psa

La Bourse de Paris devrait tenter de rebondir sur fond de conflit commercial

Pages bourse dans un journal
© lionel VALENTI - Fotolia.com

La Bourse de Paris devrait essayer de rebondir jeudi, au lendemain d'un net recul provoqué par la nouvelle offensive des Etats-Unis contre la Chine sur le front commercial.

Le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 0,30% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en net recul de 1,48% à 5.353,93 points.

Wall Street a également terminé en baisse, affectée par une nouvelle attaque de l'administration américaine contre la Chine.

« Les investisseurs seront à l'affût de toute information concernant les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine », après les nouvelles menaces de Washington, qui envisage de taxer une liste additionnelle de produits chinois importés, d'un montant de 200 milliards de dollars par an, ont indiqué les experts de Mirabaud Securities Genève.

La Chine a de son côté averti qu'elle serait forcée de prendre des mesures de représailles.

« Si les dernières menaces étaient appliquées, elles pourraient écorner la croissance chinoise, étant donné l'étendue des taxes envisagées », a estimé David Madden, un analyste de CMC Markets.

« Les investisseurs deviennent nerveux. Pour l'heure, il n'y a aucun signe de progrès, ce qui pourrait conduire à des pertes supplémentaires sur les marchés actions », a-t-il complété.

Dans ce contexte, les investisseurs suivront le sommet de l'Otan qui s'est ouvert mercredi. A cette occasion, Donald Trump s'en en pris avec virulence à l'Allemagne, qu'il a accusée de ne pas tenir ses engagements et d'enrichir la Russie.

« Les investisseurs s'inquiètent par rapport à une détérioration possible des relations » entre Angela Merkel et Donald Trump et « par rapport à M. Trump qui pourrait adopter une position plus ferme avec l'Union européenne en ce qui concerne le commerce », a souligné M. Madden.

Du côté des indicateurs, la production industrielle en zone euro pour le mois de mai figure à l'agenda.

Les chiffres définitifs de l'inflation en juin en Allemagne et en France sont au programme. De même que l'indice des prix à la consommation français du même mois.

Dans l'après-midi, les investisseurs prendront connaissance de ce même indicateur et des demandes hebdomadaires d'allocation chômage aux Etats-Unis.

Les acteurs de marché prêteront également attention au rapport mensuel sur le pétrole de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Valeurs à suivre

PSA : le constructeur automobile français a annoncé une hausse de 38,1%, à 2,18 millions de véhicules, de ses ventes unitaires mondiales au premier semestre, grâce notamment à l'acquisition d'Opel et Vauxhall, consolidés depuis août 2017.

EDF : l'électricien a indiqué qu'il étudiait diverses options quant à l'avenir de ses participations dans ses centrales nucléaires britanniques, alors que le groupe Centrica souhaite céder les 20% qu'il détient dans le parc d'EDF Energy, filiale du Français au Royaume-Uni.

ADP : le trafic des aéroports parisiens a enregistré une hausse de 6% en juin par rapport au même mois de l'année dernière, notamment en raison de l'impact du ramadan qui traditionnellement ralentit le flux des voyageurs sur certaines destinations, a annoncé le groupe.

CNP Assurances : le directeur général Frédéric Lavenir a démissionné pour « raisons personnelles », a annoncé le groupe.

Kaufman & Broad : le promoteur français a annoncé un bénéfice net presque doublé au premier semestre, alors même que l'immobilier neuf montre des signes d'essoufflement, et a relevé ses objectifs pour l'ensemble de l'année.

Alstom : le constructeur ferroviaire a annoncé avoir reçu le feu vert pour faire rouler à la rentrée un train de passagers à hydrogène sur le réseau ferroviaire allemand, une première mondiale qui pourrait offrir une alternative bon marché au diesel.

Argan : la société foncière, spécialisée dans la location d'entrepôts logistiques, a réalisé au premier semestre un bénéfice net en hausse de 39%, à 73,6 millions d'euros, et a revu à la hausse ses prévisions pour l'année.

Carmat : la société française développant un cœur artificiel total, a annoncé être parvenue à la moitié de son étude clinique « pivot », dont le succès sera crucial pour décrocher une autorisation de commercialiser cette prothèse innovante en Europe.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire