psa

La Bourse de Paris tentée de monter mais prudente (+0,29%)

Valeurs boursières
© Thomas Pajot - Fotolia.com

La Bourse de Paris a légèrement rebondi jeudi à l'ouverture (+0,29%) au lendemain d'une séance difficile, les investisseurs restant prudents après les dernières menaces des Etats-Unis contre la Chine sur le plan commercial.

A 09H00 (07H00 GMT), l'indice CAC 40 prenait 15,26 points à 5.369,19 points. La veille, il avait fini en net recul de 1,48%.

« Les marchés sont toujours dans les mêmes dispositions : ils ont envie de monter, mais sont retenus par l'accumulation de nuages sur les perspectives économiques mondiales », ont estimé les analystes du courtier Aurel BGC.

Les acteurs de marché continueront à suivre de près l'évolution des relations tendues entre les Etats-Unis et la Chine, qui pèsent sur les indices.

« Le schéma que nous avons observé au cours des dernières 24 heures de pertes, consolidation, suivie par des mouvements de hausse solides, est le même que celui observé après les annonces de taxes précédentes », a observé Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group.

« Le schéma montre un certain niveau d'optimisme chez les investisseurs, pour qui les tensions commerciales pourront s'atténuer au fur et à mesure de négociations », a-t-il complété.

Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils envisageaient de taxer une liste additionnelle de produits chinois importés, d'un montant de 200 milliards de dollars par an. La Chine a de son côté averti qu'elle serait forcée de prendre des mesures de représailles.

« Si les dernières menaces étaient appliquées, elles pourraient écorner la croissance chinoise, étant donné l'étendue des taxes envisagées », a estimé David Madden, un analyste de CMC Markets.

« Les investisseurs deviennent nerveux. Pour l'heure, il n'y a aucun signe de progrès, ce qui pourrait conduire à des pertes supplémentaires sur les marchés actions », a-t-il complété.

Dans ce contexte incertain, les investisseurs suivront le sommet de l'Otan qui s'est ouvert mercredi. A cette occasion, Donald Trump s'en en pris avec virulence à l'Allemagne, qu'il a accusée de ne pas tenir ses engagements et d'enrichir la Russie.

Du côté des indicateurs, la production industrielle en zone euro pour le mois de mai figure à l'agenda.

Le taux d'inflation en Allemagne s'est bien élevé à 2,1% en juin sur un an, soit un léger ralentissement par rapport à mai (2,2%), selon les données définitives publiés de Destatis.

En France, les prix à la consommation ont augmenté de 2% en juin sur un an en France, et sont restés stables par rapport au mois précédent, selon l'Insee.

Dans l'après-midi, les investisseurs prendront connaissance de ce même indicateur et des demandes hebdomadaires d'allocation chômage aux Etats-Unis.

Les acteurs de marché prêteront également attention au rapport mensuel sur le pétrole de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Kaufman & Broad recherché

En matière de valeurs, PSA grignotait 0,33% à 21,08 euros, après avoir annoncé une hausse de 38,1%, à 2,18 millions de véhicules, de ses ventes unitaires mondiales au premier semestre, grâce notamment à l'acquisition d'Opel et Vauxhall.

Les valeurs pétrolières reculaient dans le sillage des prix du pétrole. Total perdait 0,83% à 52,72 euros, Technip FMC 1,05% à 26,34 euros et Vallourec 1,20% à 5,26 euros.

CNP Assurances reculait de 1,92% à 18,88 euros, à la suite de la démission pour « raisons personnelles » de Frédéric Lavenir, le directeur général du groupe.

TF1 profitait (+5,12% à 9,54 euros) d'un relèvement de sa recommandation à « acheter » contre « neutre » auparavant par Goldman Sachs.

Lagardère montait de 0,60% à 23,31 euros, après avoir annoncé la vente de son pôle « e-santé » qui comprend le célèbre site d'information santé Doctissimo et la plateforme de prise de rendez-vous médicaux en ligne MonDocteur, dont il évalue la valeur totale à 60 millions d'euros.

Kaufman & Broad était dynamisé (+6,85% à 43,34 euros) par un bénéfice net presque doublé au premier semestre et par la révision à la hausse de ses objectifs pour l'ensemble de l'année.

Alstom s'arrogeait 0,54% à 39,37 euros, après avoir reçu le feu vert pour faire rouler à la rentrée un train de passagers à hydrogène sur le réseau ferroviaire allemand, une première mondiale.

Carmat gagnait 2,99% à 20,65 euros. La société française développant un cœur artificiel total a annoncé être parvenue à la moitié de son étude clinique « pivot », dont le succès sera crucial pour décrocher une autorisation de commercialiser cette prothèse innovante en Europe.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire