Tourisme : quand faut-il souscrire une assurance voyage ?

  • Par
valise et voyage
© 3d brained - Fotolia.com

Pour voyager l'esprit tranquille, un examen minutieux de vos assurances s'impose. Entre la protection de votre carte bancaire ou celles des assureurs, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Suivez le guide.

Avant de boucler vos valises, il convient de faire le point parmi les garanties assurantielles utiles. A plus forte raison si vous choisissez une destination hors de France. Il convient de distinguer :

  • l'assistance qui rend un service en fournissant une aide aux personnes en difficulté au cours d'un voyage (rapatriement suite à une maladie ou des blessures, panne ou accident du véhicule...) ;
  • et l’assurance qui porte sur l'indemnisation en cas d'imprévu (annulation du voyage, vol des bagages...).

Agences de voyages, réseaux bancaires, assureurs... de nombreux professionnels proposent des produits d’assurance/assistance. Voici comment s'y retrouver.

Assurance voyage obligatoire

L'assurance voyage est obligatoire dans certains pays pour obtenir un visa. Une attestation est exigée, notamment pour se rendre à Cuba ou en Russie.

Les assistances et assurances voyage des cartes bancaires

Les cartes bancaires incluent des garanties d’assurance et/ou d’assistance applicables pendant les voyages. Pourtant, elles sont souvent méconnues de ceux qui en bénéficient. Ces services sont gérés par chaque banque. Le montant, le champ des garanties, les plafonds et restrictions sont donc différents d’un établissement à l’autre. Ils s’appliquent uniquement aux trois premiers mois du voyage.

Le service d’assistance médicale est automatiquement accordé non seulement au titulaire d’une carte bancaire, mais aussi à son conjoint et ses enfants de moins de 25 ans fiscalement à sa charge. Ce service couvre généralement la possibilité d’un rapatriement, la prise en charge de frais médicaux et d’hospitalisation et une assistance juridique. Sachez cependant que les plafonds sont bien plus faibles pour les cartes bancaires standard que pour les cartes bancaires haut de gamme : dans certains cas - par exemple pour les frais médicaux en Amérique du Nord - ils seront largement insuffisants. Par ailleurs, la prise en charge a lieu uniquement en cas d'appel préalable à l’organisme d’assistance. Si vous engagez des dépenses de soins médicaux avant de prévenir le service d’assistance, vous ne serez pas indemnisé.

Les garanties d’assurances sont généralement très faibles sur les cartes bancaires classiques. En revanche, elles sont bien plus intéressantes sur les cartes Gold ou Premier. Ces garanties ne peuvent s’appliquer que si vous réglez totalement ou partiellement votre voyage avec la carte. Parmi ces garanties, on trouve une assurance annulation de voyage sous forme d’un remboursement du prix payé si l’annulation est due au décès d’un membre de votre famille, une hospitalisation ou un accident avant le départ. S’ y ajoute notamment des garanties accident, panne du véhicule de location, détérioration ou vol de bagages, l’assurance responsabilité civile particulièrement utile si vous causez un dommage à des tiers, une prestation décès-invalidité accidentelle, mais aussi une assistance en cas de poursuite judiciaire à l’étranger.

Enfin, la garantie des cartes bancaires très haut de gamme comprend un dépannage financier, c’est à dire que l’on vous avance une somme en cas de perte ou vol de votre carte bancaire, et la mise à votre disposition d’une carte bancaire provisoire dans le pays où vous séjournez.

Lire aussi : l'assurance de votre carte bancaire est-elle suffisante pour vos vacances au ski ?

L'assurance des voyagistes

Les agents de voyages et tous les opérateurs qui vendent des voyages ont l’obligation légale d’éclairer les clients sur la possibilité de souscrire une assurance annulation de voyages et/ou une garantie assistance. On doit vous en informer, mais on ne peut pas vous obliger à la souscrire.

