Assurance animal : faut-il vraiment souscrire un contrat pour son chat ou son chien ?

  • Par
Journée du chat
© fantom rd - Fotolia.com

Le propriétaire d’un animal peut avoir intérêt à souscrire une assurance santé qui remboursera les frais de soins engagés en cas de maladie ou d’accident. Avant d'y souscrire, il est judicieux de réaliser un comparatif des contrats et des couvertures proposés par les professionnels. Et au fait, n'oubliez pas votre assurance responsabilité civile !

Les enfants les adorent, les parents les plébiscitent. Selon une enquête du courtier d’assurance Solly Azar, il y a 13,5 millions de chats et 7,3 millions de chiens en France. Résultat, en moyenne, une famille sur deux vit avec un animal de compagnie. Mais celui-ci peut vous coûter (très) cher. cBanque vous explique comment limiter la facture.

L’assurance santé des animaux : à quoi sert-elle ?

Les soins vétérinaires ne sont pas bon marché. Il faut compter en moyenne de 70 à 100 euros pour une simple consultation chez le vétérinaire, et de 700 à 1 000 euros pour une opération chirurgicale. Dès lors, assurer son animal de compagnie peut sembler utile. Comme pour les humains, une assurance santé pour animaux a pour objet le remboursement des frais de soins engagés pour l’animal assuré. Selon un sondage Ipsos pour SantéVet publié l’an dernier, 7% des foyers ayant un chien et 3% des foyers ayant un chat sont déjà assurés. Selon l’assureur et les options choisies lors de la souscription du contrat, ces garanties peuvent être plus ou moins étendues.

La couverture de base. Proposée pour une cotisation autour de 120 à 140 euros par an, c’est la garantie santé la plus simple et la moins onéreuse, mais elle a un rayon d’action limité : elle n’intervient que pour la prise en charge de frais entraînés par un accident ou une maladie avec intervention chirurgicale. Dans ce cas, sont pris en charge 60% à 70% des honoraires du vétérinaire, examens radiologiques, médicaments prescrits, interventions chirurgicales et frais de séjour à la clinique vétérinaire. Le plafond de garantie, c’est à dire le montant maximum pouvant être remboursé par animal, est limité à une fourchette de 800 à 1 100 euros par an.

Les contrats d’assurance santé garanties complètes. Moyennant une cotisation plus élevée située entre 500 et 800 euros annuels, ces contrats d’assurance hauts de gamme proposent une version plus étendue de leurs garanties : tous les frais de santé sont remboursés entre 70% et 80% de leur montant, qu’ils découlent d’un accident ou d’une maladie, et qu’il y ait intervention chirurgicale ou non. Le plafond des remboursements est plus élevé et peut atteindre de 1 800 à 2 200 euros par an. Outre les soins, ce forfait peut également être utilisé pour la vaccination, la stérilisation, le traitement antiparasitaire, la mise en place d'une puce électronique, le bilan de santé, le détartrage.

Vérifiez les conditions de souscription de l’assurance animal. Il convient de lire avec soin les clauses du contrat d’assurance animal pour bien comprendre notamment les conditions de franchise, de carence ou d'exclusions. La franchise est la part des dépenses qui reste à la charge du propriétaire de l’animal. Elle se situe, selon la formule de contrat choisie, entre 20 et 40 euros annuels. Le délai de carence, soit la période située entre la souscription du contrat et le moment où la prise en charge commence, est fixé en principe autour de 45 jours pour la maladie, à 6 mois pour la chirurgie suite à une maladie, et à seulement 48 heures à 72 heures en cas d’accident. Les contrats prévoient aussi des exclusions, c'est à dire des interventions qui ne sont pas prises en charge par l'assureur. Les opérations destinées à remédier aux maladies ou malformations congénitales ne sont, par exemple, jamais couvertes. A cela peut s'ajouter une condition d’âge : l’assurance santé est généralement ouverte aux chiens de plus de 3 mois (parfois 2 mois) et cesse quand l’animal atteint ses 8 ou 10 ans.

L’assurance responsabilité civile du propriétaire pour son animal

Aux termes de l’article 1 243 du Code civil, le propriétaire est civilement responsable des dommages pouvant être causés par son animal. La plupart des assurances multirisques habitation (MRH) prennent en charge, avec majoration de la prime ou non, la responsabilité civile du propriétaire du chien ou du chat. Encore faut-il expressément déclarer à l’assureur la présence de l’animal sous votre toit.

Cas particulier

Lorsque le chien ou le chat est confié momentanément à un établissement comme une pension ou un hôtel pour animaux, c’est lui qui en a la responsabilité pendant toute la durée de la garde

Si votre assureur ne couvre pas votre animal de compagnie, vous aurez donc intérêt à souscrire une assurance responsabilité civile (RC) qui prendra en charge la réparation des dommages matériels et l’indemnisation des blessures des personnes qui en sont victimes. Là encore, il faut vérifier les plafonds, les conditions de la prise en charge, les franchises, les délais de carence etc. La cotisation d’une assurance responsabilité civile pour un chien se situe en moyenne entre 100 et 150 euros par an, et un peu moins pour un chat. Dans tous les cas, l’assurance responsabilité civile ne couvre pas les dommages causés par votre animal aux membres de votre famille. Elle ne couvre que vis à vis des tiers.

Assurance obligatoire pour les chiens dangereux

La détention de certains types de chiens susceptibles d’être dangereux, notamment les chiens d’attaque et les chiens de garde et de défense, oblige le propriétaire à souscrire une assurance responsabilité civile spécifique, logiquement plus onéreuse que pour un chien qui n’est pas classé dangereux.

Le propriétaire qui n’assure pas son chien classé dangereux, ou qui l’ayant assuré n’est pas en mesure de présenter l’attestation d’assurance à toute réquisition des forces de police ou de gendarmerie, est sanctionné d’une amende maximale de 450 euros (article R215-2, code rural et de la pêche maritime). Il est donc indispensable - sous peine de voir l'amende s'appliquer - d’avoir tout le temps l’attestation d’assurance RC des chiens considérés comme dangereux dans son portefeuille ou son sac à mains.

Partager cet article :
Michèle MEINAC

© cbanque.com / MM / Mars 2019