Retraites agricoles : « le débat ne fait que commencer »

  • cBanque avec AFP
  • ,
Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé
Agnès Buzyn - DR Ministère des Solidarités et de la Santé

« Le débat » sur la revalorisation des retraites agricoles « ne fait que commencer », a assuré mercredi la ministre des Solidarités Agnès Buzyn, la question devant être abordée dans le cadre de la « réforme globale » du système de retraites.

« Le gouvernement renouvelle son engagement, dans le cadre de la préparation de la réforme globale du régime des retraites, de parler de la situation particulière des agriculteurs » a déclaré la ministre devant l'Assemblée nationale. « Le débat n'est donc pas terminé, au contraire il ne fait que commencer », a-t-elle ajouté, répondant à une question de la députée (NG) Christine Pires-Beaune.

Une proposition de loi votée à l'unanimité à l'Assemblée il y a un an prévoyait une retraite agricole à 85% du Smic net pour une carrière complète de chef d'exploitation au 1er janvier 2018. Elle a été adoptée sans modification en commission par le Sénat. Mais le gouvernement a déposé la semaine dernière un amendement repoussant à 2020 son application, estimant que « l'amélioration des petites pensions agricoles ne peut être envisagée indépendamment des autres évolutions qui affectent notre système de retraites ».

Une réforme finalisée d'ici l'été 2019

Chacun « est conscient de la faiblesse du niveau des retraites agricoles », a souligné la ministre mais selon elle la proposition de loi n'y « apportait malheureusement qu'une réponse parcellaire et surtout non financée ». Ce texte aurait ainsi entraîné « une hausse de 400 millions d'euros de la fiscalité ». Il « intervient en outre à un moment où nous nous apprêtons à engager une réforme globale » pour un « système plus équitable », a-t-elle rappelé, promettant de recevoir « prochainement » parlementaires et représentants agricoles sur ce sujet, avec Jean-Paul Delevoye, le Haut commissaire à la réforme des retraites.

« Avant d'avoir ce débat au Parlement (...) aucune modification de paramètres importants des régimes existants n'a vocation à intervenir et à fortiori de façon sectorielle », a insisté la ministre, également questionnée sur le sujet par le député (UAI) Yannick Favennec Becot. Promise par Emmanuel Macron, la réforme des retraites, qui fait l'objet de concertations, doit être finalisée d'ici à l'été 2019.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.