Cette assurance est appelée à couvrir les frais d’annulation du voyage pour maladie, accident, décès d’un proche, ou encore pour raisons professionnelles. Si vous avez déclaré des pépins de santé au cours des six mois précédents la date où vous demandez à faire jouer l’assurance annulation de voyage, un refus peut vous être opposé.

Pour le volet assistance médicale, il n’existe pas de droit automatique au rapatriement. Un médecin partenaire de l’assureur dans le pays où vous séjournez viendra vous examiner pour décider s’il y a lieu de vous rapatrier. Le praticien peut décider que votre problème de santé ou vos blessures peuvent être traités dans l’hôpital ou la clinique de votre lieu de séjour, et trouver l’établissement de santé qui vous prendra en charge.

Pour une assurance annulation de voyages seule, comptez entre 1,5% et 3% du montant du voyage. A titre d’exemple, si vous réglez 600 euros pour un billet d’avion, l’assurance annulation vous coûtera entre 9 et 18 euros.

Conseils pratiques

  • « Avant de souscrire une assurance voyage, le client doit comparer avec les avantages dont il pourrait bénéficier avec sa carte bancaire. Il faut vérifier les plafonds (en cas d'hospitalisation à l'étranger comme aux Etats-Unis où les frais de santé sont extrêmement élevés), les exclusions (certaines cartes bancaires comportent des restrictions quant aux durées des séjours alors que les assurances spécifiques aux voyages de longue durée que l'on vous propose via l'agence de voyages couvrent mieux), et les conditions d'application (comme le paiement avec la carte)», explique Olga de Sousa, juriste à l'UFC-Que Choisir, interrogé par Le Figaro.
  • L'association de consommateurs CLCV conseille de ne pas signer une assurance avant de regarder dans les conditions générales du contrat qui a la qualité d’assuré, le champ d’application des garanties, les exclusions, la zone géographique d’application, les plafonds de remboursement et les éventuelles franchises. « Avant votre départ, notez les références de vos contrats d’assurance et les numéros d’assistance à appeler si besoin », suggère la CLCV.

L'assurance voyage des assureurs

Au lieu de souscrire une assurance auprès de l’agence de voyages qui vous vend le billet ou le séjour, vous pouvez souscrire vos garanties directement auprès d’un assureur. De la garantie unique à la formule à la carte, en passant par la multirisque voyage, il existe une gamme de produits si variés que chacun peut y trouver son compte. Au programme : la garantie annulation de voyages qui peut prendre en charge les frais d’annulation, la garantie bagages volés ou détruits, une garantie responsabilité civile pour les dommages causés aux tiers, une protection individuelle pour les accidents subis par l’assuré et ses passagers. Et surtout une assistance médicale qui vous prendra en charge en cas de problème de santé. L’assistance de protection juridique permet d’obtenir l’aide d’un avocat sur place en cas de poursuites judiciaires pour une infraction non intentionnelle, ainsi que l’avance de la caution pénale, un système qui consiste à demander à une personne poursuivie pénalement le versement d’une somme d’argent afin d’être sûr qu’elle sera présente lors du jugement.

Le coût d’une assurance voyages souscrite auprès d’un assureur spécialisé dépend de plusieurs paramètres : court ou long séjour, tourisme, études ou exercice d’une activité professionnelle, et bien sûr les garanties dont vous souhaitez bénéficier. A titre d’exemple, une simple assurance annulation se paie environ 15 à 25 euros. Pour un contrat incluant des garanties plus nombreuses, il faut compter entre 35 et 150 euros par mois.

Et l'assurance voyage de votre auto ?

Si votre voiture prend la route des vacances avec vous, contactez votre assureur, avant le départ, pour regarder les garanties et assistances incluses dans votre contrat, et si le pays de votre destination est couvert. Vérifiez en particulier si vous possédez bien une garantie défense-recours ou protection juridique afin de pouvoir être défendu si vous êtes victime ou auteur d’un accident de la circulation. Vous pouvez demander une extension de garanties si celles présentes dans votre police auto vous semblent insuffisantes.

Partager cet article :
Michèle MEINAC

© cbanque.com / MM / Juin 2019