psa

Placements : où est passée l'épargne des Français ?

Lauriers
© vege - Fotolia.com

86,4 milliards d’euros : c’est le montant total des placements effectués par les Français l’an dernier, selon les statistiques de la Banque de France dévoilées aujourd'hui (1). Vers quels produits ont-ils choisi de flécher leur argent frais ? Leurs choix ont-ils été différents des années précédentes ? Voici le classement des supports plébiscités.

1. Comptes courants : 37,4 milliards d’euros

Comme les années précédentes, le placement gagnant de 2018 est en fait un non-placement. L’an dernier, les Français ont en effet laissé dormir 37,4 milliards d’euros (2) supplémentaires sous forme de numéraire et de dépôts à vue. Sur leurs comptes courants, pour simplifier.

La tendance n’est pas nouvelle : elle date même de 2015, année au cours de laquelle les dépôts à vue avaient pour la première fois dépassé les 30 milliards d’euros de flux annuel. Elle correspond, en gros, à la prise de conscience, par les ménages, de la persistance de taux bas, liés à la politique de relance économique orchestrée par la Banque centrale européenne.

2018 marque tout de même un retournement de tendance : si les dépôts à vue restent le premier « non-placement » des Français, le flux a légèrement diminué : il était en effet de 40 milliards en 2017 (3).

Lire aussi : Près de 450 milliards d'euros dorment sur les comptes courants

2. Assurance vie en euros : 32,1 milliards d’euros

Le « couteau suisse » de l’épargne : c’est ainsi qu’on se plait souvent à décrire l’assurance vie, en raison de son adaptabilité à toutes les situations (épargne, retraite, transmission, etc.). En 2018, elle a en tout cas retrouvé son statut de placement préféré des Français, avec des flux près de deux fois supérieurs à ceux de 2017, et qui au final ont dépassé les 32 milliards sur les seuls fonds euros. Un vrai retour en grâce, et ce alors même que la tendance reste à la baisse des rendements.

A noter, par ailleurs, l’effondrement des unités de compte en cours d’année. Après avoir attiré près de 20 milliards d’euros de flux en 2017, elles avaient commencé 2018 sur les mêmes bases (6 milliards au 1er trimestre, 6,2 au 2ème) avant de faiblir : 3,9 milliards au 3e trimestre et… seulement 0,1 au 4e ! Le gros décrochage des indices boursiers à l’automne dernier est évidemment passé par là.

Pour aller plus loin : Le palmarès des taux 2018 de l’assurance vie

3. Livret A, LDDS, LEP, PEL, CEL : 15,5 milliards d’euros

En 2018, l’épargne réglementée a marqué le pas : 15,5 milliards d’euros de flux, contre 19,2 milliards en 2017. Le Livret A, produit d’épargne le plus détenu en France, représente l’essentiel de ces flux : plus de 11,5 milliards, dans les mêmes eaux qu’en 2017.

Les autres membres de la « famille », en revanche, sont plus à la peine. Très loin de ses heures de gloire, le Plan Epargne Logement (PEL), dont le taux pour les nouveaux comptes est de seulement 1% brut , a enregistré moins d’un milliard d’euros de flux. Et malgré son taux attractif (1,25%), et la volonté affichée du gouvernement de le relancer, le Livret d’épargne populaire aligne toujours les flux négatifs : moins 830 millions d’euros sur 12 mois.

A lire : Quelles alternatives au Livret A ?

4. Livrets bancaires et comptes à terme : 10,9 milliards d’euros

Les livrets bancaires dits « ordinaires », c’est-à-dire fiscalisés et à taux de marché, avaient créé la surprise en 2017, avec des flux en nette hausse : 14,1 milliards d’euros, à comparer avec les 5 milliards de 2016. En 2018, ils sont un peu rentrés dans le rang : un peu moins de 11 milliards. Cela reste néanmoins correct pour des produits qui affichent, en février 2019, un rendement de 0,14% brut, selon notre indicateur.

A consulter : le comparatif des offres des livrets bancaires

(1) « Épargne et Patrimoine financiers des ménages T3 – T4 2018 ». La notion de ménages recouvre ici les particuliers et les entrepreneurs individuels, auxquelles s’ajoutent les institutions sans but lucratif au service des ménages. (2) Les totalisations présentées dans cet article intègrent les chiffres du 4e trimestre 2018, qui sont encore provisoires. (3) Hors numéraire, la Banque de France ayant changé depuis ses catégories.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Février 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 9 février 2019 à 15h32 - #1clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 70 ans

Et l'or ? je pense que certains ont placé un peu de leur capital dans l'achat de lingotins ou autres. On se demande vraiment ce que valent les billets papier en cas de crise ???

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire