Meetic, Tinder… : des tarifs opaques et des rencontres incertaines

couple
© WavebreakMediaMicro - Fotolia.com

Les sites de rencontres tiennent-ils leurs promesses ? Pas vraiment à en croire les résultats d’une enquête menée par l’UFC-Que Choisir auprès des utilisateurs de Meetic, Tinder ou encore Gleeden. Et rechercher l’amour, ça a un prix.

Le constat est sans appel. Selon une enquête menée par l’UFC-Que Choisir à l’approche de la Saint-Valentin (Au fait, pour celles et ceux qui auraient oublié, la fête des amoureux, c’est aujourd’hui), seuls 39% des utilisateurs des sites de rencontres se disent satisfaits. C’est « l’un des plus mauvais scores de toute l’histoire de nos enquêtes de satisfaction. Même la SNCF et la restauration rapide ont fait mieux ! », s’exclame l’association de défense des consommateurs. Et pourtant consulter Tinder, Meetic, Gleeden, Adopte un mec, Attractive World ou encore eDarling n'est pas toujours donné.

L’UFC calcule que les abonnés déboursent en moyenne une trentaine d’euros par mois pour consulter les profils et entamer des discussions avec des partenaires. « Comparer les prix des sites de rencontres n’a rien d’une partie de plaisir. Les tarifs et les formules d’abonnement varient tellement d’un site à l’autre qu’il est pratiquement impossible de savoir lequel revient le moins cher », ajoute l’UFC. Mais ce tarif moyen concerne seulement celles et ceux qui paient pour ce service. En effet, 35 % des hommes et 52 % des femmes fréquentent des sites gratuits.

Au-delà du prix, comment expliquer que les sites de rencontres sont loin de faire l'unanimité ? Plusieurs griefs se télescopent. Seule 1 personne sur 3 estime avoir pu développer une relation conforme à ses attentes. Le manque de politesse des prétendants, les profils mensongers qui pullulent et la superficialité des relations sont aussi avancés. « A cela, les sites n’y peuvent pas grand-chose », reconnaît l’UFC qui a réalisé son étude en novembre auprès de 1892 abonnés de sa newsletter hebdomadaire.

Conditions tarifaires floues

En revanche leur responsabilité est pointée du doigt de la part des déçus qui mettent en avant les conditions tarifaires trop floues, le trop grand nombre de notifications reçues ou le manque d’efficacité du service client. Ils déplorent aussi des difficultés pour effacer leurs données ou encore pour résilier leur abonnement.

Partager cet article :

© cbanque.com / MB / Février 2019