defiscalisation-mode-demploi.com : Découvrez ce que la déficalisation peut vous rapporter

Livret A, assurance vie, PEL, bourse : que choisissent les Français ?

Piétons à un carrefour
© VTT Studio - Fotolia.com

Plus de 7 ménages sur 10 détiennent un Livret A, qui reste le champion toutes catégories des produits d'épargne devant l'assurance vie, en nette progression. Mais la détention de placements est extrêmement disparate selon l'âge ou l'activité des épargnants. Portrait-robot de quelques profils marquants.

L’étude « patrimoine des ménages » de l’Insee remonte jusqu’en 1998. Pour la première fois en 20 ans, l’Insee relève une baisse de la détention de supports financiers : en début d'année, 88% des ménages ont déclaré posséder au moins un produit, autre qu’un compte courant, alors que ce taux de détention global était bloqué juste au-dessus des 90% depuis 1998. Ainsi, les Français se détournent assez uniformément de tous les placements ces dernières années, l’exemple le plus marquant étant celui du Livret A : 73% des foyers déclarent posséder un Livret A en 2018, contre 76% en 2015.

Lire aussi : Les Français ouvrent de moins en moins de Livrets A

La détention de livrets dans son ensemble décline, l’épargne salariale et l’épargne retraite stagnent. Et le déclin des valeurs mobilières se confirme : en 2004, près d’un quart de la population déclarait posséder des titres financiers (actions, obligations, OPCVM, etc.) ; en 2018 l'investissement boursier - direct ou indirect - ne concerne plus que 16% de la population. Et ce déclin concerne aussi bien le PEA que le compte-titres selon l'Insee.

Restent deux exceptions : le PEL et l’assurance vie. La progression du Plan épargne logement est toutefois à nuancer car il profite de sa période faste 2015-2016. Depuis, et d’autant plus en 2018 avec l’imposition des intérêts du PEL dès l’ouverture, la souscription de produits d’épargne logement a très fortement ralenti. La progression de l’assurance vie, elle, est notable : 39% des ménages en possèdent au moins une, contre 37% en 2015, ou 26% en 2004.

Taux de détention des produits d'épargne
Produits d'épargneEn 2015En 2018
Livret A ou Livret Bleu76%73%
Assurance-vie37%39%
LDDS (ex LDD & Codevi)37%35%
Plan épargne logement25%28%
LEP20%19%
Valeurs mobilières17%16%
Compte épargne logement15%14%
Epargne salariale15%14%
Epargne retraite14%14%
Source : enquête « Patrimoine des ménages début 2018 » de l'Insee. L'institut précise que la détention de Livret A peut être sous-estimée, à cause de certains livrets de très faible montant.

L’Insee livre aussi des taux de détention par type de ménage étudié. Ce qui permet de confirmer que le Livret A séduit les Français toutes générations confondues, que l’assurance vie séduit plus passée la quarantaine, que les produits d’épargne retraite sont soucrits timidement lors de la vie active avant un pic lors de la cinquantaine, ou que les professions libérales et les cadres sont les champions de la détention d’actifs financiers.

Les moins de 30 ans : vive le PEL et le Livret jeune !

L’Insee base son étude sur l’âge et la profession de la personne de référence de chaque foyer. Les ménages de moins de 30 ans sont donc des jeunes actifs, ou des majeurs ayant quitté le giron familial. Ces jeunes épargnants profitent jusqu'au bout de leur accès au Livret jeune, jusqu’à 25 ans : 31% des ménages de moins de 30 ans en possèdent un. A côté, la plupart d’entre eux possèdent un Livret A (76%), plus rarement un autre livret. Par ailleurs, un ménage de moins de 30 ans sur trois déclare un Plan d’épargne logement dans son portefeuille bancaire : le meilleur score toutes catégories d'âge confondues. A contrario, les jeunes sont bien moins friands d’assurance vie (24%), de valeurs mobilières (9%) ou d’épargne retraite (7%) que le reste de la population.

Les retraités : assurance vie et… LEP !

Les produits d’épargne retraite étant destinés à financer les vieux jours, leur détention décline logiquement chez les plus de 60 et 70 ans. Cette logique vaut aussi pour l’épargne salariale. Les plus de 60 ans dans leur ensemble n’investissent en outre pas plus massivement que les autres strates de la population sur les valeurs mobilières (17%). En revanche, passé 60 ans, et la préparation de la succession aidant, le taux de détention de l’assurance vie grimpe à 42% pour monter jusqu’à 46% chez les plus de 70 ans ! Côté livrets d’épargne, les sexagénaires s’intéressent massivement au LDDS (41%) et au LEP (17%). L’étude de l’Insee montre ainsi que le Livret d’épargne populaire, accessible sous conditions de ressources, a trouvé un rôle auprès de ménages dont les revenus déclinent à l’heure de la retraite. Passé 70 ans, 25% des ménages possèdent un LEP, un record !

Les cadres : des épargnants exhaustifs

97% des ménages dont la personne de référence est cadre détiennent au moins un produit financier autre qu’un compte courant. Aucune autre catégorie socio-professionnelle ne fait aussi bien : le taux de détention d’un patrimoine financier tombe ainsi à 77% chez les ménages inactifs n’ayant jamais travaillé. Dans le portefeuille des cadres ? Un Livret A, comme tout le monde, mais aussi un LDDS (55%), un livret fiscalisé (11%), un PEL (43%), un CEL (26%), une assurance vie (50%), un produit d’épargne retraite (32%), des valeurs mobilières (28%) et de l’épargne salariale (40%). Les professions libérales affichent certaines similitudes avec les cadres, parmi lesquels la détention de livrets fiscalisés (15%), d’épargne logement (48%), d’assurance vie (53%) ou d’épargne retraite (39%), mais leur patrimoine financier apparaît bien moins homogène.

Agriculteurs : patrimoine professionnel, LEP et assurance vie

Leur activité a évidemment une très forte incidence sur le patrimoine des agriculteurs. Le plus souvent propriétaires de leur résidence principale (89%), par ailleurs détenteurs d’un patrimoine professionnel (93%), ils possèdent peu d’épargne salariale mais détiennent souvent des valeurs mobilières (31%), une épargne retraite (29%), une assurance vie (58%), de l’épargne logement (65%), un Livret A (78%) et un LDDS (45%). En revanche, les statistiques de détention du Livret d’épargne populaire, accessible aux ménages peu ou pas imposés, montre qu’une large part d’agriculteurs a de faibles revenus : 30% d’entre eux ont souscrit un LEP, un record chez les actifs, uniquement battu par… les retraités agricoles (47% de LEP).

Ouvriers non qualifiés : priorité au Livret A

Avec les inactifs, les ouvriers non qualifiés apparaissent comme la catégorie socio-professionnelle disposant du plus faible patrimoine financier. Près de 19% des foyers dont la personne de référence est ouvrier non qualifié ne possèdent pas d’autre produit financier qu’un compte courant. A l’image du reste de la population, ces ménages détiennent tout de même assez massivement un Livret A (67%). En revanche, la détention de PEL (18%), d’assurance vie (23%), d’épargne retraite (8%), de valeurs mobilières (6%), d’épargne salariale (9%) ou même de LEP (16%) est bien inférieure à la moyenne nationale. Par ailleurs, les ouvriers non qualifiés sont bien plus rarement propriétaires de leur résidence principale que le reste de la population : 33% d’entre eux sont propriétaires de leur logement, contre 57,8% pour l’ensemble des foyers français.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Décembre 2018