Axa réorganise son assurance vie en Suisse, un coût de près de 350 M EUR à la clé

Axa
Axa - DR

L'assureur Axa a annoncé mardi une réorganisation de ses opérations d'assurance vie collective en Suisse, une opération qui plombera de presque 350 millions d'euros ses comptes au premier semestre mais devrait lui permettre d'améliorer sa trésorerie à moyen terme.

Axa Suisse, filiale helvétique du groupe, va transférer d'ici à la fin de l'année un portefeuille d'actifs de 31 milliards de francs suisses (environ 26 milliards d'euros) à des fondations, régimes de retraites collectives gérés par un conseil d'administration indépendant, a-t-il annoncé dans un communiqué.

En vertu de cette réorganisation, Axa continuera à offrir ses services de gestion d'actifs aux fondations, notamment en assurant les risques décès et invalidité de ce portefeuille, tout en étant désormais déchargé des obligations légales et réglementaires liées à la détention de ces actifs.

À court terme, ce nouveau modèle va se traduire par une charge exceptionnelle d'environ 400 millions de francs suisses (soit environ 339 millions d'euros) lors du premier semestre 2018, liée au transfert du portefeuille.

Mais à plus long terme, l'opération devrait permettre à l'assureur de réduire ses besoins en capital dans le pays à hauteur d'environ 2,5 milliards de francs suisses d'ici à 2019, favorisant ainsi la remontée de trésorerie au groupe au cours des trois prochaines années.

Cette annonce a été accueillie mardi de manière positive par les investisseurs. A la Bourse de Paris, vers 14H45, le titre Axa était en hausse de 1,09% à 22,31 euros, sur un marché en progression de 0,53%.

« Ces dernières années, le faible niveau des taux d'intérêt ainsi que les strictes exigences réglementaires en Suisse n'ont cessé de détériorer la compétitivité des solutions d'assurance complète pour les entreprises et leurs salariés », explique Axa.

« Les assureurs vie suisses proposant des produits d'assurance complète sont tenus de maintenir en permanence un niveau de capital couvrant à la fois l'intégralité des engagements relatifs aux pensions, incluant les taux minimaux garantis, ainsi que les placements financiers sous-jacents », poursuit la compagnie.

Et d'ajouter qu'« un tel cadre réglementaire pousse les assureurs vie à être particulièrement prudents dans leur stratégie d'investissement, détériorant ainsi les perspectives de performance financière pour les entreprises et leurs salariés ».

La réorganisation des activités en Suisse est conforme à la stratégie déployée depuis plusieurs mois par Axa, qui veut - dans un contexte de taux très bas - réduire ses activités en assurance vie, épargne et retraite pour se recentrer sur des segments plus porteurs comme l'assurance dommage aux entreprises ou la santé.

Cette feuille de route a notamment conduit l'assureur français à annoncer début mars - à la surprise générale - le rachat du groupe d'assurance bermudien XL, spécialisé dans l'assurance dommage des entreprises, pour un montant de 12 milliards d'euros.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire