La Bourse de Paris en repli à mi-séance (-0,35%)

La bourse en chute
© maciek905 - Fotolia.com

La Bourse de Paris perdait un peu de terrain mardi à mi-séance (-0,35%), n'arrivant pas à conserver le rebond de la veille, dans un marché qui se montre quelque peu volatil avant la publication mercredi de l'inflation américaine.

A 12H04 (11H04 GMT), l'indice CAC 40 perdait 18,11 points à 5.122,15 points, dans un volume d'échanges de 1,33 milliard d'euros. Lundi, il avait fini en hausse de 1,20%.

La cote parisienne a ouvert sur une note stable avant de reculer légèrement au cours d'une matinée peu chargée en actualités.

« Les marchés devraient (...) rester volatils en attendant » la publication mercredi des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis, a noté Franklin Pichard, directeur général délégué de Kiplink Finance.

Selon lui, « une hausse des prix trop brutale pourrait confirmer les craintes de hausse de taux plus rapide que prévu, raison de la baisse récente des marchés », a-t-il abondé.

Du côté des indicateurs, l'inflation au Royaume-Uni s'est maintenue à 3% en janvier sur un an, soutenue par l'alimentaire et l'habillement, selon l'Office des statistiques nationales (ONS).

Concernant les valeurs, Michelin perdait 1,28% à 123,70 euros malgré la publication d'un bénéfice net « historique » pour 2017, en hausse de 1,4% à 1,7 milliard d'euros.

Kering cédait 1,42% à 374,60 euros en dépit d'une année record en 2017 pour le groupe, avec des ventes dépassant les 15 milliards d'euros et un bénéfice net qui a plus que doublé à 1,7 milliard d'euros.

Schneider Electric était en petite baisse de 0,60% à 69,18 euros. La société d'équipements électriques va fermer son site de Fabrègues, près de Montpellier, et supprimer environ 70 postes au total dans sa branche « Energy », a appris l'AFP lundi de sources concordantes.

Carrefour reculait de 0,54% à 18,43 euros. Le géant de la distribution veut aller vite sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) concernant près de 2.300 salariés de sa filiale de magasins de proximité, avec un début de négociation le 20 février pour un plan avant l'été, selon des sources syndicales.

Engie perdait 0,91% à 12,54 euros. Un conseil d'administration extraordinaire, qui se tient ce mardi, pourrait proposer Jean-Pierre Clamadieu, PDG du groupe belge de chimie Solvay, pour prendre la présidence du groupe.

Ubisoft augmentait de 2,96% à 65,32 euros, soutenu par des résultats au troisième trimestre meilleurs que prévu et la confirmation de ses prévisions pour son exercice en cours 2017/18.

Coface grimpait de 8,40% à 9,16 euros, porté par un bénéfice net pour l'année 2017 qui plus que doublé comparé à 2016, à la faveur d'une baisse des sinistres liée aux premiers effets de son nouveau plan stratégique.

Bourbon chutait de 4,34% à 6,84 euros après que le groupe de services maritimes à l'industrie pétrolière a annoncé une réorganisation et des cessions de navires pour faire face à un marché difficile, suite à un creusement de ses pertes l'an dernier.

Lectra cédait 3,51% à 22,00 euros, en raison d'une révision par le groupe de son objectif de marge à moyen terme, en invoquant des effets de change, et ce, malgré des résultats qui ont augmenté l'année dernière.

Enfin, la cotation de SoLocal était suspendu à la demande du groupe jusqu'à l'ouverture de la Bourse jeudi 15 février, dans l'attente de la publication d'un communiqué de presse.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire