FDJ : l'introduction en bourse se précise

Panneau de la place de la Bourse à Paris
© Bruno Bernier - Fotolia.com

L'Assemblée nationale a approuvé à nouveau jeudi soir la privatisation de la Française des Jeux (FDJ) prévue par le projet de loi Pacte, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire indiquant que la « formule privilégiée » est « une introduction en bourse ».

Malgré les protestations renouvelées des groupes d'opposition, les députés ont voté, en nouvelle lecture du texte, par 41 voix contre 15 l'article qui permet le transfert au privé de la majorité du capital de la FDJ. Le capital est actuellement détenu à 72% par l'Etat, celui-ci devant conserver « au minimum » 20% des parts. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a indiqué que la « formule privilégiée » était une « introduction en bourse » de la FDJ, ce qui permettra aux Français « de prendre des parts ».

Face aux inquiétudes d'élus de droite comme de gauche sur les risques accrus d'addiction aux jeux avec la privatisation, il a assuré qu'une régulation solide sera « plus efficace » que la présence de l'Etat au capital.

Il a mis en avant la création d'une autorité indépendante qui aura « une compétence sur la régulation de l'ensemble des jeux » et qui pourra notamment « retirer un jeu de la commercialisation » si les risques d'addiction sont trop importants. La refonte de la régulation doit se faire par ordonnance. Les députés ont précisé via un amendement de Régis Juanico (apparenté PS) que l'autorité de régulation sera « indépendante ».

Bruno Le Maire a aussi rappelé que le produit des cessions d'actifs de la FDJ et d'Aéroports de Paris, à nouveau actée peu avant - ainsi que celles d'Engie également programmée -, doit contribuer à alimenter un fonds de 10 milliards d'euros destiné à financer des projets innovants.

Une privatisation très critiquée

Comme en première lecture en octobre, les oppositions ont à nouveau dénoncé la logique économique de l'opération, une « aberration budgétaire » pour Daniel Fasquelle (LR), dénonçant « une approche court-termiste » motivée par « un besoin de cash ». « Quelle drôle d'idée que de privatiser quelque chose qui rapporte de l'argent et qui est un secteur stratégique à sa façon », a aussi fait valoir Alexis Corbière (LFI).

Les députés avaient ajouté en commission la possibilité, via une future ordonnance, de la « mise en place d'une amende sanctionnant la vente ou l'offre » de jeux d'argent et de hasard à des mineurs. En séance, le sujet de la protection des mineurs a été longuement débattu. Christophe Blanchet (LREM) a plaidé en vain comme des élus d'autres groupes pour fixer le montant de l'amende, le ministre appelant à travailler davantage sur ce sujet « pas mûr » et pour « consulter » les buralistes.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire