Taux immobiliers : météo calme pour l'automne

Un lotissement de maisons individuelles
© Lulu Berlu - Fotolia.com

Les courtiers en crédit immobilier ne signalent aucun changement notable sur leurs baromètres de taux en cette période de rentrée scolaire. Pour l’heure, ils anticipent un automne plutôt calme pour les courbes de taux.

Un taux fixe de 1,40% pour un prêt sur 15 ans, de 1,60% pour un prêt sur 20 ans et de 1,85% pour un prêt sur 25 ans. Les « taux de marché » calculés par le réseau Empruntis en ce début septembre sont exactement les mêmes qu’au début du mois d’août. La conclusion est la même à la lecture des baromètres mensuels des courtiers Meilleurtaux et Emprunt-Direct. « On constate peu de mouvements en cette rentrée, que ce soit à la hausse ou à la baisse », confirme Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, dans un communiqué diffusé ce mercredi.

Calme plat, ou presque, depuis la fin 2016

Cette stabilité d’ensemble s’inscrit dans la droite ligne de l’été et, plus généralement, dans la tendance des taux de crédit depuis près de 2 ans : malgré une lente et timide remontée au cours de l’année 2017, puis une légère érosion en 2018, la courbe des taux de crédits a peu évolué sur la période 2017-2018.

« Les taux sont historiquement bas, les conditions d'octroi sont plus souples »

En cette période de rentrée scolaire, les conditions d’emprunt restent donc extrêmement favorables : « Les taux sont historiquement bas, les conditions d'octroi sont plus souples », commente ainsi Fabienne Laborde, directrice commerciale de Le-Partenaire. Dans son communiqué, la directrice de la communication d’Empruntis Cécile Roquelaure estime, elle, que les « futurs emprunteurs ont une chance incroyable » : « A cette période de l'année, une bonne partie des banques a normalement déjà réalisé son objectif ou est en passe de l'atteindre. Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui, c'est même l'inverse ! », affirme-t-elle. « Les emprunteurs profitent ainsi de taux très bas et de la possibilité de mettre en concurrence la quasi-totalité des banques ! »

Les incertitudes repoussées vers l’hiver 2018-2019

La météo va-t-elle rester aussi favorable lors de l’automne ? C’est le pronostic de la plupart des courtiers. « La révision de la croissance à la baisse, confirmée par l’Insee le 29 août dernier, assure un maintien des taux bas pour les mois à venir, mais le retour de l’inflation pourrait accélérer les décisions de la BCE d’augmenter ses taux dès le début de 2019 », analyse Philippe Taboret, de Cafpi. Alban Lacondemine, président fondateur d’Emprunt-Direct, estime lui aussi que le prochain « test » pour les marchés sera la fin du programme de rachats d’actifs de la Banque centrale européenne (BCE), annoncé pour la fin d’année.

« La reprise de l’inflation vient bouleverser l’environnement des marchés »

Dans son étude mensuelle, où il fait lui aussi état d’une stabilité d’ensemble, l’observatoire Crédit Logement-CSA souligne qu’habituellement, l’été peut être propice à une légère remontée des taux. Car les banques attendent « la rentrée de septembre pour proposer leurs dernières offres commerciales de l’année ». Ce schéma ne s’est toutefois pas vérifié cette année. « Avec la reprise de l’inflation qui vient bouleverser l’environnement des marchés, la probabilité d’un ajustement à la hausse des taux des crédits ne fait que se renforcer », ajoute l’observatoire Crédit Logement-CSA, écartant ainsi toute perspective de baisse sensible des taux en cette fin 2018, tout en nuançant cette prévision : « Néanmoins l’équilibre paraît de plus en plus difficile à trouver [pour les banques], face à une demande qui est toujours à la peine et qui ne se remet guère de la dégradation des soutiens publics à la primo-accession à la propriété. »

Traduction : les banques hésitent à enclencher la hausse des taux, de peur de faire fuir des emprunteurs relativement peu nombreux sur le marché. Selon les dernières statistiques de la Banque de France, la production de nouveaux crédit stagne entre 15 et 17 milliards d’euros chaque mois depuis un an, loin des records de la fin d’année 2016 et du début 2017, quand la production mensuelle dépassait les 30 milliards d’euros.

Voir par ailleurs le baromètre des taux de crédit immobilier, mis à jour chaque mois

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Septembre 2018