Assurance scolaire : les questions à se poser

  • Par
  • ,
Enfants jouant à la marelle dans une cour d'école
© nadezhda1906 - Fotolia.com

Fractures, dents cassées, points de suture : la cour d’école peut parfois être semée d’embûches et il n’est malheureusement pas rare que les enfants s’y blessent. Des dommages qu’il est nécessaire de couvrir par une assurance dédiée. Le point sur les subtilités de l’assurance scolaire.

Que couvre l’assurance scolaire ?

Comme son nom l’indique, l’assurance scolaire couvre vos enfants dans leurs activités liée à l’école : pour tous les accidents, donc, dont ils peuvent être victimes ou responsables au sein de l’établissement, mais aussi lors de sorties obligatoires et sur le trajet depuis et vers le domicile.

Cette assurance comprend donc nécessairement deux types de garanties :

  • une garantie responsabilité civile, pour couvrir les conséquences des dommages causés à autrui par vos enfants ;
  • une garantie individuelle accident, pour couvrir les dommages corporels subis par l’enfant en l’absence de responsable désigné.

A noter que certaines formules d’assurance scolaire couvrent également votre enfant tout au long de la journée, à la maison mais aussi dans ses activités extra-scolaires : au sport par exemple.

Est-elle obligatoire ?

A chaque rentrée, les écoles de vos enfants vous demandent d’apporter la preuve qu’ils sont couverts par une assurance scolaire, en leur fournissant une attestation de votre assureur. Cela veut-il dire que cette assurance est obligatoire ? D’un point de vue juridique, non. Rien ne vous oblige en effet à couvrir vos enfants pour toutes les activités non facultatives prévues par l’établissement : ils le sont par l’assurance de ce dernier. Y compris, par exemple, pour une sortie à la piscine si elle se déroule sur le temps scolaire.

C’est différent pour les activités non obligatoires : à la cantine ou à la garderie par exemple, ou lors de sorties avec nuitées comme les classes de neige. Là, la couverture d’une assurance devient obligatoire. Facultative en théorie, l’assurance scolaire devient donc rapidement incontournable.

Mes enfants sont-ils déjà assurés sans que je le sache ?

En partie, sans doute. Votre assurance multirisques habitation couvre en effet la responsabilité civile de vos enfants - c’est-à-dire les dommages qu’ils peuvent causer à autrui - y compris sur le temps scolaire.

En revanche, elle n’inclue pas nécessairement la garantie individuelle accident. C’est assez simple à vérifier : votre assureur vous a peut-être envoyé, comme cela se fait de plus en plus souvent, une attestation d’assurance scolaire dans le courant de l’été. Elle liste l’ensemble des garanties incluses dans votre multirisques habitation, avec les montants des franchises. Si ce n’est pas le cas, mieux vaut le contacter rapidement pour faire un point, ou vous reporter aux conditions de votre contrat.

Quand faut-il souscrire une assurance scolaire spécifique ?

S’il avère que votre multirisques habitation ne couvre pas vos enfants en cas d’accidents à l’école, souscrire une assurance scolaire spécifique devient absolument nécessaire.

Votre assureur habituel sera certainement en mesure de vous proposer une extension de votre multirisques habitation, ce qui constitue évidemment la solution la plus simple. Mais vous pouvez aussi choisir de comparer et de faire jouer la concurrence : d’une police à l’autre, les montants pris en charge et les services annexes peuvent beaucoup varier, sans parler des prix.

Combien ça coûte ?

Pas très cher pour une formule de base, sans couverture des activités extra-scolaires : à partir d’une dizaine d’euros pour les contrats d’entrée de gamme. Si vous souhaitez que votre enfant soit protégé toute l’année, y compris pendant les vacances, comptez plutôt une trentaine d’euros, au minimum.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Septembre 2018