Le Gendre (LREM) pour une taxe carbone dans le cadre d'« un plan global »

Gilles Le Gendre
CC - Wikimedia commons / Lionel Barbe

Une taxe carbone est « une arme fiscale » qui doit s'inscrire dans le cadre d'« un plan global » visant à réduire la consommation d'énergies fossiles, « dans une démarche socialement équitable et acceptée », a plaidé mercredi Gilles Le Gendre, patron des députés LREM.

« Premièrement, la transition écologique n'attend pas, et nous ne devons ni la suspendre ni la freiner; nous devons l'accélérer, c'est ce qu'attendent dans leur écrasante majorité les Français », a-t-il estimé sur LCI.

« Deuxièmement, dans la transition écologique, il y a l'objectif de la fin des énergies fossiles », qui « passe probablement par l'arme fiscale ».

« Troisièmement, si nous recourons à cette arme fiscale, nous devons le faire dans le cadre d'un plan global qui permette de nous assurer que ce levier fonctionne, c'est-à-dire aboutit à la réduction progressive de la consommation d'énergies fossiles, mais dans une démarche socialement équitable et acceptée », a-t-il défendu.

Le chef du groupe LREM à l'Assemblée a nié qu'évoquer cette taxe de nouveau, en plein grand débat, mette « de l'huile sur le feu », car « il n'y a aucun tabou dans les quatre chapitres du grand débat national ».

« On a changé » sur la méthode, mais pas « sur l'objectif », a-t-il expliqué, en estimant que le grand débat « accouchera des bonnes solutions ».

L'augmentation de la taxe carbone, qui s'applique notamment sur les carburants et était prévue pour le 1er janvier, a été annulée en décembre, en réponse au mouvement des « gilets jaunes ». Mais la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson a estimé dimanche qu'elle « reviendra peut-être » à l'issue du grand débat, jugeant que c'est « un outil qui est efficace » et « qui a un vrai impact ».

Emmenés par Matthieu Orphelin (ex-LREM), 86 députés de plusieurs groupes politiques ont plaidé mardi dans une tribune sur le site du Figaro « pour une fiscalité carbone juste socialement ».

« Ce n'est pas le retour de la taxe carbone telle qu'elle a été envisagée et qui a été la goutte d'eau ou l'étincelle qui a lancé cette mobilisation des gilets jaunes », a expliqué M. Orphelin mercredi sur franceinfo. C'est un appel « à une réflexion globale, comment on peut avoir une fiscalité écologique plus juste socialement », a-t-il justifié.

Cette tribune est « une bonne initiative, comme toutes les initiatives qui mettent au cœur du grand débat national des questions cruciales », a estimé M. Le Gendre.

ggy/el/shu/

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire