Assurance auto : 5 astuces pour payer moins cher

  • Par
Conducteur de voiture
© Rostislav Sedlacek - Fotolia.com

Augmentation tarifaire annuelle ou malus suite à un accident : la cotisation d’une assurance auto grimpe rapidement. Voici 5 conseils pour alléger votre facture.

Chaque année, les cotisations d’assurance augmentent. Ainsi, la tarification des contrats d’assurances auto devrait progresser de 1 à 2% en 2019. Pour autant, la hausse des tarifs n’est pas une fatalité. Comment réussir à payer moins cher son assurance auto ?

1- Passer à la concurrence

La fidélité n'est souvent pas récompensée dans le domaine l'assurance auto. Face à ce constat, la loi Hamon entrée en vigueur le 1er janvier 2015 permet à un assuré de résilier son contrat d’assurance auto à tout moment et sans frais. Le contrat doit toutefois avoir au minimum un an. L'ambition de ce dispositif est de permettre aux particuliers de faire jouer plus facilement la concurrence. L’assuré peut alors se tourner vers les assureurs traditionnels pour établir des devis comparatifs, mais également s’orienter vers des comparateurs sur internet et des assurances en ligne. Si ces dernières sont souvent moins coûteuses (de l’ordre 20 à 40%), il est en revanche important d’être vigilant sur les garanties proposées, les éventuelles exclusions et la qualité du service client.

2 - Revoir les garanties

Il arrive souvent qu’un contrat automobile date de plusieurs années. Or, la situation du conducteur et les garanties proposées par l’assureur évoluent parfois rapidement. Sans parler de la voiture elle-même. Demander à réétudier le contenu et les garanties de son contrat d’assurance auto est une excellente façon de réduire la facture.

3 questions à se poser

-Est-ce qu’une couverture tous risques est encore utile au vu de l’âge du véhicule et de sa valeur ?

-Le véhicule est-il utilisé pour les trajets domicile-travail ou uniquement pour les loisirs ? Ce dernier cas peut permettre de faire des économies conséquentes.

-Le niveau de franchise est-il adapté ? En l’augmentant, la prime d’assurance diminue mécaniquement.

3 - Opter pour un forfait kilométrique ?

Combien de kilomètres parcourez-vous chaque année avec votre véhicule ? Si la réponse est moins de 8 000 km, s’orienter vers un contrat spécifique peut permettre de diminuer de 50% le prix de l’assurance auto. En effet, les assureurs proposent des forfaits moins chers pour les petits rouleurs (entre 5 000 et 8 000 kilomètres par an). Certaines compagnies permettent également de s’assurer au kilomètre grâce à un boîtier connecté.

4 - Ne pas déclarer les petits sinistres

Les sinistres, petits ou grands, sont en grande partie responsables de l’augmentation de tarif d’un contrat auto. Ainsi, il est préférable de ne pas faire jouer son assurance lors de petits accrochages. La cotisation d’assurance n’est alors pas impactée par le malus. De plus, selon le niveau de franchise du contrat, les petits sinistres ne sont pas forcément plus coûteux en les réglant à l’amiable. Pensez à préserver votre bonus !

5 - Bien choisir son véhicule

Les caractéristiques même du véhicule ont une influence directe sur le prix de l’assurance auto. Pour réaliser des économies sur sa cotisation, il est conseillé d’opter pour une motorisation relativement peu puissante. En effet, les risques d’accident sont alors moins élevés et les assureurs en tiennent compte. Un véhicule d’occasion et plutôt âgé (de plus de 5 ans) sera également moins coûteux à assurer.

Conduire sans assurance auto, c'est très risqué

Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 800 000 conducteurs roulaient sans assurance en 2017. La peine encourue pour le défaut d’assurance est une amende forfaitaire de 750 euros qui peut grimper jusqu'à 7 500 euros en cas de récidive, assortie de peines complémentaires (suspension ou annulation du permis, confiscation du véhicule…). En cas d’accident, le responsable non assuré devra rembourser au Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) la totalité des sommes engagées par celui-ci pour l’indemnisation des victimes de l’accident. Dans son dernier rapport, le FGAO révèle avoir pris en charge 30 873 victimes de la circulation automobile en 2018.

Partager cet article :
Emilie BOUET

© cbanque.com / EB / Avril 2019