Vacances : 3 questions pour comprendre la taxe de séjour

  • Par
Hotel
© paulo cruz - Fotolia.com

Vous partez en week-end ou en vacances ? La taxe de séjour s’applique à la location d’un hébergement touristique. Quel montant devrez-vous régler ? Qui n'a pas à la payer ?

Vous envisagez de séjourner à l’hôtel, dans un camping, dans un village de vacances ou dans tout autre hébergement touristique lors de vos prochaines vacances ? Il existe de grandes chances que vous deviez alors vous acquitter de la taxe de séjour en supplément du prix de l’emplacement ou du logement. Qu’est-ce que la taxe de séjour ? À qui et à quoi s’applique-t-elle ? Quel est le tarif de cette taxe ? Est-il possible d’en être exonéré ? Découvrez toutes les réponses à vos questions !

Qu’est-ce que la taxe de séjour ?

La taxe de séjour est une taxe sur les hébergements touristiques mise en place par certaines communes. L’objectif de cette taxe est de fournir des revenus complémentaires aux collectivités locales. Les sommes dégagées sont ainsi affectées au développement du tourisme : modernisation des infrastructures, entretien... Les communes pouvant choisir d’instaurer une taxe de séjour doivent être « touristiques ». Il s’agit notamment : des stations touristiques (communes littorales ou situées en montagne), des communes catégorisées comme touristiques (du fait de leur patrimoine, de leur histoire…), des communes qui protègent et gèrent leurs espaces naturels....

Une fois instaurée, les hébergements concernés par la taxe de séjour sont variés et nombreux. Il peut s’agir des hôtels, des palaces, des villages de vacances, des chambres d’hôte, des résidences de tourisme, des campings, des aires de camping-car, des terrains de caravaning ainsi que des ports de plaisance.

Combien ça coûte ?

Les tarifs de la taxe de séjour varient d’une commune à l’autre. En effet, le prix est fixé par délibération du conseil municipal. En revanche, un prix plancher et un prix plafond sont imposés via une grille tarifaire définie au niveau national par le ministère de l’Economie.

Les tarifs de la taxe de séjour sont entendus par personne et par nuitée. Le prix varie également en fonction du type d’hébergement touristique choisi et de son statut (classé ou non). Dans une même commune, le tarif sera donc différent entre hôtels, campings, résidences de tourisme, etc. Pour s’y retrouver, un moteur de recherche des taxes de séjour a été créé par la Direction générale des finances publiques. Les tarifs doivent également être affichés clairement chez tous les loueurs d’hébergements touristiques. D’une manière générale, le prix d’une taxe de séjour peut varier de 20 centimes par nuit et par personne à 4 euros dans un palace. En supplément, une taxe additionnelle de 10% peut être demandée par le département.

Comment éviter de payer cette taxe ?

Vous louez un hébergement dans une commune touristique appliquant la taxe de séjour ? Il existe des cas d’exonération permettant de ne pas avoir à la payer. Toutefois, les bénéficiaires pouvant prétendre à ce dispositif sont strictement encadrés.

Sont ainsi concernés : les mineurs, les travailleurs saisonniers (mais seulement ceux employés par la commune), les propriétaire séjournant dans leur résidence secondaire pour laquelle ils acquittent la taxe d'habitation, les personnes relogées temporairement ou bénéficiant d’un hébergement d’urgence.

A cette liste s'ajoutent les personnes occupant des hébergements dont le loyer n’excède pas un montant fixé par la commune.

Si vous avez réservé votre logement sur Airbnb, par exemple, et que vous pensez pouvoir bénéficier d'un remboursement de la taxe de séjour, vous devez contacter directement la commune où se trouve l'hébergement.

Partager cet article :
Emilie BOUET

© cbanque.com / EB / Mai 2019