psa

Immobilier de bureaux : Foncière des Régions devient Covivio

  • cBanque avec AFP
  • ,
Un centre d'affaires
© shocky - Fotolia.com

Foncière des Régions, spécialiste français de l'immobilier de bureaux, va devenir Covivio, un changement de nom jugé plus représentatif de son expansion géographique depuis les années 2000, a-t-il annoncé mardi.

« A partir d'aujourd'hui, nous allons nous appeler Covivio », a déclaré Christophe Kullmann, directeur général du groupe, lors d'une conférence de presse. « Ca fait 18 mois qu'on s'est dit qu'il fallait qu'on change d'identité », a-t-il expliqué. « Notre nom ne reflétait plus tout ce qu'on est devenu et (...) était imprononçable dans un autre son que le français. »

Le groupe, héritier des Garages Souterrains de Metz, a multiplié depuis les années 2000 les acquisitions en Allemagne et en Italie, qui représentent aujourd'hui la moitié de son patrimoine. Celui-ci représente 21 milliards d'euros et vaut à Covivio de se revendiquer quatrième foncière d'Europe. « En 2001, quand j'ai pris la direction de l'entreprise, on était 25 collaborateurs à Metz » contre 850 salariés aujourd'hui à travers l'Europe, a souligné M. Kullman.

Pas de changement de cap au programme

Pour autant, le changement de nom ne marquera pas d'inflexion de la stratégie du groupe : son directeur général a prévenu qu'il ne comptait pas développer en France la foncière dans l'immobilier d'habitation, sur lequel elle est essentiellement présente en Allemagne, jugeant insuffisante sa rentabilité. De même, à part quelques éventuelles opérations en Pologne, il a exclu d'étendre ses activités en Europe centrale et de l'Est : « on n'ira pas », a conclu M. Kullman, jugeant suffisant l'actuel « socle de grandes métropoles européennes ».

L'ex-Foncière des Régions a déjà renforcé l'an dernier son ancrage dans les grandes villes du continent - Paris, Milan, Berlin, Barcelone, Madrid - avec presque deux milliards d'euros d'investissements. Le groupe, qui a dégagé en 2017 quasiment 400 millions de bénéfice net récurrent - témoin de la rentabilité de ses opérations -, a aussi racheté en début d'année pour près d'un milliard d'euros d'hôtels au Royaume-Uni.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.