Il faut continuer à relever progressivement les taux (Bostic/Fed)

Photo de la 5e Avenue prise depuis le Metropolitan Museum
A. Balet / Licensed under CC BY 3.0 via Commons

Un responsable de la Fed, Raphael Bostic, a estimé mardi que la Banque centrale américaine devait continuer de relever les taux d'intérêt pour atteindre un niveau « neutre », alors que la croissance économique est « forte ».

« On ne peut pas continuer avec la politique consistant à appuyer sur la pédale d'accélérateur » en maintenant des taux bas, a déclaré dans un discours à Baton Rouge en Louisiane le président de la Fed d'Atlanta.

Il est un membre votant cette année du Comité monétaire (FOMC).

« A moins que les données ne me persuadent du contraire, je crois qu'il faut poursuivre le retrait progressif des mesures de stimulation de politique monétaire, jusqu'à ce qu'on atteigne un taux neutre », a estimé M. Bostic.

Dans la fourchette de 2% à 2,25% où ils se situent actuellement après la hausse d'un quart de point de pourcentage le mois dernier, les taux au jour le jour que se facturent les banques entre elles et qui conditionnent tous les types de crédit, « sont encore accommodants », assure-t-il.

Même si le niveau du taux « neutre » reste vague (autour de 3%, selon les projections moyennes de la Fed), M. Bostic estime « qu'il y a encore quelques hausses de taux avant d'y arriver ».

Le Comité monétaire prévoit pour l'instant encore un relèvement en décembre et peut-être trois l'année prochaine.

D'après le compte-rendu de la dernière réunion monétaire, tous les participants au FOMC ne sont pas d'accord sur la voie monétaire à suivre.

Plusieurs pensent que les taux devront être relevés plus drastiquement pendant un certain temps afin de juguler l'inflation.

Mais au moins deux membres du FOMC ne sont « pas en faveur » d'une politique monétaire plus restrictive « en absence de signes clairs d'une économie en surchauffe et d'une inflation à la hausse ».

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.