Bitcoin : les clients d'une plateforme ruinés suite au décès du fondateur ?

Jetons de bitcoins
© Eisenhans - Fotolia.com

Le fondateur d'une plateforme d’échange de cryptomonnaie est décédé subitement. Problème, il est le seul à détenir la clé de chiffrement permettant d’accéder aux fonds.

C’est une histoire à peine croyable que sont en train de vivre les 115 000 clients de la plateforme d’échange de cryptomonnaie canadienne QuadrigaCX. Il est impossible de mettre la main sur les 167 millions d’euros (environ 250 millions de dollars canadiens) qui y sont stockés, rapporte le site coindesk.

En effet, le fondateur de QuadrigaCX, âgé de 30 ans, est décédé subitement fin 2018 en Inde de complications liées à la maladie de Crohn alors qu'il participait à la création d'un orphelinat.

D'après sa veuve, son mari était le seul à détenir la clé de chiffrement permettant d’accéder aux fonds. « J'ai cherché… et je n'ai jusqu'à maintenant rien trouvé. L'ordinateur portable qui contient les informations de l'entreprise est chiffré et je n'en connais ni le mot de passe ni la clé de recouvrement. Les réserves de cryptomonnaies sont inaccessibles et pourraient être perdues », a-t-elle expliqué la semaine dernière à la justice canadienne.

Cette mort subite « a fait éclore certaines rumeurs alléguant que le PDG de QuadrigaCX aurait orchestré sa mort pour s’enfuir avec l’argent », souligne Radio-Canada même si depuis « sa veuve a toutefois fourni le certificat de décès ».

« Ça m'écœure de ne pas avoir suivi mes propres conseils »

« J'ai toujours dit aux gens qui s'intéressaient aux cryptomonnaies autour de moi de ne jamais faire confiance à ces sites d'échange, qui sont le maillon faible de la chaîne. Ben là, je l'ai fait, et je me fais prendre moi-même les culottes baissées. Ça m'écœure de ne pas avoir suivi mes propres conseils », témoigne Benoît au quotidien québécois La Presse. Il pourrait avoir perdu 15 000 euros dans l'histoire.

La plate-forme, où s'échangeait des cryptomonnaies comme le bitcoin ou l'ethereum, pourrait être placé sous administration judiciaire dès aujourd’hui.

Partager cet article :

© cbanque.com / MB / Février 2019