Hello Bank!

BforBank : les conditions de gratuité de la carte bancaire évoluent

BforBank

A partir du 3 juillet, BforBank va baisser les « frais pour non-respect des conditions d'utilisation de la carte bancaire » appliqués aux clients utilisant moins de 3 fois par trimestre leur Visa Premier. La banque en ligne du Crédit Agricole augmente, par ailleurs, les frais des saisies sur compte et de certaines opérations liées à un incident de paiement.

Du 3 au 15 mai, BforBank réitère ses « BforBank Days », une période pendant laquelle les nouveaux clients reçoivent jusqu’à 160 euros de prime de bienvenue. Si, en ce début mai, la banque en ligne a décidé de chouchouter ses propects, elle a également réservé une surprise aux particuliers déjà clients. BforBank les a en effet informés que, le 3 juillet prochain, elle fera évoluer le prix de certaines opérations.

La bonne nouvelle est à chercher du côté des conditions d’utilisation de la Visa Premier. En contrepartie de la gratuité de la carte, BforBank facture à ses clients réalisant moins de 3 opérations de paiement par trimestre des frais de non-respect. Actuellement, ces derniers atteignent 15 euros par trimestre. Mais à partir du 3 juillet, ils vont passer à 9 euros par trimestre.

BforBank n’est pas la seule banque en ligne à appliquer des conditions d'utilisation minimales en contrepartie de la gratuité de la carte bancaire. Par exemple, chez Fortuneo, faire moins d’un paiement ou retrait chaque mois entraîne une facturation de 3 euros par mois pour les détenteurs d’une MasterCard classique, et de 5 euros par mois pour ceux ayant une carte Gold. Quant à Boursorama Banque, elle facture 5 euros à ses clients Welcome réalisant moins d’un paiement par mois avec leur Visa Classic.

Rejet de prélèvement et chèque sans provision

BforBank augmente en revanche le prix de certaines opérations nécessitant l'intervention d'un conseiller, comme les incidents de paiement. Jusqu'ici moins chère que la concurrence concernant les rejets de prélèvement, la banque en ligne fait le choix de s'aligner sur les frais prélevés par les autres banques. Désormais, les frais de rejet sont équivalents au montant rejeté, dans la limite de 20 euros (le plafond légal). Jusqu'à présent ce seuil était de 10 euros.

Autre augmentation : en cas d’émission de chèque sans provision, l’envoi du courrier en informant le client sera facturé 15 euros, contre 10 euros jusqu’à présent. Cette inflation des tarifs concernent aussi les saisies sur compte. Qu’elles émanent de l’administration fiscale (avis à tiers détenteur), d’une collectivité territoriale (opposition à tiers détenteurs) ou encore d’une procédure judiciaire (saisie attribution), leur coût sera porté à 130 euros le 3 juillet, au lieu de 100 euros actuellement.

Enfin, le traitement d’un dossier de succession, auparavant tarifé à prix fixe (300 euros), dépendra dans 2 mois des avoirs détenus. Résultat, il sera facturé 1% des encours au jour du décès avec un minimum de 150 euros et un maximum de 1 500 euros.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Mai 2018