La Bourse de Paris profite d'une accalmie dans le conflit commercial (+0,81%)

bourse de Paris - Palais Brogniart
© Arap - Fotolia.com

La Bourse de Paris a terminé en hausse mardi (+0,81%), les investisseurs retrouvant le goût pour le risque, en l'absence de nouveau développement dans le conflit commercial opposant les Etats-Unis à la Chine.

L'indice CAC 40 a pris 44,13 points à 5.521,31 points, dans un volume d'échanges modéré, de 3 milliards d'euros. La veille, il avait fini quasi stable (-0,03%).

Après avoir ouvert en petite hausse, la cote parisienne a accentué ses gains.

« Les indices européens étaient orientés à la hausse dès le matin après une bonne séance en Asie », a observé auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion.

« Le CAC 40 avait accumulé un certain retard par rapport aux indices américains alimentés notamment par les bons résultats d'entreprises, il a suffi de l'absence de mauvaises nouvelles sur le front des tensions commerciales pour qu'il y ait une phase de rattrapage », a-t-il détaillé.

Après une montée brutale des tensions entre les Etats-Unis et la Chine la semaine dernière, le conflit commercial entre les deux pays n'a pas connu de nouveau développement.

Par ailleurs, l'entrée en vigueur mardi d'une première vague de sanctions américaines contre Téhéran, largement anticipée, n'a pas pesé sur la tendance.

Toutefois, « le marché anticipant la baisse de la production iranienne, le pétrole s'est orienté à la hausse », a précisé M. Larrouturou.

Du côté des indicateurs, l'agenda était plus fourni que la veille.

Le déficit commercial français s'est creusé légèrement en juin. En Allemagne, l'excédent commercial s'est contracté en juin, tandis que la production industrielle a légèrement reculé sur ce même mois, par rapport à mai.

Plongeon d'Atos

Sur le front des valeurs, Bonduelle a chuté de 6,44% à 29,80 euros. Si le groupe a publié un chiffre d'affaires annuel en hausse de 21,4% lors de son exercice décalé 2017-2018, il a toutefois prévenu que la progression du chiffre d'affaires et de la rentabilité serait limitée pour 2018-2019.

Atos a plongé de 10,41% à 99,94 euros, pénalisé par un abaissement de sa recommandation à « sous-performer » par Credit Suisse.

Le secteur automobile a terminé dans le vert, à l'image de Peugeot (+1,19% à 24,66 euros), Renault (+0,73% à 72,73 euros), Faurecia (+3,47% à 56,10 euros) et Valeo (+1,54% à 41,51 euros).

De même, les valeurs minières ont terminé en hausse, profitant d'une montée des cours des métaux. ArcelorMittal a gagné 2,90% à 28,02 euros, Eramet 2,89% à 85,35 euros.

Les valeurs pétrolières ont profité de la hausse du prix du baril, à l'instar de TechnipFMC (+0,45% à 27,06 euros) et de Total (+1,84% à 55,96 euros).

Airbus est monté de 1,09% à 109,00 euros après avoir annoncé avoir livré en juillet 77 avions, portant à 380 le nombre total de livraisons en sept mois, et enregistré des commandes pour huit A350, le dernier né de sa gamme long-courrier.

Vicat a été aidé (+0,92% à 54,70 euros) par une progression de son bénéfice net de 47% au premier semestre, à 59 millions d'euros.

Maisons France Confort prenait 4,21% à 43,35 euros, soutenu par une hausse de ses recettes de plus de 10% au second trimestre.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire