La Bourse de Paris termine en légère hausse (+0,23%), soutenue par l'euro

bourse de Paris - Palais Brogniart
© Arap - Fotolia.com

La Bourse de Paris s'est hissée dans le vert (+0,23%) mardi, les investisseurs profitant de l'affaiblissement de l'euro face au dollar pour alimenter la hausse de l'indice, qui navigue à ses plus hauts niveaux annuels.

L'indice CAC 40 a gagné 12,48 points à 5.553,16 points, son plus haut niveau de clôture depuis le début de l'année, dans un volume d'échanges de 3,6 milliards d'euros. La veille, l'indice avait fini stable (-0,02%).

Après avoir débuté en léger recul, la cote parisienne s'est installée à l'équilibre puis elle a effectué quelques pas en terrain positif.

« Le marché est un peu plus animé que les jours précédents », a commenté auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

« Le facteur positif aujourd'hui est clairement le net affaiblissement de l'euro par rapport au dollar, ce qui favorise un certain nombre de titres d'entreprises qui ont une activité et facturent en dollar », a-t-il ajouté.

L'euro chutait face au billet vert, perdant le terrain gagné depuis trois séances et touchant un plus bas depuis fin 2017.

La Bourse de Paris a aussi fait preuve d'une « bonne résistance face au repli assez marqué de Wall Street, handicapée notamment par la remontée des taux d'intérêt », a précisé l'expert.

Le taux d'intérêt sur les bons du Trésor américain à dix ans s'est fortement tendu, à 3,061% contre 3,002% lundi à la clôture, franchissant un plus haut depuis sept ans.

Du côté des indicateurs, la croissance économique en zone euro a fortement ralenti au premier trimestre et la production industrielle a enregistré une hausse de 0,5% en mars.

En Allemagne, la croissance économique a également décéléré au premier trimestre. Par ailleurs, le moral des investisseurs allemands (baromètre ZEW) est resté en mai à son plus bas niveau en cinq ans, sur fond d'incertitudes sur les relations commerciales avec l'Iran et les États-Unis.

Aux États-Unis, les ventes au détail ont augmenté comme prévu en avril, tirées notamment par les ventes d'essence. De son côté, l'activité manufacturière dans la région de New York s'est inscrite en forte hausse en mai.

« L'autre élément qui a un peu animé la séance, ce sont les résultats d'entreprises, avec une forte déception sur Iliad », a indiqué M. Larrouturou.

Décrochage d'Iliad

Iliad, la maison-mère de l'opérateur télécoms Free, a plongé de 19,52% à 133,20 euros, pénalisée par l'annonce d'une perte d'abonnés sur le fixe au premier trimestre et un chiffre d'affaires inférieur au consensus. Ce décrochage a affecté ses concurrents Orange (-3,20% à 14,53 euros) et Bouygues (-1,08% à 42,07 euros).

Eutelsat a plongé aussi de 12,84% à 16,06 euros, lesté par la révision en baisse de son objectif de chiffre d'affaires pour l'exercice 2017-2018. Entraîné dans son sillage, SES a perdu 5,57% à 12,97 euros.

Crédit Agricole SA a pris pour sa part 1,16% à 13,57 euros, profitant d'une hausse de 1,2% de son bénéfice net au premier trimestre, rendu atypique par de multiples effets exceptionnels, de périmètres et de changes.

Engie a gagné 0,54% à 14,77 euros après avoir confirmé ses objectifs pour 2018 et enregistré une progression de son excédent brut d'exploitation (Ebitda).

Euronext a grappillé 0,27% à 55,75 euros après l'annonce d'un bénéfice net en croissance de 30,6% au premier trimestre 2018, soutenu par les activités liées aux échanges boursiers.

Worldline a progressé de 2,12% à 44,34 euros. La filiale du géant de l'informatique Atos (+1,97% à 113,60 euros) a bénéficié de l'annonce d'un accord en vue d'acquérir la division de services de paiements SPS du groupe suisse Six pour 2,3 milliards d'euros.

JCDecaux a perdu 5,45% à 27,76 euros, souffrant d'un chiffre d'affaires ajusté en recul de 2,6% à 742,5 millions d'euros pour le premier trimestre.

Air France-KLM a reculé de 3,53% à 7,21 euros alors que le conseil d'administration du groupe franco-néerlandais a nommé mardi l'ancienne ministre Anne-Marie Couderc présidente non-exécutive. Elle sera entourée d'un comité de direction collégial, en attendant de trouver un successeur à Jean-Marc Janaillac, Pdg démissionnaire, sur fond de conflit social.

Bigben Interactive est monté de 4,34% à 14,90 euros après l'annonce du rachat du studio français Cyanide pour 20 millions d'euros.

MGI Coutier a progressé de 1,03% à 29,40 euros, profitant d'un chiffre d'affaires en hausse de 3,6% pour le premier trimestre et la confirmation de ses objectifs financiers annuels.

Trigano a été porté (+10,51% à 167,20 euros) par un bénéfice net en hausse de 27% au premier semestre (septembre-février) de son exercice décalé 2017/2018.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire