USA : la Fed maintient les taux en l'état mais promet de futures hausses

FED Federal Reserve
CC - Flickr / Tim Evanson

La banque centrale américaine (Fed) a maintenu ses taux d'intérêt en l'état jeudi mais elle continue d'affirmer qu'elle va les relever progressivement à l'avenir, a-t-elle indiqué, jeudi dans un communiqué, à l'issue d'une réunion monétaire.

Comme s'y attendaient les marchés deux jours après les élections de mi-mandat américaines, le Comité monétaire de la Fed (FOMC) a laissé inchangés les taux au jour le jour, qui influencent tous les types de crédits aux Etats-Unis.

Ils se situent dans la fourchette de 2% à 2,25%. Mais la Réserve fédérale a répété que « d'autres hausses graduelles » seront appropriées pour accompagner « une expansion économique durable ».

Cela devrait conforter les marchés dans l'idée qu'une quatrième hausse d'un quart de point de pourcentage (0,25%) du coût de l'argent pour 2018 se profile lors du prochain rendez-vous monétaire du 19 décembre alors que l'économie américaine connaît une croissance dynamique, dopée par un massif stimulus budgétaire.

Soutenue par les coupes d'impôts de l'administration Trump, l'expansion américaine a progressé de 3,5% au 3e trimestre en rythme annuel, après 4,2% au 2e trimestre, un rythme accéléré par rapport à la moyenne des 2,1% annuels poussivement obtenus pendant les neuf années de reprise.

Mais la Fed veut éviter une surchauffe et le risque d'une résurgence de l'inflation alors que, pour la première fois en presque dix ans, l'augmentation des rémunérations des Américains a atteint 3,1% sur un an en octobre. La logique économique prescrit que les hausses de salaire nourrissent celles des prix.

L'inflation pour l'instant n'est que de 2%, pile sur la cible que la Fed estime idéale pour l'économie.

Jeudi le FOMC, dans son communiqué, n'a pas causé de surprise, reprenant quasiment les mots utilisés en septembre pour qualifier une activité économique « forte », des gains d'emplois « solides » et des dépenses des ménages « en robuste augmentation ».

Toutefois, bémol que les acteurs financiers sur les marchés ne vont pas manquer de noter, la banque centrale signale que les investissements des entreprises ont marqué le pas après leur augmentation rapide en début d'année.

Ce diagnostic pourrait laisser entendre que les risques de surchauffe se dissipent pour l'année prochaine, ce qui pourrait conduire à moins de hausses de taux que les trois tours de vis anticipés pour l'instant.

Cette réunion monétaire de jeudi était la dernière sans conférence de presse du président de la Fed, Jerome Powell, qui, à partir de l'année prochaine, s'expliquera devant les médias après chaque rendez-vous monétaire, une façon pour la banque centrale d'être plus flexible dans ses décisions sur les taux.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire