La Bourse de Paris entame la semaine confiante (+0,31%)

Bourse de Paris
© Xiongmao - Fotolia.com

La Bourse de Paris a fini bien orientée (+0,31%) lundi, dans un marché reprenant confiance sur fond de résultats d'entreprises de bonne facture et de signes d'avancées dans les pourparlers commerciaux entre les États-Unis et la Chine.

L'indice CAC 40 a gagné 16,00 points à 5.231,85 points, dans un volume d'échanges faible de 2,9 milliards d'euros. Vendredi, il avait clôturé en hausse de 0,38%.

La cote parisienne a démarré la semaine légèrement dans le vert et a ensuite maintenu cette modeste avance au cours de la séance.

"Le marché a interprété le fait que Trump remette à plus tard la conclusion d'un accord commercial avec la Chine comme positif", a relevé auprès de l'AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale d'Oddo BHF Securities.

Dimanche, après six jours de pourparlers entre les deux premières puissances économiques mondiales, le président des Etats-Unis, affirmant que "des progrès significatifs" avaient été réalisés dans les discussions, a reporté sine die la date butoir du 1er mars à laquelle Washington devait relever les droits de douane supplémentaires sur les importations chinoises.

Donald Trump a par ailleurs annoncé lundi un sommet avec le président chinois Xi Jinping sur le conflit commercial afin de "signer" un accord.

"Donald Trump et visiblement également les autorités chinoises semblent dire qu'ils ont fait quelques progrès", ce qui a participé à la hausse du marché", a poursuivi M. Jacoby.

Mais selon le spécialiste, la vraie raison de la bonne tenue des indices est à chercher "essentiellement dans le fait que la plupart des publications des entreprises étaient plutôt de bonne facture".

Ainsi les investisseurs ont-ils "un peu recentré leur attention sur les fondamentaux des entreprises qui sont visiblement plutôt normalisés après une fin d'année 2018 quand même assez tumultueuse", a dit M. Jacoby.

Dans ce contexte, les opérateurs ont "retrouvé un peu d'appétit au risque" tandis que les sujets touchant à la guerre commerciale et au Brexit "ont été remis un peu à l'arrière-plan", a poursuivi M. Jacoby.

La Première ministre britannique Theresa May a différé dimanche, "d'ici au 12 mars", un vote des députés sur l'accord de Brexit, voulant se donner plus de temps pour tenter de renégocier le texte avec Bruxelles, malgré l'échéance qui se rapproche dangereusement.

De son côté, le président du Conseil européen Donald Tusk a estimé lundi qu'un délai supplémentaire pour le Brexit, au-delà de la date limite du 29 mars, serait une solution "rationnelle" pour Londres.

Par ailleurs, "il y a eu beaucoup de fusions-acquisitions annoncées ce lundi, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe", en particulier du côté des entreprises pharmaceutiques, ce qui a aussi soutenu le marché, a précisé M. Jacoby.

L'automobile et l'acier en forme

En matière de valeurs, la sidérurgie a fini bien orientée, soutenue par les nouvelles liées à la Chine. Eramet a progressé de 6,69% à 52,45 euros. Aperam a avancé de 3,66% à 28,90 euros, Vallourec de 2,48% à 2,19 euros et ArcelorMittal de 1,66% à 20,85 euros.

Le secteur automobile a également profité de l'allongement de la durée de la trêve commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Faurecia est monté de 3,53% à 42,58 euros, Valeo a gagné 3,26% à 28,80 euros, Michelin a progressé de 2,72% à 105,90 euros tandis que Peugeot a pris 2,02% à 22,76 euros et Renault 1,76% à 60,79 euros.

L'action Ipsen a en revanche chuté de 6,54% à 115,05 euros à la suite de l'annonce du rachat de la société canadienne Clementia Pharmaceuticals pour un montant pouvant atteindre 1,31 milliard de dollars américains, afin de renforcer son portefeuille dans les maladies rares.

Crédit Agricole a progressé de 1,82% à 10,75 euros après que sa filiale Caceis, spécialisée dans les services financiers aux investisseurs institutionnels, a annoncé le lancement d'une offre publique d'achat sur l'intégralité du capital du groupe néerlandais KAS Bank, valorisé à 188 millions d'euros.

L'action LVMH a pris 1,05% à 302,90 euros. Le géant du luxe a annoncé monter en puissance dans la production de lunettes, avec la construction d'une deuxième manufacture en Italie avec son partenaire Marcolin.

Vivendi s'est adjugé 0,17% à 24,27 euros après que le groupe a relancé ses attaques contre le fonds américain Elliott qui prône une cession du réseau fixe de Telecom Italia.

Fnac Darty a bénéficié (+2,71% à 71,95 euros) du fait que Bryan Garnier a réitéré sa recommandation sur le titre à "acheter" et relevé son objectif de cours de 93 à 94 euros, s'attendant à ce que le groupe bénéficie d'un environnement du commerce de détail "mieux orienté" en 2019.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.