Un « crédit impôt à la source » versé sur les comptes bancaires en janvier

Relevés de compte
© Sylvie Thenard - Fotolia.com

A l’occasion d’un « point d’étape » sur la mise en place du prélèvement à la source ce mardi, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a livré quelques précisions concernant les crédits et réductions d’impôt.

Le 15 janvier 2019, environ 9 millions de contribuables verront apparaître le libellé « crédit impôt à la source » sur leur relevé de compte bancaire, selon les statistiques fournies dans les annexes du budget 2019. Ce virement provenant des finances publiques (1) correspondra à l’avance partielle du fisc sur vos futurs crédits et réductions d’impôt 2019.

Pour rappel, à partir de janvier prochain, l’impôt sur le revenu sera directement prélevé sur les salaires ou autres revenus récurrents. En revanche, le décalage d’un an va perdurer comme c’est le cas aujourd’hui pour les crédits et réductions d’impôt. Pour éviter que les contribuables bénéficiant régulièrement de crédits d’impôt ne soient pénalisés, le gouvernement a décidé de verser chaque année à la mi-janvier une avance équivalente à 60% des crédits et réductions d’impôt habituels.

Lire à ce propos : Qui va toucher une avance sur les crédits et réductions d’impôt ?

Bercy réfléchit à un crédit d’impôt « contemporain »

Ce mardi, Gérald Darmanin a donc confirmé que ce versement sera effectué par virement bancaire, et précisé le libellé de ce versement, pour éviter tout quiproquo : « crédit impôt à la source ». Le ministre a prévenu qu’un courrier sera envoyé fin décembre à tous les foyers fiscaux concernant l'entrée en vigueur du prélèvement à la source, et il sera distinct selon que les contribuables soient bénéficiaires ou non de cette avance.

Sollicité au sujet du décalage qui perdure pour ces crédits et réductions, Gérald Darmanin a affirmé avoir « demandé à l’inspection [générale] des finances (IGF) de travailler » sur la possibilité de « contemporanéiser (sic) les crédits d’impôts ». « Cela pose plusieurs problèmes techniques », a-t-il déclaré, tout en s’estimant optimiste sur une annonce à moyen terme sur ce sujet : « C’est sans doute quelque chose que le prochain ministre du Budget fera devant vous. »

(1) Virement provenant par exemple de la direction générale des finances publiques (Dgfip), de la direction régionale (Drfip) ou de la direction départementale (Ddfip).

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Novembre 2018

Commentaires

Publié le 12 novembre 2018 à 18h28 - #1CAT
  • Femme
  • 78
  • 71 ans

Que se passera t'il pour les pensions alimentaires versées en 2018 pour un enfant séparé de son concubin et avec charge de famille, deux enfants dont un handicapé (rétinoblastome cancer des yeux) ? Maman en congé de présence parentale et sans revenus en 2018 mais qui compte reprendre le travail en 2019 ? Que devient la déduction pour l'aide apportée en 2018 ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 13 novembre 2018 à 20h05 - #2Mikado

Réponse à CAT. Vous ne payez pas d'impôts sur le revenu habituel de 2018 : en plus vous voudriez bénéficier de déductions qui deviennent donc sans objet ....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 13 novembre 2018 à 21h10 - #3CAT
  • Femme
  • 78
  • 71 ans

Désolée mais les pensions alimentaires ont été payées en 2018, j'aurais donc du bénéficier d'un abattement. Ma fille n'a pas choisi de ne pas travailler en 2018, elle était en congé de présence parentale pour son dernier né atteint d'un rétinoblastome (cancer bilatéral de la rétine) ce qui nécessitait la présence de la maman. De plus, l'année blanche n'en n'est pas vraiment une. Vous n'arrêtez jamais de payer votre IR. Tous les ans vous continuer d'en payer. C'est juste l'année concernée qui change : En 2018 sur les revenus de 2017. En 2019 sur les revenus de 2019. En 2019 ma fille reprendra son travail aura donc des revenus et paiera donc son IR en direct. Il n'en reste pas moins que j'ai payé une pension alimentaire pour ma fille restée sans revenus à la suite de sa séparation d'avec son concubin qui lui n'a rien payé. On n'augmente pas nos retraites, on nous augmente la CSG et nous continuons à aider nos enfants dans la mesure de nos moyens.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 14 novembre 2018 à 14h29 - #4Mikado

Je suis désolée pour votre petit-fils mais l'aspect fiscal n'est pas lié :un jour que je souhaite le plus lointain possible vos héritiers ne payeront pas d'impôts comme auparavant sur votre dernière année de retraite .

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 16 novembre 2018 à 10h02 - #5CAT
  • Femme
  • 78
  • 71 ans

Complètement stupide. Sans commentaire. Inutile de répondre

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire