Immobilier : encadrement des loyers à Paris à compter du 1er juillet 2019

  • cBanque avec AFP
  • ,
  • 2 commentaires
HLM à Paris (13e)
CC David Monniaux/Wikimedia

Les loyers privés parisiens vont être encadrés à partir du 1er juillet, pour une durée expérimentale de cinq années, et les bailleurs qui refuseront de se mettre en conformité seront sanctionnés par des amendes allant de 5.000 à 15.000 euros, selon un arrêté de la préfecture d'Île-de-France, publié mercredi.

« C'est une victoire » pour la Ville de Paris, s'est félicité Ian Brossat, adjoint PCF à la Mairie de Paris, chargé du logement, au cours d'une conférence de presse. Il a précisé que « 60% des habitants de Paris » étaient des « locataires ». Environ 80.000 nouveaux baux sont signés chaque année dans la capitale.

L'encadrement des loyers du parc privé est une disposition de la loi ELAN (Évolution du logement et aménagement numérique), adoptée en novembre 2018. Il se fait sur la base du volontariat (Paris est la première ville à s'être portée volontaire et la seule à ce jour à expérimenter ce dispositif), pour une durée expérimentale de cinq ans. La disposition vaut aussi bien pour les appartements meublés que non meublés. « Avec les logements sociaux, l'encadrement des loyers privés est le deuxième levier pour rendre le logement plus accessible à Paris », a affirmé Ian Brossat.

Application pour les nouveaux baux

Des prix de référence ont été fixés pour chacun des 14 secteurs géographiques de la ville. Ils dépendent du nombre de pièces et de l'époque de la construction. Un loyer peut être minoré ou majoré par rapport à la référence, en fonction de son emplacement ou encore de la vue qu'il offre. La loi n'étant pas rétroactive, l'encadrement du loyer ne s'applique que pour les nouveaux baux (ou renouvellement de bail). En cas de litige, le requérant s'adresse à la commission de conciliation. Si le problème persiste, un juge d'instance est saisi, ainsi que le préfet.

Une cartographie est mise en ligne sur le site de la Direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement en Ile-de-France (www.drihl.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr).

Par exemple, dans le quartier des Epinettes (XVIIe arrondissement), un trois-pièces d'un immeuble bâti après 1990 aura un loyer de référence de 20,4 euros/m2. Le loyer minoré est de 14,3 euros/m2, le majoré de 24,5 euros/m2. Le loyer de référence d'un studio (une pièce) d'un bâtiment datant de 1971 à 1990 dans le quartier de Saint-Fargeau (XXe) est de 21 euros le mètre carré (minoré à 14,7, majoré 25,2).

Hausse de 50% des loyers en 10 ans

La loi précédente du logement (loi ALUR de l'ex-ministre Cécile Duflot, 2015) avait déjà prévu l'encadrement des loyers privés (mais sans prévoir de sanctions), avant que cette disposition ne soit abrogée, en novembre 2017. Au cours de cette période, quelque 600 recours avaient été déposés. Pour démontrer « l'efficacité » de l'encadrement, Ian Brossat a rappelé qu'avant 2015, « les loyers parisiens du parc privé avaient augmenté de 50% en dix ans, avec un pic de 11% pour la seule année 2011. A partir du 1er août 2015 et jusqu'au 28 novembre 2017, les loyers se sont stabilisés pour la première fois », mais après l'abrogation du dispositif, « les loyers sont repartis à la hausse ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 1er juin 2019 à 08h41 - #1Anthol05
  • Homme
  • Paris 10
  • 29 ans

Qui a encore eu cette idée? Il y a des gens qui réfléchissent a ce qu'il propose? Qui consulte les habitants? Actuellement il y a tellement de dossiers déposés pour chaque appartement qu'il faut un dossier extraordinaire ou 6 mois de caution bancaire pour avoir la chance d'obtenir un appartement. Avec une diminution et régulation il y aura 1 000 dossier de plus.. cool j'adore jouer au loto pour optenir un appartement... rip les étudiants qui chercheront sur Paris avec un dossier moyen...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 1er juin 2019 à 21h57 - #2Nowakaczka

500€/mois le studio ok, mais à condition de l'avoir acheté 120.000€ maxi pour 5% de renta brute... Je m'en vais donc de ce pas vérifier si nos intellos de la mairie de Paris ont prévu de rembourser les proprietaires ayant investi davantage et qui se voient donc interdire la jouissance financière de leurs achats.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire