psa

Immobilier : près de deux acheteurs pour un vendeur sur le marché

Une femme devant une vitrine immobilière
© RFBSIP - Fotolia.com

3,5 millions d’acheteurs, pour « seulement » 2 millions de vendeurs : le marché de l’immobilier est de plus en plus déséquilibré selon l’observatoire du moral immobilier.

L’année 2018 démarre avec une abondance d’acheteurs à en croire ce baromètre réalisé par Logic-Immo et Kantar TNS (1) : « 500 000 candidats à l’accession immobilière de plus qu’il y a un an ». Résultat de cet afflux d’acheteurs potentiels, Stéphanie Pécault, responsable des études chez Logic-Immo, annonce « un ratio proche de deux acheteurs pour un vendeur ».

Ce déséquilibre entre offre et demande devrait soutenir la progression des prix, déjà importante depuis plusieurs mois. Malgré cette augmentation, de 4% pour les logements anciens sur l’année 2017, les candidats à l’accession se veulent plutôt optimistes : « Le spectre d’une remontée des prix n’est envisagé que par un bon tiers des candidats à l’accession immobilière », relève Stéphanie Pécault, « tandis que 54% s’attendent plutôt à une stabilisation ». Les taux de crédit restant eux à des niveaux très bas, les trois quarts des sondés jugent que c’est encore « le moment d’acheter ».

Lire aussi : Quelles perspectives pour les prix et taux immobiliers en 2018 ?

(1) Sondage réalisé en janvier 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1 216 personnes majeures. Pour l’estimation du nombre d’acheteurs et de vendeurs, cet observatoire se base sur un échantillon national de 3 086 personnes.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Mars 2018

Commentaires

Publié le 7 avril 2018 à 15h21 - #2clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

j'habite dans le département de la Manche et je vous assure qu'il y a plus d'offres que de demandes.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 13 avril 2018 à 09h17 - #3Chouan35
  • Homme
  • 64 ans

Cela ne reste qu'une statistique nationale! or le marché immobilier est spécifique sur chaque zone économique . Je partage l'avis d'un manchot : je réside dans une ville de 18000 habitants a 40 km de Rennes, à l'activité économique forte. Ce n'est pas pour autant que les ventes s'effectuent car les primo-accédants ont surtout des moyens et des conditions propres à faire construire du neuf. L'"Ancien" reste encore en vente...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire