Macron va demander aux banques de se mobiliser

  • cBanque avec AFP
  • ,
Emmanuel Macron en Russie en 2017
CC - Wikimedia commons / www.kremlin.ru

Dans le sillage de ses annonces de lundi, afin de mobiliser les grands acteurs économiques Emmanuel Macron a reçu aujourd'hui les dirigeants des grandes banques, en présence des ministres Bruno Le Maire (Economie) et Gérald Darmanin (Action et Comptes publics).

Mercredi à 16h30 il recevra les patrons de grandes entreprises, toujours avec les deux ministres de Bercy mais également avec Edouard Philippe et Muriel Pénicaud (Travail).

Les banques, gros employeurs, devraient être priées de soutenir l'action gouvernementale, qu'il s'agisse du versement d'une prime de fin d'année, du maintien de leur présence sur le territoire et de leur action en faveur des ménages modestes (frais bancaires, crédit et moyens de paiement).

Le chef de l'Etat devrait demander le même effort mercredi aux entreprises, notamment avec celles implantées sur tout le territoire, comme les opérateurs téléphoniques. Il devrait aussi évoquer les nouvelles exigences mentionnées lundi, comme la lutte contre l'évasion fiscale.

Réconforter les élus

Emmanuel Macron reçoit également ce soir les 370 députés et sénateurs de la majorité (LREM et MoDem), pour faire le point sur ses annonces, évoquer la concertation nationale qui va démarrer mais aussi réconforter des élus « très éprouvés » par la violence de certains « gilets jaunes », a indiqué l'Elysée.

« Cette réunion prévue de longue date, aura une dimension à la fois politique et psychologique. Les élus ont été très éprouvés par les menaces de mort et actes de violences dont ils ont été victimes, alors que beaucoup sont allés au devant des gilets jaunes, ce qui est doublement inquiétant », a souligné l'entourage du président.

Le chef de l'Etat évoquera aussi la grande concertation sur tout le territoire qui doit débuter dès la semaine prochaine. Il a annoncé lundi soir qu'elle devrait aborder de nombreux sujets, comme la représentation des citoyens, une loi électorale plus juste, la justice fiscale, la transition énergétique, le transport et le logement, sans oublier la décentralisation et la présence des services publics sur le territoire. « Hier le président a mis l'accent sur le rôle des maires mais les parlementaires sont les relais du terrain », souligne l'Elysée.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.