance des moyens de paiement ou encore votre assurance auto peut vous couvrir en cas de vol ou de bris du téléphone.

Que valent les garanties proposées ?

Dans le monde de l’assurance des mobiles, deux grandes familles de garanties cohabitent :

  • En cas de vol : La plupart des contrats proposés offrent une prise en charge limitée aux vols les plus graves (vols avec agression ou suite à une effraction). Les vols à la tire, pourtant fréquents, ne sont de ce fait pas couverts. Il est donc impératif de bien lire les conditions générales du contrat et d’opter pour une couverture globale, plus rare.
  • Dans le cadre du bris de l’appareil : il s’agit du cas le plus fréquent de mise en jeu de l’assurance mobile. Toutefois, tous les dégâts survenus ne sont pas couverts. Seuls les dommages liés à un événement extérieur le sont. Les chutes engendrées par le propriétaire du téléphone ne sont donc pas garanties.

Attention au prix de l'assurance

L'UFC-Que Choisir suggère de mettre en parallèle le coût de l’assurance et celui du portable. « Nous vous conseillons de miser sur une assurance ne vous coûtant pas plus du tiers de la valeur de votre mobile, sur deux ans », souligne l'association de consommateurs. Un smartphone perd rapidement de sa valeur (souvent plus de 50% dès la première année d'utilisation), là où le prix de l'assurance reste, lui, constant tout au long de la vie du téléphone. Le coût de l'assurance peut donc très vite devenir prohibitif au regard de la valeur réelle du mobile assuré.

Une étude menée par l'UFC-Que Choisir sur 8 contrats différents a permis de relever des causes d’exclusions nombreuses. Elle précise que « pertes et pannes sont rarement couvertes ; le vol n’est bien couvert que quand il y a violence ou effraction, cas très minoritaires ; pour les dommages, il faut un événement extérieur jouant dans la survenance du sinistre. Au final, la couverture réelle est bien plus faible que la teneur du discours commercial. »

Quelle prise en charge ?

Tout dépend du contrat souscrit. « Selon les cas, l’assurance peut prévoir une indemnisation, le remboursement ou la réparation de votre téléphone ou son remplacement par un téléphone similaire. L’assureur peut également proposer le prêt d’un téléphone pendant la durée des réparations. L’assurance peut aussi prévoir un remboursement des appels frauduleux passés depuis votre téléphone, à la suite d’un vol couvert par votre contrat », explique la Fédération française de l'assurance. Le site service-public met de son côté en garde contre les limites de certains contrats avec un nombre d'intervention limité à 2 sinistres par an ou un plafond d'intervention de 400 euros par an pour le téléphone. Des limites géographiques peuvent être prévues avec une couverture exclusivement en France par exemple.

Partager cet article :
Emilie BOUET

© cbanque.com / EB / Juin 2019