psa

La Bourse de Paris va se tourner vers la microéconomie dans un contexte incertain (Bourse Hebdo)

Bourse de Paris
© maximeadow - Fotolia.com

La Bourse de Paris, comme ses homologues européennes, va se tourner vers la microéconomie la semaine à venir, au moment où la saison des résultats d'entreprises démarre dans un contexte incertain.

Les sociétés vont entamer la saison en douceur : à Paris, Casino ou Soitec sont attendus, tandis qu'aux Etats-Unis, Morgan Stanley notamment dévoilera ses résultats. A Francfort, c'est le groupe informatique SAP qui démarrera le bal.

Ces publications arriveront en pleine guerre commerciale entre Pékin et Washington. La semaine écoulée, les Etats-Unis ont en effet franchi un nouveau cap, en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés d'un montant de 200 milliards de dollars par an qu'ils pourraient taxer dès septembre.

« Ce n'est pas un environnement très lisible pour les entreprises qui ont besoin de visibilité. Est-ce que tout cela est juste du bruit ou cela signale-t-il un changement de tendance ? L'un des éléments de réponse est la saison des résultats qui démarre », estime Wilfrid Galand, responsable de la stratégie marché à Neuflize OBC.

Les marchés seront très attentifs aux « indications que donnent les entreprises sur l'impact des tensions commerciales. Pas seulement sur leurs résultats, mais surtout sur leurs propres stratégies d'investissement », explique auprès de l'AFP Isabelle Mateos y Lago, directrice générale au BlackRock Investment Institute.

En effet, « dès que nous regardons quels sont les secteurs et entreprises affectés par ces droits de douane, nous voyons que même si les mesures ciblent en théorie la Chine, elles ont en réalité un impact sur beaucoup d'autres pays, car les chaînes de production sont globalisées », ajoute la spécialiste.

Si les publications d'entreprises devraient dominer l'actualité, les investisseurs auront d'autres sujets d'attention puisque plusieurs statistiques macroéconomiques pourraient donner des indices sur l'état de l'économie mondiale.

Au Royaume-Uni, les chiffres du chômage, de l'inflation ou les ventes au détail joueront sur le niveau de la livre. La Bourse de Londres avait profité la semaine écoulée d'une faiblesse de la devise britannique, en raison d'inquiétudes autour de la stratégie du gouvernement pour le Brexit sur fond de vifs conflits internes.

Inflation faible

Les Etats-Unis dévoileront quant à eux les prix à la production, qui seront particulièrement observés à un moment où les marchés s'interrogent sur l'inflation américaine.

« L'inflation aux Etats-Unis reste relativement faible par rapport à la force de la croissance : cela veut dire que la Réserve fédérale n'a pas besoin de durcir sa politique monétaire très rapidement. Mais tout le monde est en alerte quant à tout signe qui indiquerait une accélération de la hausse des prix au-delà de ce qui est enregistré », décrypte Isabelle Mateos y Lago.

Justement, Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine, s'exprimera mercredi devant la commission bancaire du Sénat.

« Ce discours est très attendu », anticipe lui aussi Wilfrid Galand. Outre d'éventuelles remarques sur l'inflation, les opérateurs seront également à l'affût de commentaires sur les conséquences potentielles du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis.

« Va-t-il insister sur la menace que cela fait peser sur l'économie, ou va-t-il insister sur la robustesse de l'économie ? Ce sera un moment important, d'autant plus nous avons l'impression que l'administration américaine n'est pas prête à reculer dans son rapport de force », ajoute M. Galand.

Car les taxes douanières peuvent avoir un effet inflationniste en augmentant mécaniquement les prix, mais aussi « un effet déflationniste, compte tenu de leur impact négatif sur l'investissement et la confiance. Il sera intéressant de voir si Jerome Powell s'exprime sur ces questions-là », abonde Mme Mateos y Lago.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire