La Bourse de Paris devrait rester bien orientée grâce à l'accord parlementaire américain

Pages bourse dans un journal
© lionel VALENTI - Fotolia.com

La Bourse de Paris devrait rester bien orientée mardi, aidée par l'accord trouvé par les parlementaires américains pour éviter une nouvelle paralysie de l'administration.

Le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 0,59% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en hausse de 1,06% à 5.014,47 points.

Wall Street a pour sa part terminé sur une note mitigée.

"Les principaux indices américains ont fini sans réelle tendance hier soir dans une séance morne et ennuyeuse, tiraillés d'un côté par le début des discussions commerciales entre Américains et Chinois à Pékin et d'un autre par le risque d'avoir un nouveau shutdown aux États-Unis ce vendredi à minuit", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Selon eux, les places européennes "devraient ouvrir en hausse ce matin dans le sillage d'un "accord de principe" entre démocrates et républicains pour éviter une nouvelle paralysie partielle de l'administration fédérale".

Cet accord, qui devra encore être voté par le Congrès et approuvé par la Maison Blanche, comporte une série de mesures visant à renforcer la sécurité aux frontières, a confirmé lundi soir un haut responsable parlementaire à l'AFP.

Concernant le financement d'un mur à la frontière mexicaine, qui fait l'objet d'une âpre bataille entre le président Donald Trump et les élus démocrates depuis des semaines, l'accord de principe prévoit 1,375 milliard de dollars pour la construction d'une nouvelle portion de 55 miles (environ 88 kilomètres), selon ce même responsable.

Du côté des indicateurs, l'agenda est dégarni.

Les investisseurs devraient néanmoins suivre en début de soirée un discours de Jerome Powell, président de la Fed, sur les communautés rurales.

Valeurs à suivre

Kering : le groupe a signé une année 2018 en forte croissance, tiré par son fleuron Gucci et ses performances en Chine, avec des ventes qui progressent de 26% pour totaliser 13,6 milliards d'euros, selon des comptes publiés mardi excluant Puma ainsi que trois marques cédées en début d'exercice.

Michelin : le groupe a dévoilé un bénéfice net en très léger recul en 2018, mais a amélioré sa performance opérationnelle, résistant au ralentissement chinois et à la chute des devises de plusieurs pays émergents grâce à des hausses de prix.

Renault : le nouveau président du groupe, Jean-Dominique Senard, a annoncé lundi qu'il allait se rendre cette semaine au Japon pour rencontrer les dirigeants de Nissan et contribuer au rétablissement, entre les deux partenaires, des liens de confiance endommagés par l'affaire Ghosn.

EssilorLuxottica : Essilor International, filiale du groupe de verres ophtalmiques et montures récemment fusionné, a annoncé quatre acquisitions en Europe et en Amérique latine, représentant un chiffre d'affaires cumulé d'environ 48 millions d'euros sur une année pleine.

Marie Brizard : le groupe de spiritueux en difficulté financière a enregistré un recul de 5% de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre 2018, à 99,5 millions d'euros, lesté par le recul des ventes en France.

Lagardère : le groupe a annoncé avoir vendu une participation de 20% dans la radio sud-africaine Jacaranda au groupe Kagiso Media, dans la continuité de son recentrage sur ses activités d'édition et de distribution dans les transports.

Air France-KLM : les dirigeants de la compagnie aérienne KLM ont averti la direction de la société-mère Air France-KLM que le personnel néerlandais pourrait faire grève en cas d'un non-renouvellement du mandat de son patron, Pieter Elbers, a rapporté lundi l'agence de presse néerlandaise ANP.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire