Le PEL rattrapé par l'épargne salariale

Plan Epargne Logement
© philippe Devanne - Fotolia.com

Le Plan d’épargne logement perd peu à peu de sa superbe. Depuis le dernier pic de dépôts observé en janvier 2016, avant la baisse de son rendement, ce placement garanti n’a plus vraiment la cote. En atteste le baromètre 2018 du Cercle des épargnants sur « Les Français, l’épargne et la retraite ».

Publiée mardi, l'étude du Cercle des épargnants (1) pose entre autres la question suivante : « pour épargner, quels sont les meilleurs produits à vos yeux ? », le PEL, comptabilisé avec le Compte épargne logement, perd 7 points par rapport à 2017. Avec 27% d’opinion positive, il chute à la troisième position derrière l’assurance-vie (44%) et les livrets d’épargne réglementés (35%).

Résultat, le PEL et le CEL font désormais jeu égal avec l’épargne salariale, un type de placement pourtant moins répandu et plus contraignant (mais aussi potentiellement plus rémunérateur). L'épargne-logement reste toutefois plus populaire chez les moins de 35 ans. Ces derniers sont 37% à estimer qu’il s’agit d’un bon produit d’épargne, contre 35% pour l’épargne salariale.

Un placement de moins en moins rentable

Il ne faut pas chercher loin pour trouver les raisons de ce déclassement. Les diminutions successives de sa rémunération ont érodé son intérêt. Pour rappel, les PEL ouverts entre le 1er février 2015 et le 31 janvier 2016 servaient 2% bruts de rendement. Au 1er février 2016, ce taux est passé à 1,50% avant d’être revu une nouvelle fois à la baisse, à 1%, au 1er août suivant.

Sans sursaut de son rendement - ce qui paraît peu probable - il est difficile d’imaginer que la situation du PEL s’améliore. En effet, pour un PEL ouvert depuis le 1er janvier 2018, le placement est imposé dès sa première année de détention. Les PEL plus anciens restent eux exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’à leur 12ème anniversaire, les épargnants s’acquittant seulement des prélèvements sociaux pendant cette période.

(1) Enquête réalisée par internet du 27 février au 5 mars 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 Français âgés de 18 ans et plus.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Mars 2018