Prime à la casse : seulement 60 000 nouvelles demandes déposées depuis janvier

Automobiles alignées
© Tomasz Zajda - Fotolia.com

En échange de la reprise à la casse d'une vieille voiture, l'achat d'un véhicule neuf ou d'occasion permet désormais de bénéficier d'une prime jusqu'à 5 000 euros. 60 000 demandes ont été enregistrées. C'est en-dessous de l'objectif du gouvernement.

Peut mieux faire. Depuis le début de l’année, 60 000 nouvelles demandes de prime à la casse ont été enregistrées, révèle le ministère de la Transition écologique, dans un entretien au Parisien. Si ce chiffre peut sembler a priori encourageant, on est loin de l’objectif du gouvernement de mettre 300 000 voitures hors circuit d’ici la fin 2019, contre 250 000 l’an dernier. En effet, pour y parvenir, l’exécutif a lancé depuis le 1er janvier, une super prime, jusqu’à 5 000 euros, pour les 20% des foyers les plus modestes.

Dans le détail, en échange de la mise à la casse d'une vieille voiture, l'achat d'un véhicule neuf ou d'occasion essence ou diesel peu polluant avec une vignette Crit'air 1 ou 2 dont le taux d'émission de CO2 est inférieur ou égal à 122g/km, permet de bénéficier d'une prime à la casse jusqu'à 4 000 euros et même 5 000 euros pour les véhicules électriques neufs ou d'occasion. Idem pour les hybrides rechargeables

Problème, les multiples conditions pour bénéficier à plein de cette prime à la conversion (ressource, motorisation, âge du véhicule, distance entre le domicile et le lieu de travail…) font qu’il est difficile de s’y retrouver. « La procédure est un peu compliquée », euphémise même l’entourage d’Edouard Philippe. Il y a urgence à revoir la copie d’autant que l’an dernier, face à l’afflux de demandes de prime à la casse, de gros retards de versement, jusqu’à plusieurs mois d’attente, avaient été signalés. Résultat, le gouvernement réfléchit sérieusement à revoir les conditions d’obtention de la prime à la conversion.

Il est temps. Le dispositif présenté début janvier est censé mettre hors circuit un million de voitures d’ici 2022 alors que 4 millions de véhicules seraient bons à mettre à la casse. En effet, selon une récente étude, le parc automobile hexagonal, environ 40 millions de voitures, a un âge moyen d’environ 12 ans, contre un peu moins de 6 ans en 1990.

Partager cet article :

© cbanque.com / MB / Mars 2019