Fiscalité des « nantis »: Macron réfute toute comparaison « abusive » avec le Canada

Emmanuel Macron en Russie en 2017
CC - Wikimedia commons / www.kremlin.ru

Emmanuel Macron a réfuté vendredi toute comparaison « abusive » avec le Canada sur la fiscalité des plus riches et des classes moyennes, en répondant à des critiques du Premier ministre canadien Justin Trudeau contre les « avantages aux nantis » au Canada.

« Je vous invite à regarder la structure fiscale et de dépenses publiques du Canada par rapport à la France et vous verrez que beaucoup des taxes qui ont été supprimées par le gouvernement au début de ce mandat n'existent pas et n'ont jamais existé au Canada », a répondu M. Macron en allusion à l'ISF, après avoir été invité à réagir aux propos de M. Trudeau lors d'une conférence de presse commune.

« Au Canada, on a fait le choix d'investir dans la classe moyenne, on a arrêté de donner des avantages et des bénéfices aux mieux nantis, on pensait que ça allait créer de la croissance économique, mais ça n'aide pas les gens », venait de répondre le Premier ministre canadien en justifiant sa politique économique.

En arrivant au pouvoir en 2015, Justin Trudeau a baissé le taux d'imposition de la classe moyenne et relevé celui des plus riches, en créant une tranche supérieure de 33% - alors qu'en en France la tranche supérieure est à 45%.

« Je n'ai jamais vu un entrepreneur réussir au Canada et partir à cause du système fiscal, c'était le cas en France, là, ça détruit de l'emploi et de l'activité », a fait valoir M. Macron, en soulignant que « beaucoup des impôts sur lesquels nous avions innové si je puis dire, n'existent pas dans le système canadien ».

« Je ne voudrais pas que vous puissiez extrapoler abusivement sur ce sujet et je vous invite à regarder le niveau de prélèvements obligatoires au Canada et en France, il vous montrera que nous avons encore de la marge », a-t-il conclu.

Selon l'OCDE, le poids des prélèvements obligatoires est de 46,23% du PIB en France contre 32,24% au Canada (chiffres 2017), pays où l'impôt sur la fortune n'existe pas. La France l'a elle supprimé pour les actifs financiers mais maintenu pour le patrimoine immobilier.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire