Un nombre croissant d'artisans du BTP disent travailler plus de 50 heures par semaine

Travail pénible
CC Morpholux/Flickr

Un nombre croissant d'artisans du BTP estiment être en mauvaise santé et affirment travailler au moins 50 heures par semaine, selon un baromètre publié mardi par la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

Interrogés dans le cadre de la 4e édition de ce baromètre 2017 ArtiSanté BTP, 63% des artisans ont estimé « travailler plus de 50 heures hebdomadaires », soit près de deux sur trois, contre 60% un an plus tôt.

En outre, 58% d'entre eux ont dit se « sentir fatigués » et souffrir de stress chronique du fait d'une charge de travail importante, 52% souffrant notamment de troubles du sommeil, et 39% se déclarant même « en mauvaise santé ».

Ils sont 61% à estimer être en « bonne santé », contre 71% en 2016 et 80% en 2014.

Et cela, en dépit d'une reprise d'activité dans le BTP qui a alimenté un regain d'optimisme : 50% des artisans se disant « optimistes » quant à l'avenir de leur entreprise, contre seulement 30% en 2016.

« L'année 2017 marque une nouvelle intensification des rythmes de travail hebdomadaire des dirigeants des entreprises artisanales », commentent les auteurs de l'étude.

Ainsi 24% des artisans du BTP travaillent-ils plus de 60 heures par semaine, contre 23% en 2016. Ils sont en revanche un peu moins nombreux à travailler le week-end : 55% contre 59% en 2016.

« Cette hausse du rythme de travail, avec des plages de travail de plus en plus étendues », dégrade ainsi l'état de santé des artisans du bâtiment.

Ainsi, 87% des artisans estiment que leur vie professionnelle empiète sur leur vie privée, une proportion stable par rapport à l'enquête précédente.

L'enquête a été réalisée par l'Institut de Recherche et d'Innovation sur la Santé et la Sécurité au Travail (IRIS-ST), via un questionnaire sur internet en décembre 2017, auprès de 2.222 artisans de toute la France.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire